GIARD Agnès, Un désir d’humain – les « love doll » au Japon, Paris, Les Belles Lettres, 2016, 376 p.

Par Julien BOUVARD (Maitre de conférences, Université  Jean Moulin – Lyon 3)

Peut-on trouver un sujet de recherche plus illégitime qu’une love doll ラブドール ? Figure pornographique, la « poupée d’amour » (comme le traduit Agnès Giard) possède tout d’abord le handicap d’être associée à l’industrie du sexe. Or, celle-ci ne fait pas l’objet de recherches poussées dans le monde académique occidental, et encore moins en France, à l’exception des travaux de quelques téméraires chercheurs en Porn Studies [1]. Pire encore, les love doll, à la différence des shunga (estampes érotiques), qui ont droit de cité dans les musées, existent aujourd’hui presque exclusivement [2] en tant qu’objets de consommation. Ces femmes-objets ou plutôt « objets-femmes » étant conçues, fabriquées et diffusées comme n’importe quel produit manufacturé, elles constituent un marché, ce qui renforce ainsi l’analogie avec l’industrie pornographique, voire avec la prostitution. Comme si cela n’était pas suffisant pour rebuter le chercheur, il faut également ajouter la critique du caractère sexiste des love doll ; ces poupées glorifieraient une féminité fabriquée par et pour les hommes, confirmant ainsi de manière concrète et matérielle ce que le discours féministe a toujours désigné comme la réification des femmes, leur transformation en « chose », leur réduction à un pur outil de satisfaction sexuelle destiné aux hommes. Objets pornographiques sexistes, parfois marketés de manière maladroite par les différentes entreprises qui se partagent le marché restreint, les love doll se retrouvent de manière logique dans l’angle mort du monde académique.

Outre cette question de légitimité en tant qu’objet d’étude, la love doll, parce qu’elle n’existe pas uniquement au Japon, pose également au chercheur un problème de positionnement quant à l’originalité ou non de ces poupées. Comme le signale l’autrice en introduction (p. 14), on peut très aisément tomber dans deux écueils que connaissent bien les chercheurs en études japonaises : soit nier les aspects culturels propres du Japon et considérer qu’il s’agit d’un phénomène transnational dans lequel les affects, les fantasmes et les représentations circulent de manière fluide et uniforme, soit au contraire considérer les love doll comme les manifestations contemporaines d’un animisme japonais ancien, voire comme des Bouddhas (p. 19). L’ouvrage évite ces écueils en mettant à distance ces discours simplistes et comble fort heureusement le vide dans ce domaine.

Agnès Giard propose ici une réflexion dans la continuité de ses ouvrages précédents sur l’amour et le sexe au Japon[3], dans lesquels la question du désir était déjà centrale. En se concentrant cette fois-ci sur un aspect original, voire excentrique, de la manifestation du désir dans le Japon contemporain, elle décrypte méticuleusement les affects produits par ces poupées et interprète ce phénomène comme l’expression d’un sentiment amoureux réinventé par le bricolage, l’imagination et la passion de ses utilisateurs. Pour elle, les love doll ne sont pas uniquement des outils de plaisir pour le corps, mais des moyens pour leurs utilisateurs d’expérimenter le sentiment affectif, de se sentir apaisé ou encore de revendiquer une inadéquation aux formes classiques de relations amoureuses imposées dans le Japon contemporain. De la relation affective avec la love doll naissent des formes particulières d’expression (mises en scène, photographies, discussions fictives), sous-tendues par l’imagination de l’utilisateur, outil nécessaire au bon fonctionnement de la poupée. Tiré de sa thèse d’anthropologie soutenue en 2015 à Paris Nanterre, intitulée Humanité désirée, humanité simulée : étude de l’effet de présence dans les objets anthropomorphiques au Japon, ce livre est d’abord le fruit d’un travail de terrain auprès de ceux qui fabriquent (sociétés spécialisées, comme en particulier Orient Industry) et consomment (les utilisateurs) ces « poupées d’amour ». Il se nourrit également d’articles de presse qui les évoquent. En ayant toujours recours à différents niveaux de régime discursif, Agnès Giard s’attache à déceler les sens sociaux, affectifs, voire métaphysiques, de ces poupées.

