MARIOLLE/BUFFI/CARRÉ, L’empereur Meiji, Grenoble, Glénat/Fayard, 2017, Collection « Ils ont fait l’Histoire », 48 p + cahier non numéroté.

Par Eric SEIZELET (Professeur émérite, Université Paris-Diderot)

L’éditeur grenoblois spécialisé, entre autres, dans la publication de mangas, comics et autres bandes dessinées et son confrère parisien ont inauguré, depuis mars 2014, une collection commune dédiée à la publication de biographies sous forme d’albums de BD, de grandes figures de l’histoire mondiale. Celle sur l’empereur Meiji (1852-1912), de son nom de naissance Mutsuhito, constitue le troisième opus asiatique de la série, après Gengis Khan et Mao Zedong. L’originalité de cette collection est d’associer auteurs de BD et universitaires dans des albums qui se veulent à la fois ludiques et pédagogiques, au plus près du contexte historique. Celui sur l’empereur Meiji n’échappe pas à la règle. Ennio Bufi est un dessinateur italien né en 1976 qui n’en est pas à sa première collaboration avec un scénariste français, puisqu’il a travaillé avec Richard Marazano – le co-auteur de la trilogie « Complexe du chimpanzé » (Dargaud 2007-2008) – sur le premier tome de la série « Clandestino » (Hachette 2013). Mathieu Mariolle a été scénariste des « Mondes de Thorgal – Kriss de Valnor » (Éditions Le Lombard, tomes 6 et 7, 2016-2017) ; il s’est également aventuré dans l’univers des guerriers japonais avec « La voie du Sabre », deux tomes parus également chez Glénat en 2013 et 2015. Quant à Guillaume Carré, qui a fait office de conseiller historique, il est Maître de conférences HDR à l’École des Hautes en Sciences sociales (EHESS) et spécialiste de l’histoire du Japon prémoderne et moderne. L’album comprend, en fin de volume, un petit cahier historique sur Meiji et son temps, agrémenté de quelques données cartographiques et d’une chronologie permettant au lecteur non familier de l’histoire du Japon de se repérer.

Faire une biographie, illustrée de surcroît, de l’empereur Meiji était un véritable défi. Il existe de nombreuses publications sur ce monarque « éclairé », mais elles sont le plus souvent de caractère hagiographique, ou officielle. C’est le cas des Annales de l’empereur Meiji (Meiji tennō ki, 13 volumes), compilées par le ministère de la Maison impériale (Kunaishō) et publiées tardivement par la maison d’édition Yoskikawa kōbunkan (1968-1977), qui demeurent, encore aujourd’hui, la référence incontournable en la matière. Encore ne s’agit-il que de l’homme public, et plus particulièrement de l’image qui en a été faite. Mais, de toutes les personnalités intégrées dans cette collection, Meiji demeure la figure la plus énigmatique et l’album de manque pas, à plusieurs reprises, de s’en faire l’écho. Certes, il fut une remarquable figure de proue et il s’est admirablement coulé dans le rôle qu’on a voulu lui faire jouer. Mais il est difficile de lui imputer personnellement les grandes décisions politiques qui ont jalonné ce long règne de quarante-cinq ans. Peu préparé à l’exercice du pouvoir du fait de la mort prématurée de son père, il ne semble pas avoir été particulièrement assidu aux affaires gouvernementales, du moins jusqu’à la guerre civile du sud-ouest de 1877. Méfiant, à l’intérieur, à l’égard des partis politiques dont il déplorait l’instabilité, ce n’est qu’avec réticence qu’il a engagé son pays dans la guerre contre la Chine (1894-1895) et la Russie (1904-1905). Ayant été instruit par l’ancien président américain Ulysses Grant (1822-1885) lors de sa visite au Japon en 1879, il craignait également que le financement des guerres extérieures ne nourrisse l’endettement – et donc la dépendance – de son pays à l’égard des Puissances. De l’homme, on ne retient généralement qu’un mode de vie frugal, sa passion pour la poésie de style waka – il composa plus de 90 000 poèmes – des sabres japonais dont il était un fin collectionneur, son goût excessif pour l’alcool – vraisemblablement à l’origine du diabète qui l’emporta – et une excellente mémoire qui prenait souvent en défaut ses conseillers et interlocuteurs. Artisan de la modernisation de son pays, l’empereur Meiji fut néanmoins un conservateur dans l’âme, peu disposé à céder aux sirènes d’un occidentalo-centrisme dont il récusait les gadgets : il détestait la photographie qui, il est vrai, ne le montrait pas sous son meilleur jour, et s’opposa, jusqu’à la fin de son règne, à l’introduction de l’électricité dans ses appartements privés au Palais impérial. Distant à l’égard de ses propres enfants – étiquette et protocole de la Cour obligent – bon époux, mais entouré de nombreuses favorites qui lui donnèrent quinze enfants, dont un seul enfant mâle parvint à l’âge adulte – le futur empereur Taishō (1879-1926) –, on ne sait rien encore des failles secrètes d’un père prolifique qui a vu disparaître dix de ses enfants avant l’âge de deux ans, et qui n’ignorait rien de la méningite qui avait frappé le seul de ses fils survivants, quelques semaines seulement après sa naissance.

