GRAZIANI Jean-François et NISHIYAMA Noriyuki (dir.), Le Japon, acteur de la francophonie. Enjeux intérieurs, Paris, Editions des archives contemporaines, 2016, 160 P.

Par Xavier MELLET (Professeur assistant, Université Waseda (School of International Liberal Studies))

La Société japonaise de didactique du français (SJDF) réfléchit depuis 1990 à la diffusion du français au Japon[1]. C’est dans le but de faire connaître ses activités que Jean-François Graziani et Noriyuki Nishiyama ont rassemblé au sein de cet ouvrage dix articles préalablement publiés dans la Revue japonaise de didactique du français. Une préface rédigée par Jean-Claude Beacco trace un fil utile entre des contributions très hétérogènes[2], mais dont les réflexions gravitent autour du constat alarmant d’un déclin de la langue française au Japon. Ainsi de la quatrième de couverture : « La langue française conserve dans l’archipel un statut particulier, souvent lié à une certaine image de la culture française, mais dont l’avenir n’est pas garanti ». Ce constat est alimenté par l’impression d’une évolution a priori inéluctable du fait des profondes tendances d’une mondialisation qui véhicule l’anglais comme moyen de communication privilégié, au détriment de toute autre langue. Le déclin concerne aussi bien la pratique que l’image du français au Japon. « A l’heure qu’il est, le français perd peu à peu l’attirance qu’il exerçait auprès du public japonais. (…) Aujourd’hui les gens se demandent s’il vaut vraiment la peine d’étudier une autre langue que l’anglais » (p. 12)[3]

Que faire à partir de ce constat ? Les articles traitant de la période actuelle (six sur dix) envisagent des pistes pour revitaliser le rôle du Japon dans la francophonie. Leur lecture permet de mettre en lumière un ensemble de potentiels sous-exploités au sein de cette conjoncture délicate. Répartissons-les ici en trois thèmes, par souci de clarté.

Premièrement, le français dispose d’un fort potentiel en termes d’image, fruit d’un long héritage historique. Comme le souligne Nobutaka Miura, « le premier dictionnaire franco-japonais sera publié en 1864. La première école de français digne de ce nom ouvrira ses portes à Yokohama en 1865 » (p. 21)[4]. La langue était déjà enseignée sous Edo par les Hollandais à Nagasaki. Contrairement à l’Indochine et la Chine, au Japon le français commence à être enseigné à la demande des populations locales pour satisfaire les besoins de la modernisation militaire (p. 86)[5]. Or, rapidement, elle devient pour les hautes classes un moyen de distinction sociale (p. 89). Hidehiro Tachibana présente ainsi le français comme une langue de « modernité » plutôt que de « modernisation », car il « fonctionnait plutôt comme une voie d’échappement par laquelle on pouvait créer de petits espaces libres, individuels à l’abri de la société industrialisée et répressive » (p. 10). L’image du français s’est ancrée contre le système pour jouer le rôle de refuge individuel, de promesse d’une vie plus douce. D’où sans doute depuis cette époque une prépondérance artistique ou esthétique dans les usages et images du français, associée à un mode de vie qui mêle au vin et à la cuisine le café et le cinéma, autrefois perçus comme anti-système. Selon l’auteur cette valeur symbolique a tendu à disparaitre à partir des années 1970, rendant plus difficile à saisir l’intérêt qu’il peut y avoir à apprendre cette langue.

Cette vision stéréotypée du français est aujourd’hui à la fois un atout et un problème : atout s’agissant d’attirer des apprenants intéressés par sa dimension esthétique ; problème étant donné l’évolution de ce que représente le français dans le monde aujourd’hui. Comme l’explique Sylvain Detey[6], les arguments classiques fondés sur l’importance du français en raison de Napoléon, de l’ONU ou de Médecins sans frontières, doivent être repensés, étant donné la diversification en cours de l’image du français. De grandes entreprises comme Renault ou Dior sont désormais plus connues que les ténors de la littérature. Selon lui, mieux tenir compte des dynamiques actuelles permettrait de concurrencer plus efficacement la sphère anglo-américaine (p. 129-130).

Par ailleurs, la francophonie demeure sous-employée sur ce plan, bien que l’ouvrage fasse état d’un progrès et d’une prise de conscience en la matière. Son potentiel est de plus en plus reconnu, notamment à travers l’importance de l’Afrique – il n’est pas rare désormais de voir des étudiants japonais apprenant le français en raison d’un intérêt spécifique pour l’Afrique (p. 123). Exploiter son potentiel n’est toutefois pas facile. Elle n’est pas unifiée institutionnellement (p. ii)[7], et demeure marquée par l’aventure coloniale et les migrations qui en ont été le symptôme. Il est de plus difficile d’intégrer la diversité des langues françaises au sein d’un système pédagogique clair et cohérent. Comme le note Sylvain Detey, « un grand nombre d’enseignants de français ont été formés en France ou à travers les textes d’auteurs français, et (…) la notion même de variation linguistique reste relativement marginale dans les préoccupations des enseignants » (p. 123). La francophonie est le moyen privilégié de décloisonner l’image du français comme objet de luxe, et d’éveiller les étudiants à la diversité. Les manuels de français l’intègrent d’ailleurs de plus en plus dans leurs contenus (p. 43-44)[8].

