MICHELIN Franck, La guerre du Pacifique a commencé en Indochine 1940-1941, Paris, Passés/Composés, Ministère des Armées, 2019, 317 p.

Par Éric SEIZELET (Professeur émérite, Université de Paris)

Le titre de l’ouvrage est déjà suffisamment explicite des intentions de l’auteur : montrer que l’occupation de l’Indochine française par le Japon à partir de septembre 1940, n’est pas qu’un épisode parmi d’autres dans l’épreuve de force qui oppose Tōkyō à Washington, mais le prélude incontournable de la guerre du Pacifique et, au-delà du contrôle de l’accès à la Chine méridionale pour couper la route des approvisionnements au régime de Chongqing, le maillon indispensable de l’expansion vers le sud. Son auteur, spécialiste de l’histoire militaire de l’archipel et des relations triangulaires entre l’Indochine, la France de Vichy et le Japon, actuellement professeur à l’Université Teikyō, s’est fait connaître du grand public par ses contributions au magazine L’Histoire et ses interventions régulières dans les médias et en particulier sur France Culture. L’ouvrage même est tiré d’une thèse d’histoire soutenue en décembre 2014 devant l’Université Paris-Sorbonne, couronnée l’année suivante par le prix Shibusawa-Claudel. Il éclaire un angle mort de l’historiographie occidentale pourtant prolixe de la Seconde guerre mondiale et de l’Indochine française, mais qui ne s’est que tardivement intéressée aux relations franco-japonaises dans la péninsule, essentiellement à partir de sources occidentales. C’est le cas en particulier de la publication la plus récente sur le sujet du journaliste Guillaume Zeller intitulée « Les cages de la Kempeitai » (2019), qui évoque la période de mars à août 1945, pendant laquelle Tōkyō met brusquement un terme à la domination coloniale française au Vietnam. Cependant, cette étude est biaisée par le parti-pris antigaulliste de son auteur et l’absence de références japonaises. Tel n’est pas le reproche que l’on fera à Franck Michelin. Suivant en cela le sillon tracé par Namba Chizuru avec son analyse des relations culturelles franco-japonaises dans l’Indochine sous occupation nippone (2012), l’auteur a brassé, en France et au Japon notamment, une masse impressionnante de documents : archives des ministères des affaires étrangères, archives militaires, journaux et mémoires tenus par les protagonistes, ainsi qu’une documentation secondaire importante qui couvre un large spectre des questions politiques, militaires et économiques soulevées et qui alimente un solide appareil critique de plus de 600 notes. C’est cette confrontation des sources japonaises et occidentales qui fait indiscutablement la richesse de cet ouvrage, par la diversité des points de vue et des approches ainsi exposés, même si toutes les zones d’ombres ne sont pas levées. 

Ce travail s’articule autour de huit chapitres. Les deux premiers sur la concurrence des impérialismes français et japonais en Extrême-Orient, les réactions du Japon face à la débâcle française, constituent une mise en contexte salutaire de l’affaire indochinoise par rapport au conflit sino-japonais et au début de la Seconde guerre mondiale. Les trois suivants décryptent dans le détail les négociations franco-japonaises, les opérations militaires dans le Tonkin et le conflit franco-thaïlandais d’octobre 1940 à mai 1941. Le sixième chapitre expose plus spécifiquement le volant économique de l’occupation japonaise. Les deux derniers chapitres, plus convenus, sur l’occupation du sud de l’Indochine au cours de l’été 1941 et le « nœud gordien » indochinois rappellent la place de la péninsule dans l’engrenage fatal qui conduira à l’éclatement de la guerre du Pacifique. 

Ainsi, l’effondrement de la France en juin 1940 constitue pour le Japon une « divine surprise » qu’il n’a pas l’intention de laisser passer. Mais l’auteur se garde bien des simplifications hâtives car si, à Tōkyō, l’on est convaincu que l’Indochine doit être placée sous « protection » japonaise, des divergences existent, tant à l’intérieur de l’Armée que dans la Marine, sur le déroulement du processus, sa nature et son impact sur les négociations avec les Anglo-saxons. Du côté français, si l’on hésite entre une négociation, d’abord à Hanoï, ou son évocation au niveau de Vichy au gré des exigences de Tōkyō, il s’agit de maintenir, alors que le rapport des forces est défavorable, la souveraineté française dans la péninsule, tout en minimisant, autant que faire se peut, les interactions entre les Japonais et les mouvements nationalistes vietnamiens, et en sollicitant l’appui de Londres, obnubilé par la situation de Singapour, et de Washington pourtant peu disposé à l’égard de la France vaincue et de sa politique coloniale. Les gaullistes en tout cas, pour cette période de 1940-1941, sont bien absents. Franck Michelin, soutient par ailleurs que si l’Indochine française a été épargnée des affres de la guerre du Pacifique jusqu’au coup funeste de mars 1945, cela est dû moins à l’habileté de Vichy à maintenir la « Perle de l’Empire » dans le giron de la métropole qu’à l’attitude de Tōkyō qui s’en est quelque peu désintéressé une fois que la péninsule indochinoise a perdu de son intérêt stratégique comme tremplin de l’expansion vers le sud.