Le premier chapitre, intitulé « Le marketing de la love doll : la love doll comme ‘être de substitution’ », offre un panorama général de l’histoire de ces objets, en insistant dans un premier temps sur l’origine des premières poupées ou plutôt des premiers jouets sexuels, à l’époque d’Edo. Les azuma-gata 吾妻型, qui imitaient la forme d’un vagin, étaient censés compenser le faible nombre de femmes à Edo (actuelle Tokyo). On regrettera simplement l’absence étonnante de description du phénomène durant la période allant de l’ère Meiji à la fin de la Seconde Guerre mondiale, malgré l’existence pourtant attestée des Dutch wife ダッチワイフ (littéralement « épouses hollandaises » ; ce terme désigne des coussins, puis des poupées à vocation sexuelle). La suite du chapitre est consacrée à la conception contemporaine de la love doll, à travers sa place dans l’univers médiatique et surtout l’histoire de cette industrie de niche. À ce titre, l’histoire de l’entreprise Orient Industry et de son fondateur, Tsuchiya Hideo, révèle l’ambiguïté du positionnement marketing d’un produit sulfureux dont les commerçants tentent, parfois maladroitement, de justifier l’utilité. D’abord vendues comme des produits à destination d’un public en situation de handicap physique ou affectif, les poupées deviennent peu à peu destinées à tous. Les industriels adoptent alors un discours « anti-stigmate » en présentant leurs poupées comme des êtres à aimer, dotées de prénoms, ayant une personnalité, cherchant à faire disparaître peu à peu leur aspect « produit de substitution » (ou jouet sexuel). En les considérant ainsi, c’est-à-dire comme des êtres animés à adopter, ils ajoutent, selon Agnès Giard, une plus-value à leurs produits (dont ils ne vendent que 1000 pièces par an) et tentent de s’adapter aux goûts des acheteurs, lesquels désirent des poupées moins pour leur ressemblance avec une femme réelle que pour leur capacité spécifique à devenir des réceptacles de leur imagination.

Le deuxième chapitre de l’ouvrage est précisément consacré aux interactions entre les poupées et leurs utilisateurs. Battant en brèche le présupposé d’un simple outil sexuel, Agnès Giard démontre avec pertinence qu’elles permettent la construction de relations complexes, fondées sur des interactions visuelles, physiques et mentales. Si des « relations » sont rendues possibles, c’est que ces objets peuvent exercer sur nous un pouvoir, une « intentionnalité » (p. 118) que nous projetons sur eux. Agnès Giard s’attarde longuement sur les yeux des poupées dans cette partie, qui est sans doute l’une des plus abouties de l’ouvrage.

L’air naïf des poupées, l’écartement des yeux qui évoque la trisomie 18, ce regard qui louche un peu, sont autant d’atouts pour attirer l’affection de l’utilisateur. Leurs grands yeux non réalistes et typiques de la culture otaku sont là pour se laisser envahir par le sujet qui scrute[4].

Les visages des love doll sont aussi les parties les plus précieuses pour les utilisateurs, qui les coiffent, les habillent, les mettent en scène, parfois même dans des photographies qu’ils partagent ensuite entre eux. Agnès Giard démontre très bien que les utilisateurs sont autant les architectes de cette relation qu’ils en sont les produits, en ce sens que la poupée ne serait pas qu’un espace de projection à fantasmes, elle agirait sur la psyché et le comportement de son client. De manière paradoxale, il survient alors chez certains d’entre eux un phénomène contradictoire au projet initial de domination masculine sur un corps féminin réifié et disponible : ils deviennent eux-mêmes des poupées. Comme l’affirme l’un d’entre eux : « Quand je mets en scène la poupée, j’imagine que je suis la poupée elle-même. » (p. 151), ce qui démontre la puissance identificatrice de ces objets.

