DUFOURMONT Eddy, Histoire politique du Japon (1853-2011), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2012, 459 p.

par Éric SEIZELET (Pr. émérite, Université Paris Diderot)

Eddy Dufourmont est maître de conférences à l’Université Michel de Montaigne (Bordeaux 3), et spécialiste de l’histoire intellectuelle et politique du Japon impérial. Il nous livre un ouvrage qui vient utilement compléter une historiographie partielle axée, tantôt sur le Japon d’après-guerre (Jean-Marie Bouissou, Le Japon depuis 1945, Armand Colin 1997, Le Japon contemporain, Fayard 2007), tantôt sur le Japon impérial (Fabrice Abbad, Histoire du Japon 1868-1945, Armand Colin 1992). Il se distingue néanmoins des auteurs précédents sur trois points : 1) il couvre une période plus large ; 2) il est principalement axé sur la politique intérieure du Japon et, en ce sens, il est plus proche des ouvrages des grands anciens, Jean Lequiller (Le Japon, Sirey 1966) et Jacques Robert (Le Japon, LGDJ 1969) qui, faute de réédition, sont devenus obsolètes ; 3) l’auteur a accès aux sources japonaises. À rebours de nombre de publications synthétiques sur le Japon contemporain axées sur les questions sociales, économiques et de relations internationales, Eddy Dufourmont a choisi de mettre l’accent sur la politique intérieure de l’archipel qui passe pour être compliquée, voire rébarbative, tout en n’oubliant pas de la mettre tout de même en perspective par rapport aux transformations qui affectent la position du Japon sur la scène internationale.

L’auteur a pris le parti de se démarquer de la périodisation traditionnelle par époques en divisant son ouvrage en cinq séquences : les transformations du Japon dans un monde nouveau (1853-1889) ; le Japon des oligarques, naissance d’un empire (1889-1922) ; Washington, Pearl Harbor, San Francisco. Entrée, sortie et retour du Japon dans la nouvelle société internationale (1922-1955) ; le Japon du PLD (1955-1993) ; les hésitations d’une puissance mondiale (1993-2011). En ce sens, il privilégie, de façon convaincante semble-t-il, une logique de cycles, tout en évitant de s’affranchir des repères chronologiques de base. La bibliographie couvre une douzaine de pages (p. 393-404), essentiellement en français et en anglais. L’auteur assume fort justement ce choix, en indiquant que la bibliographie en langue japonaise est innombrable. Il a raison : mais dans ce cas, on se demande quel est le statut des quelques titres en langue japonaise cités. Autre point fort de ce livre : il est agrémenté de quelques cartes, d’un lexique, indispensable au lecteur non averti pour s’y reconnaître dans le dédale des appellations et dénominations japonaises, d’un index des noms propres, trop rare dans les pratiques de l’édition francophone (p. 407-444) et d’annexes utiles, telles que la liste des 95 chefs de gouvernement qui se sont succédé entre 1885 et 2011, l’évolution du taux de participation électorale, une synthèse chronologique, et surtout une frise chronologique associant les Cabinets aux principaux partis politiques à la chambre des Représentants, et une série de graphiques retraçant l’évolution, les filiations et les transformations des partis politiques qui n’ont aucun équivalent dans des publications en langue française. Cet ouvrage se présente, enfin, comme un manuel destiné aux étudiants et au grand public, renvoyant, pour le reste à des études plus spécialisées. Il ne faut donc pas s’attendre à des « révélations » ou à des approches nouvelles : les descriptions et analyses restent de facture classique. Il offre néanmoins un panorama exceptionnel de la trajectoire politique du Japon sur 160 ans d’histoire, depuis l’ouverture de l’archipel au milieu du XIXe siècle jusqu’à la « grande alternance » de 2009.

