GALAN Christian et OLIVIER Jean-Marc (sous la direction de) Histoire du Japon & au Japon. De 1853 à nos jours. Toulouse, Privat, 2016, 351 p.

Par Eric SEIZELET (Professeur émérite, Université Paris-Diderot)

Ce nouvel opus, fruit d’un colloque international qui s’est tenu en mai 2012 à l’Université Toulouse 2 le Mirail, témoigne, une fois de plus, de l’allant de l’historiographie française sur le Japon, et du dynamisme des japonisants de Toulouse. Sous la direction des professeurs Christian Galan, spécialiste de l’histoire des politiques éducatives japonaises depuis Meiji et Jean-Marc Olivier, contemporanéiste spécialiste des processus d’industrialisation, une équipe internationale constituée de dix-huit spécialistes venant d’Europe, d’Australie, du Japon et des États-Unis, nous livre, sous l’angle particulier qui est le leur, leur vision de l’histoire du Japon et, à travers elle, de la modernisation de l’archipel.

Dans une longue et forte introduction sur la métahistoire de l’historiographie japonaise d’après-guerre, Carol Gluck, de l’Université Columbia, rappelle la difficulté de la construction d’un récit national qui fasse sens tout en naviguant entre les écueils du « provincialisme », de l’exceptionnalisme et des prismes idéologiques. Elle souligne que l’irruption de la microhistoire, la porosité de la science historique à d’autres sciences sociales telles que la sociologie ou l’anthropologie, ont contribué non seulement à un renouvellement des thématiques et des méthodologies, mais aussi à questionner la place des historiens dans la société japonaise, leur métier, le fonctionnement des mécanismes de transmission du savoir entre maître et disciple et le rapport de l’histoire japonaise à celle de l’Asie. Puis l’ouvrage se déploie, de façon classique, autour de trois grandes parties chronologiques : modernisation (1853-1889) ; empire (1889-1945) ; reconstruction, puissance et doute (1945-aujourd’hui). Celles-ci permettent de décliner cette histoire singulière sous différents angles : politique, éducatif, économique, industriel, et social, mais aussi géographique. Il s’achève sur une conclusion un peu décalée par rapport au reste du livre sur la découverte d’un « autre Moyen Âge ».

Une histoire du Japon de plus ? Ce serait faire, sur ce plan, un mauvais procès aux auteurs car, d’une part, l’ouvrage apporte des éléments de réflexion sur l’histoire industrielle et économique du Japon, qui constitue un champ de recherche relativement peu développé jusqu’à présent. Et, d’autre part, parce que l’œil du lecteur ne peut qu’être attiré par le titre – une histoire du Japon et au Japon – qui en révèle la trame : il s’agit de confronter un regard autocentré de l’Occident sur l’Autre à la vision japonaise de sa propre histoire, et de voir dans quelle mesure, cette vision décentrée peut nourrir la réflexion sur une conception plurielle et multidimensionnelle de la modernité. Un pari ambitieux qui n’est que partiellement réussi. Car l’ouvrage présente en réalité deux types de contributions distinctes. Les unes, comme l’introduction de Carol Gluck (« Une métahistoire de l’historiographie japonaise d’après-guerre »), celles de Michael Lucken (« Le totalitarisme japonais (1935-1945) : brève histoire d’une image »), de Frédéric Danesin (« Le Japon et la Première Guerre mondiale : quelques problématiques soulevées par l’œuvre d’un témoin contemporain, Mizuno Hironori (1875-1945) ») ou de Brice Fauconnier (« La continuité des élites “libérales” japonaises de l’avant à l’après-guerre : les critiques de Takeuchi Yoshimi et de Tsurumi Shunsuke ») s’insèrent dans cette problématique générale et cherchent, à partir d’une thématique particulière, à obéir à cette logique de décentrement en scrutant les développements de l’historiographie japonaise et l’intégration par les historiens des catégories occidentales d’analyse. D’autres sont de facture plus classique, en ce sens qu’elles traitent d’un aspect particulier de l’histoire de la modernisation de l’archipel ou parcourent, à grandes enjambées, des pans de l’histoire politique du Japon d’après-guerre, comme celles de Miura Nobutaka (« Qu’est-ce qui a changé en 1968 et en 1989 au Japon ? Ou chronique de la mort annoncée de la “démocratie d’après-guerre” ») ou Arthur Stockwin (« Quelle a été l’importance du changement de gouvernement de septembre 2009 dans l’histoire du Japon ? »). Certaines, comme celle de Laurent Nespoulous (« Sur la question de la temporalité au début de l’ère Meiji »), se situent à la lisière de ces deux approches. La qualité des contributeurs n’est pas en cause, mais le titre autorisait sans doute des échappatoires par où la majorité des auteurs s’est engouffrée. On aurait ainsi aimé, par exemple, que la référence au rescrit impérial sur l’éducation donne lieu à une analyse portant non pas seulement sur l’importance de ce document dans la politique éducative du Japon impérial – sur laquelle la littérature est considérable –, mais fasse plus largement état de la façon dont l’historiographie japonaise s’est emparée de ce texte, avant comme après 1945, et de l’influence, dans une démarche réflexive, que ces appropriations complexes ont pu exercer sur la nature et le rôle de ce rescrit à travers, cette fois-ci, le regard porté par l’historiographie occidentale sur le Japon. De même, il manque peut-être une réflexion plus globale sur le rôle de la temporalité dans la construction des objets historiques comme l’y incite cependant la confrontation entre l’article de Lionel Babicz sur la journée du 11 février 1889 (« Le 11 février 1889 et la naissance du Japon moderne ») et celui de Laurent Nespoulous qui s’inscrit plutôt dans la longue durée.

Le spécialiste du Japon ne pourra non plus se déprendre d’un léger sentiment de frustration. L’article de Lionel Babicz s’inspire, pour l’essentiel, de celui qu’il avait publié dans le numéro 333 de la revue l’Histoire (numéro spécial « Le Japon : des samouraïs aux mangas ») en 2008 ; la contribution d’Elisabeth de Touchet (« Le développement de l’industrie japonaise au XIXe siècle : le rôle des Occidentaux dans l’édification du nouvel État japonais » ) qui porte en substance sur l’arsenal de Yokosuka, n’apporte rien de bien nouveau par rapport à sa thèse soutenue en… 2000. La conclusion de Sugizaki Taiichirō (« Être historien au Japon aujourd’hui : la découverte d’“un autre Moyen Âge” ») n’en est pas une car le thème abordé n’a rien à voir, si ce n’est qu’à la marge, avec la période étudiée dans le livre. Elle n’offre d’ailleurs rien de particulièrement neuf par rapport à l’excellent et inégalé numéro des Annales. Histoire, Sciences sociales sur « L’histoire du Japon sous le regard japonais » publié en mars-avril 1995. Plus intéressants cependant, les passages bien trop succincts consacrés à l’impact de la catastrophe de Fukushima sur les historiens japonais, mais dont on se demande quel est le rapport avec le Moyen Âge évoqué dans le titre de cet article conclusif !

En bref, le lecteur a parfois l’impression d’être en présence d’une juxtaposition de textes, intéressants par eux-mêmes, mais qui ne sont pas toujours novateurs, et qui n’obéissent que très partiellement au cahier des charges initial. Au total, il y a beaucoup d’histoire du Japon, mais pas assez d’histoire au Japon. Signalons tout de même la grande qualité du travail éditorial, même si la présence d’un index aurait également été appréciée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.