Deuxièmement, dans cette période menaçante pour la langue française au Japon, les auteurs font le constat d’un enseignement du français sous-doté en moyens institutionnels et pédagogiques. Laurence Chevalier note ainsi que « la formation des enseignants en FLE reste un problème crucial : la seule, et relativement mince, offre existante émane d’associations d’enseignants et de l’ambassade de France sous forme d’ateliers et de stages ponctuels, mais n’est absolument pas prise en charge par le Ministère de l’Éducation (Mext) ou/et les universités » (p. 39-40)[9]. Signe des troubles actuels, « les préoccupations des enseignants se sont déplacées du comment enseigner au pourquoi enseigner le FLE et aux justifications à opposer dans un pays où il est déclaré inutile » (p. 40). L’auteure souligne le poids d’une méthode traditionnelle d’enseignement qui accorde aux règles de grammaire une importance majeure au détriment de la communication. Cela en dépit de la difficulté reconnue de son apprentissage et de l’ennui qu’elle occasionne chez les étudiants (p. 35). Sa contribution vise à comprendre comment, malgré une inefficacité reconnue et l’affirmation d’une volonté d’adaptation, cette tradition subsiste dans l’enseignement du français dans l’université japonaise. Parmi les facteurs explicatifs se mêlent le caractère pratique qu’il y a à enseigner les règles de grammaire au détriment d’une ambition pédagogique plus profonde (p. 30) ; la persistance du préjugé manichéen qui associe la grammaire à l’effort intellectuel et la conversation au plaisir personnel ; enfin le manque de formation pédagogique d’enseignants qui en conséquence ne savent pas comment faire autrement et tendent à reproduire la tradition (p. 29). Les enseignants ne sont pas suffisamment formés pour se réformer, alors que ces problèmes leur sont généralement connus.

L’ouvrage aborde plusieurs pistes susceptibles d’améliorer la situation. En plus de la francophonie, la contribution de Sachiko Komatsu met l’accent sur les nouvelles technologies comme moyen de contre-balancer la domination du diptyque grammaire-traduction. Cela implique pour les enseignants d’adopter une posture d’ouverture à la nouveauté (p. 43-44). Sylvain Detey en appelle également à l’innovation pédagogique contre la méthode traditionnelle, par exemple à l’aide de cours de type de CLIL (content and language integrated learning), qu’il a instaurés à l’université Waseda. Afin de nourrir l’intérêt pour la France et la pratique de sa langue, ces cours hybrides sont axés sur la communication en classe à l’aide notamment d’outils numériques[10]. Selon Sylvain Detey, l’oralité doit retrouver aujourd’hui une place de premier choix dans le processus d’éducation, car les nouvelles technologies permettent de mieux l’intégrer, et aussi, car « les alternances codiques, les contacts de variétés ; la négociation du sens et l’incertitude linguistique sont devenues (…) plus présentes dans le réel des usagers des nouvelles technologies de l’information et de la communication » (p. 131).

Troisième piste et potentiel sous-exploité, le plurilinguisme. Un défi de taille en raison de la tendance du Japon à privilégier un monolinguisme s’incarnant dans la domination de l’anglais comme unique langue internationale. Le français est le plus souvent enseigné à l’université comme l’une des deuxièmes langues étrangères, alors que depuis la dérégulation décidée en 1991, celles-ci ne sont plus obligatoires (p. 42)[11]. Quasiment absent des lycées japonais, le français doit faire face à une concurrence accrue d’autres langues montantes, tels le chinois et l’espagnol. Atsuko Koishi note que langue étrangère est devenu synonyme d’anglais, et qu’une certaine hypocrisie accompagne ce constat : si l’anglais est présenté comme répondant aux besoins des apprenants, il est d’abord soutenu par les besoins du monde industriel (p. 52)[12]. On l’apprend pour être compétitif sur un marché de l’emploi devenu plus flexible, au détriment de l’apprentissage « pour le plaisir », qui concerne la grande majorité des apprenants du français. L’auteure propose d’éveiller les étudiants aux bienfaits du plurilinguisme, par l’introduction d’activités multilingues dès le primaire, en rendant obligatoire une seconde langue vivante au niveau secondaire (car le Japon est l’un des rares pays où cela se fait très peu), et en améliorant l’accès à l’information sur les langues à l’université. Car lorsque les étudiants disposent de meilleures connaissances sur les langues qu’il est possible d’étudier, ils ont tendance à moins choisir l’anglais. L’auteure donne l’exemple du campus de Shônan Fujisawa de l’université Keio, où des informations données avant les inscriptions pédagogiques ont permis au français d’être étudié par 20% au lieu de 11% des étudiants, alors que l’anglais a baissé de 72% à 21% (p. 56). Ces statistiques datent toutefois de 1993. Qu’en serait-il aujourd’hui ?

