Colloque « 50 ans après : un autre Mishima ? » (21-23 novembre 2019, Université de Paris)

Par Thomas Garcin (Maitre de conférence, Université de Paris, organisateur du colloque)

Mishima Yukio (1925-1970) est une figure littéraire notoire. Des pans entiers de son œuvre prolifique sont cependant ignorés par la critique et inconnus du grand public. La fascination suscitée par la vie, la mort et la personnalité de l’écrivain ont notamment contribué à occulter la diversité de ses textes. A l’approche des cinquante de la mort de l’auteur, il semble urgent de rouvrir le dossier Mishima : comment lire ou relire son œuvre ? 

Le colloque « 50 ans après : un autre Mishima ? » (21-23 novembre, Université de Paris) avait pour objet de proposer des pistes de réflexion à ce sujet. Organisé par Thomas Garcin (Université de Paris), Gérard Siary (Université de Montpellier) et Toshio Takemoto (Université de Lille), avec les soutiens du CRCAO (UMR 8155), de l’IFRAE (UMR FRE 2025), de l’Alithila, de la Fondation du Japon, de la fondation Konishi et de la Fondation de France, ce colloque a rassemblé une vingtaine de chercheurs venus du monde entier dont les communications ont été présentées dans le cadre de quatre grandes sessions d’une demi-journée. La première session a été consacrée à la question de la réécriture et des jeux intertextuels qui opèrent à la fois dans l’œuvre et autour de l’image du romancier. La seconde portait sur les textes méconnus de l’écrivain. La troisième, sur les traductions et re-traductions de l’œuvre. La dernière session a offert un aperçu des nouvelles lectures et interprétations dont elle est aujourd’hui l’objet. 

Les deux « conférences keynote » ont été données par John Nathan (University of California in Santa Barbara) et Irmela Hijiya-Kirschnereit (Freie Universität Berlin). Dans sa conférence inaugurale, John Nathan est longuement revenu sur son propre travail en tant que biographe et sur tous les pièges présents dans la littérature de Mishima. Irmela Hijiya-Kirschnereit a, quant à elle, évoqué les différents masques de Mishima et quelques reprises récentes de son image dans la littérature mondiale. La troisième journée du colloque a été marquée par la projection d’une conférence de l’écrivain Hirano Kei.ichirô qui est revenu sur le nihilisme de ce romancier travaillé par un idéal politique abstrait et irréalisable (conférence donnée initialement le 8 novembre 2019, à l’Université de Paris). 

Les interventions des participants ont mis en lumière les aspects ludiques d’une œuvre qui ne refuse ni l’humour ni l’autodérision et joue constamment avec les genres, les stéréotypes, les codes, mais aussi avec les lecteurs parfois dupes de ses manœuvres de séduction ou de manipulation. Le colloque aura aussi permis de tirer un bilan des approches critiques récentes qui ont contribué à déconstruire l’image du romancier, ainsi qu’un certain consensus herméneutique à son sujet. Il a enfin souligné l’importance du travail de traduction/re-traduction actuellement à l’œuvre : les inédits et nouvelles traductions, parus récemment en diverses langues (ou à paraître), rendent justice à la variété et à l’hétérogénéité d’une œuvre trop souvent perçue comme uniforme et homogène. Il faut souligner, à cet égard, l’opportunité et la qualité des deux traductions récentes de Dominique Palmé publiées chez Gallimard dans la collection du Monde entier : Confessions d’un masque (nouvelle traduction, mars 2019), et Vie à vendre (inédit, février 2020). 

Un site est consacré au colloque : https://mishimaparis.sciencesconf.org. Vous y trouvez le programme du colloque et, très prochainement, le résumé des interventions.

Citer ce billet: «Colloque « 50 ans après : un autre Mishima ? » (21-23 novembre 2019, Université de Paris) », par SFEJ. Publié sur Japon(s) le 31/03/2020. Lien : https://sfej.hypotheses.org/947.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/11/2020

    […] Lire le compte-rendu : Japon(s) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search