Les élections pour la désignation du président du Parti libéral démocrate vues à travers le prisme du principal lobby nationaliste du Japon contemporain

Par Thierry GUTHMANN, Professeur, Université de Mie, Japon

Du 17 au 29 septembre 2021 ont eu lieu les élections pour la désignation du nouveau président du Parti libéral démocrate (PLD). Même si la chose n’était pas certaine, le nouveau chef du parti au pouvoir devait devenir le nouveau Premier ministre. Quelques semaines auparavant, le Premier ministre en exercice, Suga Yoshihide, en raison de son manque de popularité, avait décidé de ne pas se représenter à cette élection intra partisane. La compétition, pour cette raison assez ouverte, réunissait alors quatre candidats. Parmi ceux-ci, et pour la première fois dans l’histoire du parti, deux femmes étaient entrées en lice. Deux femmes aux positionnements politiques presque opposés, puisque l’une d’elles, Noda Seiko, représentait l’aile gauche du parti, alors que l’autre, Takaichi Sanae, était connue pour des positions très conservatrices et nationalistes. Cette dernière était la candidate de l’ancien Premier ministre, Abe Shinzô, dont elle annonçait notamment vouloir continuer la politique économique : les fameux « Abenomics » qu’elle avait rebaptisés « Sanaenomics ». Abe Shinzô ayant quitté le devant de la scène politique Takaichi Sanae était alors devenue de facto la nouvelle championne des milieux nationalistes japonais.

Illustration 1 : Takaichi Sanae. Capture d’écran du site internet dédié à la campagne pour le poste de présidente du Parti libéral démocrate.

Ainsi, comme nous allons le voir, les prises de position et le programme présenté par Takaichi répondaient tout à fait aux attentes du plus important lobby nationaliste du Japon contemporain : Nippon kaigi. Créée en 1997, cette organisation fédère la quasi-totalité des mouvements nationalistes et exerce pour cette raison une forte influence sur les orientations politiques du PLD. Lors de la campagne, la candidate à la présidence du PLD avait demandé à la journaliste, Sakurai Yoshiko, une des principales figures médiatiques de Nippon kaigi, de l’interviewer sur un certain nombre de thèmes chers aux milieux nationalistes. Dans la vidéo de l’entretien, l’entente entre les deux femmes sur ces thèmes fut parfaite1. Notons en outre que Takaichi Sanae est vice-présidente de l’amicale parlementaire de Nippon kaigi2.

A travers l’analyse d’un fait d’actualité, il s’agira de donner un aperçu de l’influence non négligeable exercée par les milieux nationalistes dans le jeu politique du Japon contemporain. Mais, avant de préciser en quoi Takaichi apparut tout à fait en phase avec Nippon kaigi, nous allons tout d’abord effectuer un bref retour sur les origines historiques et idéologiques de cette organisation.

Un nationalisme ayant très peu évolué depuis ses origines

Comme ailleurs, au Japon également, c’est avec la mise en place d’un Etat moderne que l’idéologie nationaliste prit peu à peu une place de premier plan. A la fin de l’époque Edo (1603-1868), les pressions militaires exercées par les puissances occidentales eurent pour effet de stimuler une conscience nationale qui n’existait alors – pour la plupart des Japonais – qu’à un stade embryonnaire. De même, alors que jusqu’à cette époque le pays était divisé en de multiples fiefs (han) – sur lesquels l’autorité du shogun était relativement faible – la nécessité d’unifier plus solidement l’archipel pour faire face à la menace constituée par les Etats-nations européens et américain se fit pressente. Un mouvement se constitua pour mobiliser le pays et ses habitants autour de l’empereur. Celui-ci, pendant toute l’époque Edo, n’avait eu qu’un rôle honorifique et était alors très peu connu au sein de la population. Il s’agissait pourtant, dès lors, de « vénérer l’empereur (sonnô) » et « d’expulser les barbares (jôi) ». Or, il se trouve que les formes du nationalisme japonais n’ont guère évolué depuis ; puisque la clef de voûte du système idéologique reste l’empereur, et qu’une ferme volonté de préserver la nation des potentielles agressions extérieures caractérise toujours cette famille politique.

Ainsi, durant la campagne pour la présidence du PLD, Takaichi Sanae se distingua de ses trois concurrents par le caractère très militariste de sa politique diplomatique. Il était nécessaire, selon elle, par le renforcement des moyens de défense du pays, de se préparer à une éventuelle guerre. Le pays devait de toute urgence être défendu face aux menaces externes – en particulier chinoises – et ceux qui autrefois avaient sacrifié leur vie pour cette cause devaient être honorés. En cohérence avec cette vision des choses, Takaichi avait déclaré qu’une fois devenue Premier ministre, elle poursuivrait ses visites au sanctuaire controversé du Yasukuni3. Rappelons que ce lieu avait été édifié, au début de l’ère Meiji (1868-1912), dans le but de vénérer ceux qui étaient morts pour l’empereur, incarnation de la nation. Par ailleurs, la politicienne avait affirmé son opposition à l’acceptation de la matrilinéarité pour ce qui concerne les règles de succession sur le trône impérial4. Les milieux nationalistes, Nippon kaigi en tête, affirment en effet que la force et la légitimité de l’institution impériale reposeraient sur le fait qu’aucune impératrice (il y en a eu 8 dans l’histoire du Japon) n’a engendré son successeur ou, en d’autres termes – même si ce n’est jamais formulé de la sorte – qu’aucun roturier n’a jamais souillé la pureté de la lignée impériale.

Ainsi, à travers la campagne de Takaichi, nous avons la confirmation que la défense de l’institution impériale et de la patrie en danger constitue aujourd’hui encore le fondement du nationalisme japonais dont Nippon kaigi est le parfait représentant.

Photographie 2 : porte d’entrée du sanctuaire Yasukuni sur laquelle se trouve le symbole de la Maison impériale. © Thierry Guthmann

Entre politique et religion : la dimension hybride du lobby nationaliste

Nippon kaigi se caractérise par sa très forte coloration religieuse. D’une part, en effet, la vision de la nation proposée par cette organisation repose, comme nous venons de l’évoquer, sur une forme de religion civile, centrée sur la personne sacrée de l’empereur. D’autre part, une bonne partie des organisations militantes, fédérées par le lobby nationaliste, sont de nature religieuse.

Mais avant de détailler ce point, insistons néanmoins sur le fait qu’un certain nombre de membres importants de Nippon kaigi ne sont pas – à notre connaissance – des fidèles de tel ou tel mouvement religieux lié au lobby nationaliste, et que par conséquent leurs motivations apparaissent comme purement politiques. C’est le cas par exemple de Sakurai Yoshiko, principal visage médiatique du groupe de pression, ou de Takubo Tadae, un ancien journaliste et universitaire qui, depuis 2015, exerce la fonction de président de Nippon kaigi. Aussi, contrairement à ce qui a souvent pu être affirmé, Nippon kaigi ne peut pas être réduit à la droite religieuse. Voyons à présent quelles organisations religieuses font partie du lobby nationaliste et quelle est leur place respective.

 Aujourd’hui la colonne vertébrale de Nippon kaigi est constituée par Jinja honchô ou « Agence des sanctuaires shintô ». Contrairement à ce que pourrait faire penser cette dénomination, Jinja honchô n’est pas un organisme gouvernemental. Par contre, cette organisation est l’héritière des agences gouvernementales qui, jusqu’en 1945, furent en charge de l’ensemble des sanctuaires shintô de l’archipel. Suite aux directives de l’occupant américain, ces agences furent dissoutes et remplacées par un organisme de droit privé : Jinja honchô. Aujourd’hui encore, la quasi-totalité des sanctuaires shintô y sont affiliés. L’héritage est également idéologique puisque Jinja honchô a adopté dans les grandes lignes une vision nationaliste proche de celle prônée par le shintô d’Etat d’avant-guerre.

Le nombre important de nouvelles religions (shinkô shûkyô), membres ou sympathisantes du lobby nationaliste, renforce cette image de droite religieuse qui est fortement attachée à Nippon kaigi. L’éventail des obédiences religieuses est très large puisque on y trouve des groupes d’inspiration plutôt bouddhiste, comme Gedatsukai, des mouvements religieux d’inspiration shintô, comme Taiwa kyôdan, mais également une secte d’inspiration chrétienne, Kirisuto no makuya. Dans le but de faire avancer la cause nationale qui reposerait principalement sur le culte de l’empereur, ces organisations religieuses concurrentes parviennent au sein de Nippon kaigi à laisser de côté leurs rivalités.

Le nationalisme de ces nouveaux mouvements religieux pourrait s’expliquer notamment par le fait que, à l’instar du shintô, ceux-ci sont moins axés sur la transcendance que sur la sacralité d’un environnement ancestral. Concrètement d’une part, pour ce qui concerne les religions d’obédience shintô, le culte des kami (divinités ancrées géographiquement), et d’autre part, pour ce qui concerne les religions d’obédience bouddhiste, le culte des ancêtres familiaux. Ainsi, si aucune religion n’est dépourvue d’une volonté de prosélytisme, comme l’illustre parfaitement d’ailleurs la Sôka Gakkai, on pourrait néanmoins arguer avec Abe Yoshiya que, chez la plupart des mouvements religieux fédérés sous la bannière de Nippon kaigi, la dimension « tribale »5 éclipse un certain universalisme qui est perceptible dans des religions plus ouvertes tels que l’islam ou le christianisme. Cela pourrait aider à comprendre leurs fortes tendances nationalistes.

Photographie 3 : réunion nationale de Nippon kaigi. © Thierry Guthmann

Une influence importante mais pas dominante

Le résultat des élections pour la désignation du nouveau président du PLD fut le suivant : Kishida Fumio 256 voix, Kôno Tarô 255 voix, Takaichi Sanae 188 voix et Noda Seiko 63 voix. Comme il est possible de le constater, même si son score fut tout à fait honorable, Takaichi Sanae n’a pas réussi à se qualifier pour le second tour (réservé aux deux candidats parvenus en tête). Les facteurs qui ont eu une influence sur ce résultat sont multiples : rapport de force entre les factions, notoriété encore assez faible de Takaichi et, bien sûr, le fait que celle-ci soit une femme (il n’y a jamais eu de président du PLD de sexe féminin). En outre, il nous semble qu’une lecture de ces élections au prisme de l’idéologie qui a animé la candidate est également possible. Ainsi, les élections pour la chambre des représentants étant très proches, ce sont les deux candidats les plus consensuels qui furent choisis par les parlementaires et les militants du parti. En effet, la nouvelle championne de Nippon kaigi – malgré ses nombreux sourires pendant toute la durée de la campagne – est vraisemblablement apparue trop clivante pour mener victorieusement une grande campagne électorale au niveau national.

Rappelons que, même le Premier ministre, Abe Shinzô, au pouvoir entre 2012 et 2020, malgré certaines belles avancées dans l’agenda nationaliste, n’a finalement pas été en mesure de satisfaire la principale revendication de Nippon kaigi, à savoir, la réforme de la Constitution. Aussi, s’il semble effectivement que les idées avancées par le lobby nationaliste gagnent au Japon une audience de plus en plus large, celles-ci ne sont pas encore parvenues à occuper une position dominante.

Pour aller plus loin :

Aoki Osamu, Nippon kaigi no shôtai (La véritable nature de Nippon kaigi), Tokyo, Heibonsha, 2016.

Fujiu Akira, Dokyumento nippon kaigi (Document Nippon kaigi), Tokyo, Chikuma Shobô, 2017.

Guthmann Thierry, Shintô et politique dans le Japon contemporain, Paris, L’Harmattan, 2010.

Guthmann Thierry, Nippon kaigi ou la vitalité du nationalisme politique dans le Japon contemporain, Paris, Les Indes savantes, 2021.

Ruoff Kenneth James, Japan’s Imperial House in the Postwar Era, 1945–2019, Harvard University Asia Center, 2020.

Shûkan Kinyôbi Narusawa Muneo, Nippon kaigi to jinja honchô, (Nippon kaigi et Jinja honchô), Tokyo, Kinyôbi, 2016.

Sugano Tamotsu, Nippon kaigi no kenkyû (Recherches sur Nippon kaigi), Tokyo, Fusôsha, 2016.

Tawara Yoshifumi, Nippon kaigi no zenbô : shirarezaru kyodai soshiki no jittai (Tout sur Nippon kaigi : ce qu’il en est d’une organisation géante méconnue), Tokyo, Kadensha, 2016.

Uesugi Satoshi, Nippon kaigi to wa nani ka – « kenpô kaisei » ni tsukisusumu karuto shûdan (Qu’est-ce que Nippon kaigi ? Un groupe de fanatiques religieux qui avancent résolument vers « la réforme de la Constitution »), Tokyo, Gôdô Shuppan, 2016.

Yamazaki Masahiro, Nippon kaigi : senzen kaiki e no jônen (Nippon kaigi : la fièvre du retour à l’avant-guerre), Tokyo, Shûeisha, 2016.

Citer ce billet: «Les élections pour la désignation du président du Parti libéral démocrate vues à travers le prisme du principal lobby nationaliste du Japon contemporain », par Sfej. Publié sur Japon(s) le 26/04/2022. Lien : https://sfej.hypotheses.org/1804.

  1. Il s’agit de la chaîne YouTube, dédiée à la campagne pour la présidence, mise à la disposition des candidats par le PLD. La vidéo en question était encore accessible le 23 avril 2022 à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=IPOXJ0YUuro []
  2. Site internet officiel de Takaichi Sanae (page du « Profil » de la politicienne) : https://www.sanae.gr.jp/profile.html (consulté le 23 avril 2022). []
  3. Voir : The Sankei News (3.9.2021) : 高市氏、首相就任後も靖国参拝継続へ – 産経ニュース (sankei.com) []
  4. Chûnichi shinbun (18.9.2021) []
  5. Abe Yoshiya, Hikaku shûkyô gaku (Sociologie religieuse comparée), Tokyo, Daihôrinkaku, 2014, p. 52. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Thierry Guthmann dit :

    Complément d’information : En mai 2022 est paru un ouvrage de poche dans lequel sont retranscrites les discussions qu’ont eu Sakurai Yoshiko et Takaichi Sanae sur la chaîne internet de la première. Le titre de l’ouvrage est : “Les mensonges des colombes (Hatoha no uso)”, et son principal slogan publicitaire : ” A la violence de la Chine et de la Russie il faut répondre par la force !”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search