L’empereur Meiji est donc certes devenu une figure-culte, mais l’homme, son caractère, son action réelle demeurent un mystère. Le parti pris des auteurs a donc été d’utiliser le tennō (désignation japonaise de l’empereur) comme faire-valoir d’une époque – l’ère Meiji – où le Japon accède à la modernité et à la respectabilité internationale. Le fil rouge de l’album est un dialogue rugueux entre Itō Hirobumi (1841-1909) et Katsura Tarō (1848-1913) en 1909, dont l’opposition sur la stratégie à l’égard de la Corée fournit le prétexte à deux regards différents sur la trajectoire du Japon depuis Meiji. Alors que celui d’Itō, apparaît plus circonspect et modéré, celui de Katsura est plus cynique et « impérialiste ». La BD suggère ainsi que si les élites politiques du moment partageaient le même objectif, elles étaient divisées sur les moyens d’y parvenir et elle montre également que la modernisation du Japon fut jalonnée de crises successives, tant sur le plan intérieur qu’international.

Sur le fond, on formulera trois remarques et quelques mises au point :

En premier lieu, la dynamique interne de l’album est fondée sur un découpage qui alterne des pages d’histoire descriptive et le dialogue rétrospectif entre les deux hommes mais dans lequel, pour les raisons évoquées plus haut, la personnalité même du souverain reste relativement effacée : du coup, la question se pose de savoir si l’empereur Meiji appartient bien à la catégorie de ces hommes qui ont « fait l’histoire », au même titre que Napoléon, Louis XIV ou Jules César. Ou plutôt au nom duquel l’histoire a été faite… D’autres personnages de l’histoire japonaise auraient pu y figurer : Minamoto no Yoritomo (1147-1199), Tokugawa Ieyasu (1543-1616) par exemple n’auraient certainement pas dépareillé dans cet aréopage prestigieux, tant leur ascendant personnel et les politiques qu’ils ont menées ont été décisives. Mais leur aura restait circonscrite à l’archipel. Le paradoxe fut de choisir une époque, Meiji, qui marque l’irruption du Japon « moderne » sur la scène internationale, alors que cette mutation doit peu au charisme, à l’ambition et à l’esprit visionnaire du prince qui le gouverne.

En second lieu, l’album restitue bien l’ambiance de l’époque. Le spécialiste du Japon en reconnaîtra aisément tous les protagonistes, habilement dessinés dans les costumes et les paysages du Japon de Meiji. On sent le soin particulier attaché une reconstitution historique qui s’attache d’ailleurs moins au détail qu’à l’atmosphère. Le choix cependant des acteurs interpelle : on y voit bien Iwakura Tomomi (1825-1883) qui fut l’un des personnages clés de la Restauration de Meiji en 1868, mais le lecteur ignorera qu’il disparaît prématurément en 1883. Le portrait de Yamagata Aritomo (1838-1922) figure certes en couverture, mais le fondateur des armées impériales disparaît dans la suite de l’album, alors qu’il fut le principal rival d’Itō Hirobumi tout au long de l’ère Meiji.

En troisième lieu, l’album établit un bon équilibre entre le texte et l’image. Du texte, il en fallait pour éviter que le lecteur ne s’égare dans le dédale de l’histoire japonaise. Sans pour autant altérer ce qui est avant tout une bande dessinée, et donc le primat du visuel.

Quelques remarques conclusives : le passage, p. 21, qui montre que l’empereur est amené, visiblement à contrecœur, à occidentaliser ses habitudes alimentaires, mériterait d’être nuancé : si Meiji n’avait guère de goût pour la cuisine occidentale, il était amateur de vins français…De même, p. 30, il est dit que 300 000 hommes ont été nécessaires pour réduire la révolte des samurai emmenés par Saigō Takamori (1828-1877) en 1877. Une estimation impossible à l’époque au regard des chiffres de la conscription. Les effectifs des forces gouvernementales effectivement engagés sur le terrain n’ont en effet guère dépassé les 60 000 hommes. Quant aux chiffres avancés de 150 000 morts pour la guerre russo-japonaise (p. 45), ils sont très exagérés : celui de 90 000 morts, dont 55 000 sur le champ de bataille, est aujourd’hui le plus communément admis par les historiens, ce qui représente tout de même près de trois fois les pertes enregistrées du côté russe. La dernière bulle qui montre un enfant trottiner en direction de l’empereur qui regarde par la fenêtre du palais plongera le lecteur dans des abîmes de perplexité : pourquoi cette image ? De qui s’agit-il ?

Au total, ces quelques réserves faites, cette BD montre bien les interactions entre politique intérieure et politique internationale dans l’édification du Japon moderne. On s’étonnera cependant que plus deux tiers de l’album soient consacrés à la fin du Bakufu et à la première moitié de l’ère Meiji. A moins d’y voir un choix éditorial délibéré, car il est vrai que ce moment particulier de l’histoire du Japon est peut-être aussi le moins connu du public francophone. Cette BD n’apprendra rien aux historiens du Japon, mais, de prime abord, elle ne leur est pas destinée. Et si elle donne au lecteur l’envie éventuelle d’en savoir plus, elle aura aussi rempli son office.
Précisément, pour des compléments d’information, on se reportera à la petite bibliographie en fin de volume, et notamment à :
KEENE Donald, Emperor of Japan: Meiji and its World, 1852-1912, Columbia University Press, 2002, 922 p.
SHILLONY Ben-Ami ed., The Emperors of Modern Japan, Leiden, Brill, 2008, 348 p.
et en langue japonaise, pour des études récentes :
ASUKAI Masamichi, 飛鳥井 雅道, Meiji taitei明治大帝 (Meiji le Grand), Chikuma shobō, 1989, 206 p.
KASAHARA Hidehiko, 笠原 英彦, Meiji tennō, kunō suru risōteki kunshu 明治天皇 ―苦悩する「理想的君主」(L’empereur Meiji, un « monarque idéal » à la peine), Chūkō shinsho, 2006, 309 p.

 

Citer ce billet: «MARIOLLE/BUFFI/CARRÉ, L’empereur Meiji, Grenoble, Glénat/Fayard, 2017, Collection « Ils ont fait l’Histoire », 48 p + cahier non numéroté. », par Sfej. Publié sur Japon(s) le 20/06/2018. Lien : https://sfej.hypotheses.org/339.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.