Reste la question posée en filigrane par les chapitres 3 et 4 concernant respectivement la « voix de la négociation » et la « voix des armes » qui constituent le cœur du livre. À partir du moment où les dirigeants japonais n’ont pas exclu l’usage de la force en Indochine en cas d’échec des négociations avec Vichy, y a-t-il eu de la part des militaires locaux une volonté de mettre Tōkyō devant le fait accompli ?  L’auteur défend au contraire la thèse d’une invasion programmée au plus haut niveau, dont la cheville ouvrière aura été finalement le général Tominaga Kyōji (1892-1960), responsable des opérations de l’état-major de l’Armée qui, depuis Hanoï, supervise les négociations de la partie japonaise avec les Français, fait le lien avec les forces japonaises stationnées dans le sud de la Chine, et l’état-major de l’Armée, et qui est personnellement favorable à une solution militaire. L’historiographie japonaise dominante a retenu que Tominaga, mécontent de la tournure des négociations avec Vichy, aurait incité la 5ème division à franchir la frontière sans autorisation, provoquant des heurts avec l’armée française, et que suite à cette action, les responsables avaient été démis ou mutés pour ce motif. L’auteur est dubitatif : les sanctions ont été bien légères et tous reprendront du service actif, même Tominaga qui, au passage, passera à la postérité pour l’un de plus mauvais généraux de l’Armée de terre japonaise, le seul à avoir été nommément brocardé par un…pastiche du chant militaire Wakawashi no uta !

L’offensive de la 5ème division intervient bien à l’aube de ce 23 septembre fatidique après la signature de l’accord Nishihara-Martin. Informé, Sawada Shigeru (1887-1980), le chef d’état-major adjoint de l’Armée, obtint en urgence, mais tardivement, un ordre impérial, tairikumei, de suspension de la progression des troupes, mais les hostilités étaient déjà engagées. Quant au général Nishihara Issaku (1893-1945), le chef de la mission de contrôle japonaise en Indochine, il prit la peine d’envoyer une série de télégrammes aux deux vice-ministres et chefs d’état-major adjoints des deux armes déplorant les errements du haut commandement. Et l’une des raisons − officielles − qui aurait justifié la nomination de Tōjō Hideki (1884-1948) comme Premier ministre à l’automne 1941 fut la « détermination » dont il fit preuve en tant que ministre de l’Armée en sanctionnant les officiers généraux qui avaient contrevenu aux instructions impériales. Alors ? Si l’on écarte l’idée, commode, d’une faille dans la chaîne de transmission, les agissements de la 5ème division ont été non seulement couverts, mais téléguidés par le centre depuis l’état-major de l’Armée. D’ailleurs, la question de la discipline militaire n’avait pas été totalement résolue par l’échec de la tentative de coup d’Etat de février 1936. Quoi qu’il en soit, pour les Français attaqués en dépit de la signature de l’accord précité, ce point d’histoire reste secondaire. Sous l’apparence d’accords bilatéraux de « stationnement », quoique léonins, le prestige et la présence de la France en sortent inexorablement atteints. En mars 1945, les masques tomberont. Tragiquement.

On signalera pour finir la qualité du travail éditorial, la présence salutaire de cartes et d’un index nominatif. Par choix, les références nombreuses en langue japonaise ne figurent pas dans la bibliographie thématique finale mais dans les notes en fin d’ouvrage, ce qui n’est guère pratique. Il reste quelques petites imprécisions : le marquis Kido apparaît bien (p. 80), mais sans que le lecteur français sache de qui il s’agit. De même, (p. 95) il est question du « conseil particulier de l’empereur ». Là aussi, le lecteur non averti ne fera pas toujours le lien avec Kido Kōichi. On objectera également au choix de la traduction (p. 296) du poste de naidaijin par « ministre du Palais », source de confusion, alors que l’historiographie retient plutôt celui de Gardien du Sceau privé, ainsi qu’à l’identification un peu étonnante du même Kido Kōichi comme « maire du palais » dans l’index (p. 310), qui incite à des rapprochements historiques hasardeux. Ces quelques remarques formelles n’entament cependant en rien la très haute tenue de ce travail qui, avec l’ouvrage de Sébastien Verney sur l’Indochine sous le régime de Vichy (2012), et celui précité de Namba Chizuru, permet de mieux comprendre la situation pour le moins singulière de l’Indochine française dans la Seconde guerre mondiale.

Citer ce billet: «MICHELIN Franck, La guerre du Pacifique a commencé en Indochine 1940-1941, Paris, Passés/Composés, Ministère des Armées, 2019, 317 p. », par SFEJ. Publié sur Japon(s) le 27/02/2020. Lien : https://sfej.hypotheses.org/917.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search