Sugimoto Fumiko (Université de Tōkyō) « Expression de la politique dans les peintures paysagères », Société japonaise et monde de l’information dans le Japon du XIXe siècle, 19 novembre 2019, Université de Paris

Par Etienne Marq (LCAO, Masterant)

La conférence « Expression de la politique dans les peintures paysagères » (en japonais 風景画による政治表現 Fūkei-ga ni yoru seiji hyōgen) a permis de mettre en lumière une lecture nouvelle des estampes du milieu du XIXe siècle. Dans son exposé en japonais, traduit en français par Matthias Hayek (Université de Paris), Sugimoto Fumiko (Université de Tōkyō) s’est notamment intéressée aux estampes nishiki-e réalisées par Utagawa Sadahide durant la période du bakumatsu (1853-1868). Elle y a vu un support de circulation de l’information et des idées politiques à travers le pays.

Mme Sugimoto est spécialiste de l’iconographie du XIXe siècle japonais. Elle a notamment étudié les cartes et représentations cartographiques à travers plusieurs ouvrages en anglais et en japonais1 . Elle a également analysé la dimension politique de cette iconographie, qui fut l’objet principal de cette conférence.

L’exposé s’est organisé en deux parties. Après une introduction présentant Sadahide, les estampes nishiki-e et leur place dans l’historiographie, Mme Sugimoto s’est attachée en première partie à montrer le lien entre ces estampes et la situation politique de l’époque, avant de se pencher dans la seconde partie sur le travail de Sadahide spécifiquement, et sur quatre œuvres publiées entre 1864 et 1868.

Utagawa Sadahide (1807 – fin des années 1870) est un estampiste japonais célèbre du XIXe siècle. Entre 1830 et 1850, il illustra un grand nombre de livres à images et acquit une certaine renommée en tant qu’auteur de gravures en couleurs nishiki-e ((Deux exemples représentatifs de son style : https://www.ndl.go.jp/landmarks/artists/hashimoto-sadahide/)) . En 1859 notamment, après l’ouverture des ports japonais aux ressortissants occidentaux, il effectua une représentation célèbre du port de Yokohama. Dans les années suivantes, il se concentra sur la représentation de paysages vus à vol d’oiseau (広域鳥観図 kōiki chōkanzu), des vues larges de régions géographiques. Le sens de ces estampes fut longtemps perdu, et on les considérait uniquement comme des représentations paysagères ; cependant, elles sont aujourd’hui réinterprétées à la lumière des événements politiques et militaires de l’époque.

Le premier à donner une lecture politique à ces œuvres fut l’historien américain Henry Smith. En 1864, la guerre menaçait le Japon sur deux fronts : intérieur, en raison d’une expédition du shōgun contre Chōshū, et extérieur, sous la menace de navires occidentaux postés près de Shimonoseki, dans le même domaine. Or, M. Smith remarqua une estampe de Sadahide datant de cette même année, représentant le domaine de Chôshû dans une vue à vol d’oiseau. Il relia alors l’estampe aux événements militaires de l’année, lui donnant ainsi un sens politique, et vit en Sadahide un défenseur du shōgun et de l’unité nationale. Son argument reposait notamment sur le fait que l’œuvre était intitulée « Lieux célèbres des rivages du Grand Japon » (大日本 Dai Nippon), ce dernier terme connotant l’attachement à l’unité nationale.

Si Mme Sugimoto adhère à l’idée d’une lecture politique des œuvres de Sadahide, elle critique l’interprétation de M. Smith sur le fond. Selon elle, d’autres estampes réalisées entre 1862 et 1869 ne correspondent pas à sa grille de lecture. En effet, il serait étonnant que Sadahide ait proposé uniquement des œuvres au contenu idéologisé, étant donné leur diffusion limitée. Mme Sugimoto suggère alors qu’il s’agissait pour ce dernier de diffuser dans ces images les informations importantes de l’époque et donc de contourner la censure du régime Tokugawa, qui ciblait depuis 1840 les productions évoquant les événements sensibles.

Dans la première partie de son exposé, Mme Sugimoto a évoqué les premières utilisations des estampes en vue à vol d’oiseau en rapport avec l’actualité du moment. Alors que les premiers exemples de ce type d’images, qu’on retrouve surtout dans les décors de kabuki, décrivent toujours des scènes sans lien avec la vie quotidienne, les événements politiques n’y apparaissent qu’en 1863 : c’est cette année-là que le 13e shôgun, Tokugawa Iemochi, rend hommage à l’empereur en se rendant à Kyôto, pour la première fois depuis deux siècles. Cela donne alors lieu à une estampe de Sadahide où il représente en vue d’oiseau le retour à Edo du shôgun, les résidences des daimyô et le peuple venu l’accueillir, montrant la proximité que souhaite incarner Iemochi. Cette estampe n’est qu’un exemple parmi d’autres d’œuvres représentant cet événement (y compris pour Sadahide qui en publia d’autres à ce sujet), mais elle est singulière en ce qu’elle est la première à utiliser la vue à vol d’oiseau pour évoquer son sujet.

Dans la seconde partie, ce sont les estampes suivantes en vue à vol d’oiseau de Sadahide qui ont été évoquées et analysées. Étant vues de haut et ne contenant aucun personnage, on a longtemps cru qu’elles n’avaient aucune dimension politique, mais Mme Sugimoto cherche au contraire à les analyser selon ce prisme. L’exposé s’est d’abord concentré sur une « Estampe représentant une vue de Kyōto » (京都一覧図画 Kyōto Ichiran-zu ga)2 . La capitale impériale y est représentée en se plaçant depuis Fushimi. Ce choix marque un changement total de perspective par rapport aux estampes de référence, qui prenaient l’angle opposé et montraient au contraire Fushimi. Ici, Sadahide choisit de représenter la ville sur deux plans, avec à l’arrière-plan le quartier des plaisirs, Shimabara, et les remparts de la ville, et au premier plan le Mont Atago et la ville de Kameyama, résidence d’un proche ministre du shōgun. Une dimension didactique existe dans cette estampe, puisqu’elle indique la route d’Edo afin que les habitants de cette dernière ville (où l’estampe était diffusée) comprennent où ils se situent par rapport à l’image. Surtout, elle est soumise au contrôle en février et en mai 1864, ce qui correspond au moment de la visite du shōgun à l’empereur. Dès lors, on peut y voir dans une représentation de Kyōto comme centre des événements politiques de l’époque. La proximité forte sur l’image entre le palais impérial et le château shôgunal peut aussi en faire un symbole des bonnes relations entre l’empereur et le shôgun.

Une seconde estampe, effectuée en 1868, a ensuite été présentée : « Point de vue sur la rive est de la rivière Tone » (利根川東岸一覧 Tone-gawa Tōgan Ichiran)3 . En avril 1868, date du passage au contrôle de l’image, l’armée du shōgun s’était réfugiée à Edo dans l’attente d’un affrontement avec les forces favorables à l’empereur. Or, c’est précisément Edo que Sadahide choisit de représenter. Là encore, il choisit une perspective inhabituelle, qui montre la baie, la rivière Edo et les lieux de divertissements de la capitale, plutôt que le Mont Fuji et le château comme il est de coutume. Ce choix lui permet cependant de montrer plusieurs tombes situées sur un ancien champ de bataille. Surtout, il inclut dans sa perspective les stèles érigées en l’honneur des héros d’un roman populaire du XIXe siècle, Les huit chiens des Satomi (南総里見八犬伝 Nansō Satomi Hakkenden) : cette histoire raconte l’histoire de huit chiens du clan Satomi réincarnés en guerriers, qui décident de s’unir pour refonder le clan et pacifier le Kantō. On peut facilement faire un parallèle entre cette histoire et le conflit dans lequel se trouve pris le peuple d’Edo : la question implicitement posée par Sadahide serait alors de savoir qui serait l’équivalent des huit guerriers des Satomi, à savoir qui serait le pacificateur du Kantô, entre le camp du shōgun et celui de l’empereur. L’évocation d’un récit populaire permet donc à l’estampiste de parler en creux du contexte politique du moment.

Selon Mme Fugimoto, Sadahide cherche donc à représenter les événements de l’époque et à les rendre accessibles à ses contemporains à travers ces représentations paysagères. Entre autres, la situation vis-à-vis de Kyôto pour la première estampe, et l’évocation du récit des huit chiens Satomi dans la seconde, a permis à Mme Sugimoto de mettre en lumière le lien entre représentation du paysage et diffusion de l’information sur les événements politiques du bakumatsu. Cela fut rendu d’autant plus efficace par la grande diffusion des estampes nishiki-e, qui était facilitée par les réseaux de distribution des estampes et la faiblesse du contrôle des autorités par rapport à d’autres supports comme les livres. Il s’agit donc d’une nouvelle piste d’interprétation pour l’étude de ces estampes.

Citer ce billet: «Sugimoto Fumiko (Université de Tōkyō) « Expression de la politique dans les peintures paysagères », Société japonaise et monde de l’information dans le Japon du XIXe siècle, 19 novembre 2019, Université de Paris », par SFEJ. Publié sur Japon(s) le 28/05/2020. Lien : https://sfej.hypotheses.org/988.
  1. En japonais, voir Fumiko Sugimoto, éd., Ezugaku nyūmon (Tōkyō: Tōkyō Daigaku Shuppankai, 2011); ainsi que Fumiko Sugimoto, Kinsei seiji kūkanron: sabaki, kō, « Nihon » (Tōkyō: Tōkyō Daigaku Shuppankai, 2018); en anglais, Kären Wigen, Fumiko Sugimoto, et Cary Karacas, Cartographic Japan: A History in Maps (University of Chicago Press, 2016). []
  2. Partie droite ; partie centrale ; partie gauche []
  3. Image à consulter via https://trc-adeac.trc.co.jp/Html/ImageView/1220415100/1220415100100020/90200021/ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search