La troisième et dernière partie de l’ouvrage (« métaphysique de la love doll ») invite le lecteur à considérer l’ambiguïté existentielle de la poupée à travers les trois parties détachables que sont sa tête (territoire de l’âme), son corps et son vagin. Le caractère détachable, et parfois jetable, du vagin, étant une spécificité japonaise. Agnès Giard justifie ce choix par deux raisons. La première est d’ordre hygiénique : les utilisateurs japonais voudraient préserver la propreté de leur poupée et son caractère immaculé, allant même jusqu’à mettre des préservatifs pendant le coït. Or, une deuxième raison apparaît elle aussi cruciale pour comprendre cette originalité japonaise : il s’agit de l’article 175 du code pénal, qui interdit la production, la diffusion et la vente de produits « obscènes » (waisetsu  わいせつ) et dont la jurisprudence oblige cinéastes, dessinateurs ou artistes à la retenue quant à la représentation des organes génitaux. En choisissant de dissocier le sexe et le corps, les professionnels du secteur tenteraient donc d’éviter de lourdes sanctions. L’autrice continue ensuite brillamment sa démonstration en utilisant le motif du « creux », lié à cette morphologie spécifique des love doll. C’est précisément de ce « vide » prêt à accueillir les fantasmes et attentes du client que naissent leurs désirs. La poupée est ici considérée comme un « véhicule » pour leurs imaginaires. Le topos de la femme artificielle, l’androïde, voire la poupée gonflable se retrouve dans d’autres œuvres de la subculture japonaise, ce que ne manque pas de noter l’autrice, qui s’intéresse notamment à ce type de figures dans les mangas de Tezuka Osamu (p. 211) et dans une plus large mesure à l’esthétique otaku, laquelle contamine parfois la forme des poupées, au grand désarroi des puristes.

Le premier mérite de cet ouvrage est qu’il parvient à expliquer avec beaucoup d’objectivité la place et l’utilisation de ces objets qui sont manifestement plus que des simples poupées. Évitant les pièges inhérents à ce type de sujet (essentialisation extrême, ou à l’inverse oubli du contexte culturel), l’autrice est parvenue à analyser ces love doll de manière méthodique, du point de vue de leurs spécificités (parfois de leur extrême raffinement) et des multiples formes d’utilisation par les clients. Il en ressort un texte passionnant qui ouvre sur des réflexions profondes quant à la nature du sentiment amoureux, des affects ou de la relation à l’autre. L’extrême facticité du dispositif, volontairement non réaliste et pourtant tellement efficace, fait écho à d’autres domaines analogues au sein de la subculture japonaise (manga amateur, visual novel, light novel) qu’il faudrait désormais mettre en lumière pour une meilleure compréhension du phénomène[5].

Enfin, on ne peut que saluer l’originalité de l’ouvrage « Un désir d’humain – les love doll au Japon » qui, dans le paysage actuel de la japonologie française, constitue une ouverture bienvenue vers des sujets inédits et passionnants.

[1]Les Porn Studies sont le nom d’un champ d’étude consacré à la pornographie apparu aux États-Unis dans les années 1990. Une revue scientifique reprenant ce terme est publiée depuis 2014. Cf. LANDAIS Émilie, « Porn studies et études de la pornographie en sciences humaines et sociales », Questions de communication, N°26, 2014, p. 17-37.

[2]On citera malgré tout l’artiste KAN Mika 菅実花, qui les utilise dans ses œuvres, en les détournant de leur fonction première puisqu’elle les transforme en femmes enceintes.

[3]GIARD Agnès, L’imaginaire érotique au Japon, Paris, Albin Michel, 2006 ; GIARD Agnès, Dictionnaire de l’amour et du plaisir au Japon, Paris, Drugstore, 2008.

[4]À propos du regard, Agnès Giard signale d’ailleurs (p. 128) qu’il existe des DVD dans lesquels des filles ne font que regarder la caméra, invitant ainsi le spectateur à l’intrusion dans son intimité et sa psyché. On pourrait ajouter à ces observations le traitement réservé aux personnages féminins dans les jeux vidéo de type « visual novel ». En effet, ceux-ci font presque toujours l’objet de gros plans fixes, le lecteur-joueur étant contraint de se fier à l’expression des visages et à de sommaires boîtes de dialogues permettant une interaction limitée pour tenter de comprendre leurs pensées.

[5]Quelques ouvrages ambitieux ont ainsi démontré comment la culture otakua changé notre perception de la « réalité » ou des relations humaines. Citons en particulier : NAKAMASA Masaki 仲正昌樹, [Riajû] môsô – Shinjitsu ga aru to iu koto no omoikomi <リア充>妄想—真実があるということの思い込み (L’illusion du bonheur réel – La croyance en l’existence de la réalité), Tokyo, Meigetsudô Shoten, 2010. De même, les ouvrages de HONDA Tôru 本田透invitent le lecteur à sortir du régime de l’amour courtois pour adopter une nouvelle orientation sexuelle tournée vers des personnages fictifs.

Citer ce billet: «GIARD Agnès, Un désir d’humain – les « love doll » au Japon, Paris, Les Belles Lettres, 2016, 376 p. », par SFEJ. Publié sur Japon(s) le 26/07/2018. Lien : https://sfej.hypotheses.org/358.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.