Anne Gonon et Christian Galan, Occupy Tôkyô. SEALDs, le mouvement oublié, Le bord de l’eau, documents, 2021, 214 p.

Par Xavier MELLET (Professeur associé, Université Rikkyo, Global Liberal Arts Program)

À quoi bon écrire un livre sur un mouvement social n’ayant réussi ni à remporter de victoire politique, ni à représenter la jeunesse japonaise ? Formé le 3 mai 2015, bien après les indignés ou autres « occupy » de 2011[1], le SEALDs, ou Students Emergency Action for Liberal Democracy, s’auto-dissout le 10 décembre après le vote de la loi dite de secret-défense à laquelle il s’opposait, en ayant rassemblé qu’un nombre limité d’étudiants à ses manifestations[2].

Or, l’une des vertus principales de l’ouvrage co-écrit par Anne Gonon et Christian Galan est de démontrer qu’au-delà d’une absence relative de poids politique et de représentativité, analyser le mouvement SEALDs aide à mieux comprendre les mouvements issus des jeunesses démocratiques et les dynamiques propres au Japon contemporain. L’ouvrage analyse à la fois les conditions structurelles qui ont amené à son émergence (partie 1), et ses caractéristiques propres, qui le distinguent des mouvements étrangers (partie 2). Court mais dense (161 pages sans les annexes), il autorise de nombreuses interprétations. Essayons ici de rendre compte de ses principaux arguments, en nous focalisant sur l’ode aux études qualitatives qu’il effectue, ses aller-retours entre cas singulier et théorie. Car le mouvement SEALDs est étudié au-delà de ses caractéristiques propres, tant il témoigne d’une évolution des modes d’action collective induite notamment par les réseaux sociaux, voire de l’idéal démocratique. Il a surtout donné à voir les difficultés des jeunes à trouver leur juste place dans la communauté politique japonaise, en raison de l’essaim de critiques conservatrices qui l’a subi de la part des mondes politique et intellectuel, et plus simplement de nombreux « adultes ».

 

SEALDs, un mouvement inclassable ? 

Sa composition, ses revendications et ses modes d’action ont fait que le mouvement SEALDs se dilue mal dans les catégories d’analyse de la science politique. L’analyse en dégage de déroutantes singularités (partie 2). Distinguons-en trois ici. Premièrement, il a été composé quasi-exclusivement d’étudiants issus d’universités parmi les meilleures du pays, sans chercher à représenter l’ensemble de la jeunesse. Bien qu’organisée en réseau ayant des antennes dans différentes parties du pays, sa démarche n’a pas consisté en un élargissement progressif visant à incarner un mouvement porté par une classe d’âge.

Deuxièmement, les SEALDs ont prôné un retour aux grands principes démocratiques de l’immédiat après-guerre plutôt que des mesures concrètes pour les jeunes. Ils ont privilégié une réflexion abstraite-universitaire sur les mécanismes de la représentation, qu’illustra le slogan « What is democracy ? », sans se rattacher aux habituels thèmes de la lutte sociale[3]. Les auteurs analysent les revendications du mouvement comme un « retour à une traditionnelle politique libérale » des équilibres et de la redistribution des richesses[4], dans un contexte post-Fukushima où de nombreuses décisions furent prises en vase-clos, sans tenir compte de l’opinion publique, par une classe politique particulièrement âgée.

Un certain refus du politique constitue une troisième singularité déroutante. L’échec du mouvement peut s’expliquer selon les auteurs par le fait qu’aucune stratégie politique n’était clairement établie[5]. Les acteurs furent animés par le refus de parler pour les autres, de constituer un « nous » porteur d’une ligne politique, où de se structurer en un mouvement dirigé par des chefs. Le mouvement a servi de cocon protecteur à des étudiants désireux de parler de leur voix, dans une société où les différences d’âge tendent à hiérarchiser les légitimités. « Tout s’est passé de fait comme si les SEALDs ne se voulaient les porte-parole que d’eux-mêmes et avaient eu le souci que leurs prises de position publiques apparaissent indépendantes et personnelles »[6]. Cette démarche individualiste structurée en « communauté des égaux » (Rancière) qui refuse le politique a beaucoup dérangé et été mal comprise au Japon, tant elle tranchait avec le fonctionnement hiérarchique de la société[7].