Son caractère de manuel n’empêche pas une lecture exigeante, car les développements sont denses et les clichés absents : les samurai y sont présents, mais les amateurs d’« étreintes » en seront pour leurs frais. Cet ouvrage vient donc combler une lacune dans l’historiographie française sur le Japon et restitue la dynamique du développement politique du Japon dans sa diversité et sa complexité : là comme ailleurs, la « modernisation » est à l’œuvre, avec son cortège de réformes, de doutes, de contradictions et d’interrogations identitaires qui taraude encore le Japon d’aujourd’hui que les élites gouvernementales actuelles veulent faire sortir d’un « après-guerre » interminable, mais au service d’un projet politique flou, quand il n’est pas inquiétant. L’ouvrage d’Eddy Dufourmont nous montre à quel point la trajectoire suivie par le Japon au gré des évolutions et contraintes de politique intérieure et extérieure est empreinte de sinuosités. Un constat qui vaut encore pour le Japon du XXIe siècle.

On fera cependant quelques objections sur certaines traductions : Dajôkan 太政官 est traduit par « Conseil d’État », ce qui est source de confusion, et Dajôdaijin 太政大臣 par « ministre d’Etat », bien vague. Or il existe, depuis les travaux de Francine Hérail, des traductions qui font autorité dans les études japonaises : ministère des Affaires suprêmes et ministre des Affaires suprêmes. De même pour la fonction de Sangi 参議 : la traduction « auditeurs » est préférable à celle de « Jeunes conseillers », celle de Grand Conseiller, Dainagon 大納言 à « Conseillers anciens ». Dans la même veine, kan 官 est traduit par « office », ce qui peut sembler trop banal : il faut lui préférer celui de « département ». Il n’y a pas lieu de se priver de ces traductions canoniques, d’autant plus qu’en restaurant le Dajôkan, le gouvernement de Meiji, dans les premières années, et dans le but d’asseoir une légitimité précaire, a voulu calquer les institutions sur celles du Japon antique. Certaines transcriptions sont aléatoires : ainsi si, la fonction de 議定 est correctement transcrite dans le glossaire (Gijô), elle ne l’est pas dans le corps du texte (Gitei). Quelques approximations : Gozenkaigi 御前会議, est traduit par « réunion du Conseil privé », alors qu’il désigne toute réunion d’un organe collégial tenue en présence de l’empereur. L’auteur ne semble pas familiarisé avec le rôle et la fonction de ce Conseil privé Sûmitsu.in 枢密院, où les Jûshin 重臣 – anciens Premier ministres – ne siègent pas de droit (p. 102 et 410). Certains personnages ne sont pas correctement identifiés : le juriste autrichien consulté par Itô Hirobumi n’est pas « Guesit » mais « Gneist » (p. 93). De même, une lecture un peu rapide des passages sur les Genrô 元老, laisse à penser que c’est avec l’âge que les oligarques de Meiji deviennent des « sages », alors qu’il s’agit d’un titre conféré par l’empereur à ceux de ses conseillers politiques les plus expérimentés et ayant joué un rôle important dans les événements de la Restauration. Leur rôle ne se borne pas d’ailleurs à la sélection des futurs chefs de gouvernement : ils jouent un rôle très important en matière diplomatique. Kido Takayoshi, est présenté comme l’un « des futurs chefs de l’État de Meiji » (p. 40). La formule est malheureuse : « dirigeants » aurait été plus approprié. De même, les facteurs institutionnels de la domination des militaires sur les Cabinets – le système de l’indépendance du commandement suprême des Armée (tôsuiken no dokuritsu 統帥権の独立) – ne sont pas assez mis en avant. Enfin, la qualité du travail éditorial pourrait être améliorée : les critères justifiant ou non la mise en italique des termes japonais ne sont pas toujours évidents ; la page 252 est blanche ; quelques fautes de transcription : banse ikkei, pour bansei ikkei, 万世一系 ; l’ordre du Bakufu de tirer sur les navires étrangers n’est pas correctement identifié : 異国船無念打ち払い令, mélange en réalité deux des trois acceptions retenues par l’historiographie japonaise, et est transcrit « uchiharei », au lieu de « uchiharai rei »…

Il pourrait être aisément remédié à ces quelques défauts, et quelques autres du même genre, lors d’une prochaine réédition. Il serait dommage qu’il faille attendre plus d’un demi-siècle pour une telle mise à jour.

 

Citer ce billet: «DUFOURMONT Eddy, Histoire politique du Japon (1853-2011), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2012, 459 p. », par SFEJ. Publié sur Japon(s) le 13/10/2017. Lien : https://sfej.hypotheses.org/241.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *