Compte-rendu : Journées d’études “La société japonaise face à la Covid-19” 18 & 19 novembre 2021

Par Alice ORTEGA (étudiante en études japonaises, Inalco) et Kana WIDMANN (étudiante en études japonaises, Inalco)

Les journées d’études « La société japonaise face à la Covid-19 » se sont tenues les jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021 à l’Université Paris-Diderot. Organisées par le groupe de recherche Populations japonaises, l’Institut français de recherche sur l’Asie de l’Est (IFRAE) et le Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO), ces journées ont été l’occasion à travers douze interventions, chacune suivie de dix minutes de discussion, de s’interroger sur les effets et conséquences de la crise sanitaire actuelle sur la société japonaise.

Éric Seizelet, professeur à l’Université de Paris, a ouvert la première journée d’étude avec une conférence intitulée « Réflexions sur les enjeux constitutionnels de la pandémie de coronavirus au Japon ». Éric Seizelet a dans un premier temps établi la politique du gouvernement japonais face à cette crise de la Covid-19, avec le choix de la limitation des circulations et de l’état d’urgence, avant de revenir sur l’absence de lois constitutionnelles sur la gestion de crise et la méfiance de l’opinion publique à l’égard de cette gestion. Julien Martine, maître de conférences à l’Université de Paris, a ensuite abordé le sujet du « Le télétravail comme outil de continuité d’activité en période de Covid-19 au Japon ». A travers son intervention, Julien Martine a considéré la pandémie comme une occasion idéale de tester le télétravail, qui jusqu’à présent faisait face à une réticence majeure. Cependant, cette transition au télétravail n’a en réalité fait qu’accroître les inégalités, notamment socio-culturelles et matérielles, déjà présentes avant la crise. Sato Noriko de l’Université Chiba Keizai a ensuite abordé « La réalité du surmenage des infirmier.ères dans un contexte de vieillissement démographique ». Cette intervention s’est articulée autour de trois axes de réflexion sur les problèmes structurels lié au métier d’infirmier (au regard du statut social ou de la faible rémunération), à la formation et l’impossibilité de prendre des mesures concrètes, et à l’idéologie genrée avec des femmes obligées de fournir des soins conformes aux normes de genre. Bernard Thomann, professeur à l’INALCO, a proposé une réflexion sur la question « La Covid-19 est-elle une maladie professionnelle ? ». Après avoir mentionné dans un premier temps que la Covid-19 ne s’inscrit pas dans les maladies professionnelles, il a souligné dans un second temps que la source de l’infection est fortement liée au travail, le lieu de travail devenant un enjeu de santé publique et biopolitique. Jacques Jaussaud de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et Patricia Pignier-Hondareyte de l’ESC Pau Business School ont proposé une conférence autour de « Covid-19 et usage du numérique dans l’enseignement supérieur : une comparaison France – Japon ». A travers leur intervention, ils ont mis en lumière la capacité des acteurs à s’adapter à la crise de la Covid-19 et à l’enseignement à distance. Des similitudes se sont fait ressentir dans les difficultés en France et au Japon dans le cadre de cette utilisation accrue des TICE, et dans les limites de l’outil qui a impacté les relations humaines qui se retrouvent dégradées ainsi que l’attention des élèves, en baisse avec ce nouveau mode de fonctionnement. Christian Galan de l’Université Toulouse Jean-Jaurès s’est interrogé sur la question « La Covid-19 et le système éducatif japonais : tensions, défis et opportunités (manquées ?) ». Suite à la décision du gouvernement japonais de fermer les écoles pour lutter contre la pandémie, Christian Galan a mis en lumière la question de la continuité de l’enseignement et l’accroissement des inégalités préexistantes entre les élèves. Arnaud Grivaud de l’Université de Paris est intervenu sur « Le rôle des experts dans les politiques de lutte contre la Covid-19 au Japon ». Arnaud Grivaud a discuté du besoin pour les décideurs politiques de faire appel à des experts, créant une institutionnalisation de ces derniers. Il a ensuite évoqué les réponses des décideurs politiques face aux suggestions des experts qui, considérées comme souvent lacunaires (trop lentes ou insuffisantes), ont suscité de nombreuses critiques de l’opinion publique. Isabelle Konuma, professeure à l’Inalco, a conclu cette première journée en intervenant sur « La reproduction et l’impératif sanitaire en temps de Covid-19 ». Après avoir présenté les conditions actuelles de la PMA au Japon, Isabelle Konuma à travers son intervention a discuté de l’absence des mesures législatives et exécutives (à travers par exemple la question du manque d’aide face à un traitement soudainement interrompu ou du manque d’information sur les effets secondaires du vaccin).