Par ailleurs, pour que le français tire profit du plurilinguisme, l’anglais doit passer du statut de « langue-obstacle » à celui de « langue-tremplin ». Sylvain Detey explique que, plutôt que de rester enfermé dans une vision de l’anglais international comme un « danger », il faut le voir comme « un terreau tout à fait propice à une culture renouvelée du français » (p. 125). Les étudiants qui apprennent l’anglais peuvent transférer leurs savoirs dans l’apprentissage du français, faisant de la première langue un « tremplin » vers la seconde. Et l’apprentissage du français peut en retour enrichir leur richesse lexicale en anglais. « L’histoire nous apprend en effet que, depuis la bataille de Hastings et l’invasion normande de 1066, le français (dans ses variétés de l’époque, en particulier normande, certes) a considérablement influencé la formation de la langue anglaise, et que la parenté linguistique entre les deux langues (dans les deux sens) peut constituer une formidable passerelle pour l’apprentissage des deux » (p. 127-128). Cette perspective a été mise en place depuis 2004 par la School of International Liberal Studies de l’université Waseda. Initialement centrée sur l’anglais, cette faculté se réoriente depuis quelques années sur le plurilinguisme, du fait que l’anglais soit devenu une sorte de base commune (p. 128).

Au final, si le constat partagé par les auteurs de l’ouvrage est celui d’un déclin de la langue française au Japon, l’ouvrage a le mérite de stimuler la réflexion sur son avenir, en synthétisant les questionnements et en proposant des pistes de solutions, en dépit d’une structure disparate. Comment faire comprendre aux citoyens japonais que le français peut être utile au sein d’une mondialisation d’apparence anglaise ? Comment améliorer la qualité des enseignements, et ainsi alimenter l’intérêt pour la langue dans la durée ? L’ouvrage fournit un programme de réforme ouvrant un espace à l’optimisme : axer davantage la pédagogie sur la communication plutôt que la grammaire, en utilisant les potentiels offerts par les nouvelles technologies ; lier davantage les images que suscite la langue française avec les enjeux contemporains, sans nuire aux atouts hérités du passé, en utilisant les potentiels offerts par la francophonie. Il ne reste donc plus qu’à poursuivre le travail, car in fine, et il s’agit de la dernière phrase du livre, « la frontière entre enjeux intérieurs et extérieurs de la francophonie au Japon devient (…) beaucoup moins nette : le Japon acteur de la francophonie, c’est aussi, pour le français, être acteur du développement, externe et interne, du Japon 

[1] La SJDF a pris la suite de l’AJPF, Association Japonaise des Professeurs de Français, créée en 1970.

[2] BEACCO Jean-Claude, « La francophonie, catalyseur du questionnement sociétal ».

[3] TACHIBANA Hidehiro, « Le français et la transformation de la société japonaise ».

[4] MIURA Nobutaka, « Le modèle français trois fois écarté : un aperçu de la modernisation du Japon face à la modernité occidentale ».

[5] NISHIYAMA Noriyuki, « Action de l’Alliance française en Extrême-Orient au XIXème siècle – les enjeux géopolitiques de la diffusion du français »

[6] DETEY Sylvain, « Plurilinguisme, usages francophones et anglicisation, de l’Afrique à l’ASEAN : quelles implications éducatives pour le français au Japon ? »

[7] BEACCO Jean-Claude, op.cit.

[8] KOMATSU Sachiko, « Revaloriser l’enseignement du français au Japon ».

[9] CHEVALIER Laurence, « Les facteurs à l’œuvre dans le maintien de l’enseignement traditionnel de la grammaire au Japon ».

[10] L’auteur de ces lignes enseigne ce type de cours au sein du programme Area studies and Plurilingual/Multicultural education (APM) de la School of International Liberal Studies de l’université Waseda, où travaille également Sylvain Detey.

[11] KOMATSU Sachiko, op.cit.

[12] KOISHI Atsuko, « Comment dépasser le ‘monolinguisme’ au Japon ? Réflexion du point de vue de la politique linguistique éducative ».

Citer ce billet: «GRAZIANI Jean-François et NISHIYAMA Noriyuki (dir.), Le Japon, acteur de la francophonie. Enjeux intérieurs, Paris, Editions des archives contemporaines, 2016, 160 P. », par SFEJ. Publié sur Japon(s) le 13/01/2020. Lien : https://sfej.hypotheses.org/635.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search