L’engagement constituait ainsi principalement un apprentissage de la citoyenneté, sans chercher à imiter d’illustres prédécesseurs, comme si l’engagement avait du sens pour lui-même. « Pas de projections sur l’avenir, pas d’énonciation d’une utopie sociale, mais un présentisme valorisé par les jeunes, comme souvent par l’ensemble de la société japonaise, accompagné par une mise en avant de l’action telle qu’avait souhaitée la saisir Hannah Arendt. La participation aux manifestations fut vécue comme un apprentissage »[8]. Perçu comme un « perfectionnement moral » (Laugier)[9] autant qu’une « expérience esthétique », il témoigna d’un désir d’apprentissage de jeunes qui, s’ils montraient des lacunes en connaissances historiques, ont trouvé en leurs professeurs les ressources théoriques pour discuter ensemble de la démocratie. Le mouvement peut donc être considéré comme « une enquête sur la démocratie », « qui s’est traduite par une ouverture au monde de l’engagement politique, à un apprentissage de la citoyenneté »[10].

Les réseaux numériques y ont sans surprise joué un large rôle. En particulier Line, qui a offert un « contexte commun de socialisation » (Granjon) à travers les messages privés, alors que Twitter et Facebook furent utilisés pour les messages publics[11]. Une des perspectives les plus stimulantes ouverte par l’analyse est d’envisager non pas l’appropriation des outils numériques par les jeunes, mais leur influence structurante sur la mobilisation. Si le partage d’expériences et opinions subjectives fut facilité, le caractère égalitaire des relations entre individus freina la pérennisation politique du mouvement[12]. Sans tomber dans le déterminisme technologique, les auteurs invitent à penser à la mécanique générale des mouvements sociaux à l’aide de l’échec des SEALDs. Ils soulignent une contradiction entre deux modalités de leur action – communications entre pairs et manifestations ouvertes à tous – aux finalités opposées : Line est une plate-forme quasi-privée, alors que Twitter et Facebook contraignent à des messages courts qui ne facilitent pas l’échange démocratique[13].

Le mouvement des SEALDS fut donc en décalage par rapport à ses équivalents étrangers comme aux catégories d’analyse existantes. Sa philosophie d’inspiration libérale – collection d’opinions individuelles et croyance dans la logique du vote – et son absence de pérennisation politique, en ont fait une simple transgression à l’égard des normes existences, et non l’étape d’un processus de type révolutionnaire. Les SEALDs n’ont pas cherché à faire de désobéissance civile, ni même à s’opposer aux lois[14] ; leur mouvement a simplement dénoncé un passage en force par le gouvernement d’une manière non-violente. Passant en revue différentes notions du répertoire courant de la science politique, les auteurs en concluent que des qualificatifs tels que populiste ou élitiste ne sauraient rendre compte fidèlement de cette singularité, bien qu’ils aient été abondamment utilisés dans la sphère médiatique. « Parler de populisme dans le cas des SEALDs apparaît même comme un moyen de réinscrire, de façon forcée, ce mouvement dans les débats qui agitent la société politique japonaise, en oubliant que celui-ci avait avant tout pour objectif initial d’inciter simplement les individus à se mobiliser contre des lois jugées bellicistes »[15].

 

Une société politique fermée à sa jeunesse ?

Que dit le mouvement des SEALDs de la société japonaise contemporaine ? Qu’elle ne facilite pas l’expression politique des jeunes. Par exemple, les étudiants furent empêchés par les possibilités très réduites d’occupation de places publiques dans les villes japonaises, où « seuls les édifices symboles d’une démocratie classique et non populaire ont leur espace »[16]. Poussés à aménager leurs tentes le long des trottoirs par un urbanisme privilégiant une circulation fluide centrée sur les gares, les manifestants ont eu peine à échanger dans les espaces physiques, valorisant par défaut les réseaux numériques. Plus largement, l’absence de solidarité de la part de nombreux acteurs et institutions en position dominante aujourd’hui a illustré d’une puissante manière la difficile insertion des jeunes dans le système politique, autrement que par l’obéissance attendue aux règles démocratiques déjà prescrites. Les jeunes d’aujourd’hui sont à l’occasion accusés par une partie du monde politique de ne plus être de « vrais japonais », supposément responsables et altruistes, qui acceptent leur place dans la société : les rares mesures envisagées ont ainsi moins visé à traiter les problèmes qu’à tenter de les ramener dans le giron de la société « adulte »[17].

Dans ce contexte, « les Japonais n’ont pas vraiment pris au sérieux l’expérience des SEALDs qui voulaient inventer une nouvelle forme de vie »[18]. L’âge y fut pour beaucoup. Il est par exemple intéressant de noter que les Japonais plus âgés qui ont décidé de se lancer dans des manifestations ont créé leurs propres mouvements, comme les OLDs (otoshiyori for Liberal Democracy) et MIDDLEs (midoruzu pour les 40-50naires), plutôt que de rejoindre les SEALDs[19]. À l’exception de quelques grandes figures comme Oguma Eiji, le monde intellectuel a également très peu soutenu : les SEALDs ont été accusés de ne pas proposer de pensée construite, notamment du fait des réseaux sociaux, et de porter la voix de leurs professeurs, comme s’ils ne pouvaient penser par eux-mêmes. De telles critiques ont, selon les auteurs, illustré un désintérêt de nombreux intellectuels établis pour les expériences issues de la société civile, et une certaine méconnaissance des transformations culturelles induites par le numérique[20].

Les oppositions rencontrées par ce mouvement pourtant inoffensif se sont insérées dans un contexte où de nombreuses évolutions structurelles accentuent les difficultés à devenir adulte dans le Japon aujourd’hui (partie 1). La combinaison de diverses crises a abouti à des mesures de type néolibéral individualisant davantage les parcours en rendant presque impossible de « devenir adulte » dans les mêmes conditions que dans la société d’après-guerre. Hausse des inégalités et du coût de l’éducation, dévalorisation du diplôme universitaire car accès plus difficile à un emploi stable, donc à une vie de famille… de telles évolutions, mal comprises des adultes, ont abouti à des formes de « désillusion collective » (Bourdieu)[21]. Parallèlement, les jeunes peinent à trouver de quoi satisfaire leur curiosité politique, faute d’efforts substantiels pour promouvoir l’engagement, plutôt que le seul sens civique[22]. « Aussi, la longue crise économique dans laquelle le Japon est plongé depuis le milieu des années 1990 – et qui en fait n’apparaît plus du tout désormais comme une crise temporaire, mais bien plutôt comme la nouvelle réalité économique et sociale du Japon d’aujourd’hui et de demain – ne s’est-elle pas accompagnée de grands mouvements de protestation mais d’une mise en œuvre de l’auto-responsabilisation des individus, progressive et acceptée »[23]. Ces dynamiques lourdes, accentuées par la catastrophe de Fukushima et ses soubresauts, ont façonné la conscience politique de jeunes ayant été malgré tout capables de proposer de nouvelles formes d’activisme.

L’analyse du mouvement des SEALDs permet aux auteurs de livrer un double message à portée générale. D’une part, l’absence de tout fatalisme culturel, qu’il est encore bon de souligner au 21ème siècle. Les SEALDs « auront montré que la contestation et la révolte y sont possibles et que la réussite ou l’échec de celles-ci dépendent exclusivement de l’engagement ou non de ses membres et ne sont en rien conditionnés par une quelconque propension génétique ou atavique à la docilité et à la soumission »[24]. D’autre part, comment les expérimentations de la société civile japonaise peuvent contribuer à la théorisation du politique et la compréhension de phénomènes émergent hors de leur jus culturel tenu pour si particulier. Partant du constat d’un manque d’analyses du rôle joué par les pays asiatiques dans les manifestations prodémocratie depuis 2011[25], Anne Gonon et Christian Galan se sont attachés à relier théoriquement les SEALDs aux grands auteurs et concepts des sciences sociales, tout en soulignant ses décalages par rapport aux outils et cas d’étude existants. En ce sens, bien qu’il fût éphémère, le mouvement des SEALDs a illustré la pertinence des analyses qualitatives dans la compréhension des phénomènes politiques à l’échelle globale.

[1] Occupy Tôkyô, p. 6.

[2] Ibid., p. 62.

[3] Ibid., p. 132.

[4] Ibid., p. 134

[5] Ibid., p. 145.

[6] Ibid., p. 106.

[7] Ibid., p. 145.

[8] Ibid., p. 103.

[9] Ibid., p. 105.

[10] Ibid., p. 158.

[11] Ibid., p. 115.

[12] Ibid., p. 118-119.

[13] Ibid., p. 128

[14] Ibid., p. 163-164.

[15] Ibid., p. 144.

[16] Ibid., p. 121-122.

[17] Ibid., p. 45-47.

[18] Ibid., p. 157.

[19] Ibid., p. 153.

[20] Ibid., p. 94-95.

[21] Ibid., p. 43.

[22] Ibid., p. 53-54.

[23] Ibid., p. 14.

[24] Ibid. p. 165.

[25] Ibid., p. 5.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sfej (10 juin 2024). Anne Gonon et Christian Galan, Occupy Tôkyô. SEALDs, le mouvement oublié, Le bord de l’eau, documents, 2021, 214 p. Japon(s). Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11si9


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search