Ken Daimaru, maître de conférences à l’Université de Paris a repris la deuxième journée d’étude sur la question « Le masque prophylactique dans le Japon contemporain. Phénomène socio-technique et objet de controverses ». A travers son intervention divisée en quatre parties, Ken Daimaru a abordé les thématiques du masque comme objet emblématique de contrôle des épidémies, des masques anti-épidémiques entre continuité et discontinuité, du débat sur l’évidence scientifique et de la normalisation des masques, avant de conclure sur la continuité matérielle et constitutionnelle du masque, avec la crise de la Covid-19 comme révélatrice de nouveaux facteurs sociaux (comme la révolution des transports ou de l’information). César Castellvi, maître de conférences à l’Université de Paris, est ensuite intervenu sur le sujet « Les Japonais et leurs médias au regard de la crise sanitaire ». Il a dans un premier temps abordé les considérations générales sur le rapport des Japonais à leurs médias depuis le début de la pandémie, puis a discuté des réflexions sur les effets de la pandémie sur le travail de production de l’information. Enfin, César Castellvi a mentionné quelques remarques relatives à la couverture des Jeux Olympiques de Tokyo par la presse écrite, en insistant sur cet événement qui a fait ressortir le double visage de la presse japonaise, avec l’absence d’un consensus interne, et un renforcement de la tendance déjà en marche plutôt qu’une transformation radicale dans le mode de fonctionnement des médias. Ueda Michiko, professeure à l’université Waseda, a ensuite traité du sujet « Suicide and Mental Health during the Covid-19 Pandemic in Japan ». Ueda Michiko a commencé par mentionner la forte augmentation des suicides chez les femmes de moins de quarante ans pendant la crise de la Covid-19, avant de détailler les facteurs potentiels pour expliquer cette augmentation, comme les conséquences économiques de la crise ou la détérioration des conditions de santé mentale notamment chez les jeunes. Anne-Lise Mithout, maîtresse de conférences à l’Université de Paris, a clos ces journées d’études avec une conférence sur le thème « Les personnes handicapées face à la Covid-19 : des enjeux sanitaires aux enjeux sociaux ». A travers la question « Comment la Covid-19 a-t-elle impactée la vie des personnes en situation de handicap au Japon ? », Anne-Lise Mithout est revenue dans un premier temps sur les vulnérabilités des personnes en situation de handicap face à la Covid-19. Puis, après avoir exposé l’augmentation des licenciements, la réduction des recrutements et des salaires en conséquence de la crise, Anne-Lise Mithout a conclu sur l’impact négatif de la Covid-19 sur les personnes en situation de handicap, qui plus qu’un phénomène d’exception est venu renforcer des tendances déjà existantes, notamment sur le marché du travail.

Les discussions menées après chaque intervention représentaient l’occasion de poser des questions et d’alimenter les réflexions autour des conséquences de la crise sanitaire sur la société japonaise. Ces échanges ont permis de faire émerger un point commun aux présentations. En effet, il est apparu que la crise de la Covid-19 n’a pas fragilisé le système japonais, mais a au contraire mis sous tension des problèmes sociaux déjà existants auparavant. On assiste donc à un renforcement des tendances plutôt qu’à une transformation radicale des inégalités et des fractures sociales, numériques, etc., déjà présentes au Japon. La crise sanitaire étant toujours d’actualité, certains participants ont suggéré une troisième journée d’étude non seulement pour répondre aux interrogations posées lors des débats, mais aussi pour suivre l’évolution de la crise sanitaire et ses effets sur la société japonaise. Nous remercions l’Université de Paris-Diderot pour leur chaleureux accueil et le groupe de recherche Populations japonaises, L’IFRAE et le CRCAO, mais également Julien Martine et Anne-Lise Mithout de l’Université de Paris, et Sarah Terrail Lormel et Naoko Tokumitsu de l’INALCO pour l’organisation.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
SFEJ (17 janvier 2023). Compte-rendu : Journées d’études “La société japonaise face à la Covid-19” 18 & 19 novembre 2021. Japon(s). Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u1md


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search