L’amour, la guerre, la fête – Merveilles de l’art narratif japonais. Compte rendu de l’exposition au musée Rietberg, Zürich, 10 septembre – 5 décembre 2021

par Delphine MULARD (Université de Strasbourg).

Les rouleaux à peintures élaborés durant l’époque d’Edo (1603-1867) ont longtemps été considérés dans l’historiographie comme des œuvres de second ordre, produites à une époque où ce format connaît une certaine forme de déclin. Pourtant, c’est à l’époque d’Edo que le plus grand nombre de rouleaux à peintures aujourd’hui conservés est élaboré. Ces deux facteurs, leur dépréciation dans l’histoire de l’art et leur profusion entre le XVIIe et le XIXe siècle, expliquent leur présence majoritaire dans les collections occidentales et le manque de publicité à leur sujet. L’exposition L’amour, la guerre, la fête. Merveilles de l’art narratif japonais est la première à se concentrer sur ces peintures prémodernes et aujourd’hui en collections européennes. Elle est le résultat de recherches conjointes sur le sujet d’Estelle Bauer, professeur des universités à l’Institut National des Langues Orientales, Melanie Trede, professeur à l’université de Heidelberg, et Khanh Trinh, conservatrice au département des arts japonais et coréens au musée Rietberg à Zürich, un musée d’arts asiatiques important en Suisse.

Le propos de l’exposition est de présenter les principaux récits mis en images sous forme de rouleaux à l’époque d’Edo et de les mettre en relation avec d’autres supports d’arts narratifs : codex à peintures, estampes, paravents, objets d’arts, textiles, palanquin. Au niveau français, nous relèverons la mise en avant des œuvres conservées à la Bibliothèque nationale de France et qui sont, pour une bonne part, des acquisitions récentes que l’on doit à l’action de Véronique Béranger lorsqu’elle occupait le poste de conservatrice responsable des fonds japonais au département des archives et manuscrits, poste qui n’existe malheureusement plus aujourd’hui. Du fait des conditions sanitaires liées au COVID 19, les collections de la Chester Beatty Library de Dublin, l’une de plus fournies en Europe en matière de rouleaux à peintures, n’ont pu voyager jusqu’à Zürich. Des fac-simile étaient cependant présentés aux visiteurs.

L’exposition présente l’art narratif sur rouleau au Japon en plusieurs sections. La première salle est consacrée à rappeler la multiplicité des supports d’images narratives au Japon : le paravent, l’estampe, les objets d’arts décoratifs, textiles etc. Le rouleau à peinture, auquel est consacré l’essentiel de l’exposition n’est, somme toute, que l’un de ces formats et supports de peintures. C’est aussi le plus prestigieux. Le visiteur entre ensuite dans une section intitulée « Le pouvoir de la foi », exposant les œuvres ayant un propos religieux. Dans cette section sont présentés notamment les rouleaux de « L’histoire merveilleuse à l’origine du Dieu céleste du sanctuaire de Kitano » (Kitano tenjin engi emaki 北野天神縁起絵巻) du musée Guimet (1538) qui sont sans doute parmi les plus anciens rouleaux exposés. La section suivante, « Poètes itinérants », se concentre sur quelques épisodes des Contes d’Ise et l’évolution de leurs représentations dans l’art narratif. Vient ensuite une section dédiée à l’iconographie du Dit du Genji, « Cabale et amour ». Citons dans cette dernière la mise en avant de peintures appartenant à l’ensemble « Rouleaux Moriyasu du Dit du Genji » (Moriyasu-bon genji emaki 盛安本源氏物語絵巻 appelés également Maboroshi genji emaki 幻の源氏物語). Cet ensemble unique et considérable de rouleaux, dénommés ainsi d’après leur commanditaire, Taira Moriyasu 平盛安 (encore appelé Sugihara Izumo no Kami 杉原出雲守) et datés de 1655, sont les reliquats d’un projet gigantesque d’illustrer sous forme de rouleaux l’entièreté des 54 chapitres du Dit du Genji, même pour des scènes rarement mises en images car peu charitables vis-à-vis du protagoniste Hikaru Genji. L’ensemble aurait comptabilisé plus de 200 rouleaux et plus de mille scènes s’il avait été mené à bien. Les rouleaux subsistants de ce projet inachevé ont été pour certains d’entre eux découpés pour être vendus aux enchères. Les sections de rouleaux présentées au musée Rietberg émanent de collections privées. L’exposition rejoint ici l’actualité de la recherche puisque ces rouleaux ont fait l’objet d’articles récemment dans la revue d’histoire de l’art Kokka 国華 et que des sections de textes de cet ensemble se découvrent encore sur les présentoirs des ventes aux enchères en Europe.

Du monde de la poésie et de la romance amoureuse, le visiteur passe à celui des guerriers dans la cinquième section intitulée « Pouvoir et gloire », consacrée aux représentations du Dit des Heike et de ses récits connexes, comme les rouleaux figurant des représentations de récits dansés kōwakamai 幸若舞 des collections de la Bibliothèque nationale de France. S’en suit « Vaincre les démons », un espace consacré au récit du Shuten-dōji 酒呑童子, le récit du « Jouvenceau buveur ». Ce dernier fait partie des ouvrages les plus souvent reproduits à l’époque d’Edo, en ce qu’il glorifie le rôle des guerriers comme pacificateurs du monde et met en valeur la lignée des Minamoto, à laquelle les Tokugawa, tenants du pouvoir politique, tentent de se rattacher. A ce titre, les rouleaux illustrant le Shuten-dōji font partie des œuvres intégrant souvent les trousseaux de mariage. C’est notamment le cas de « L’histoire de Shuten-dōji d’Ibukiyama » (Ibukiyama shuten-dōji emaki 伊吹山酒呑童子絵巻), ensemble somptueux de six rouleaux sur soie datés de 1786 et exécutés par Sumiyoshi Hiroyuki (住吉広行) pour le mariage de la princesse Tane avec Tokugawa Harutomi 徳川治宝. L’ensemble appartient désormais au musée d’ethnologie de Leipzig.

L’exposition se conclut dans un vaste espace ouvert où sont présentés les deux dernières sections : « La Chine, lieu de tous les fantasmes », qui comme son nom l’indique, se consacre à montrer les représentations de la Chine dans l’art narratif, et « Parodie et divertissement » où sont présentés les récits avec personnification d’animaux, ou encore les fameux rouleaux de « La procession nocturne des cent démons » (Hyakki yagyō emaki 百鬼夜行絵巻) et celui des « Mérites comparés du saké et du riz » (Shuhanron emaki 酒販論絵巻), qui a fait l’objet d’un programme conséquent de recherches et d’une publication chez Diane de Selliers en 2014[1].

Conséquente par son ampleur, sa superficie et le nombre d’œuvres exposées (105 numéros au catalogue), certaines dans toute leur longueur, l’exposition du musée Rietberg est également un nouveau jalon dans la mise en valeur et la recherche de ces œuvres narratives prémodernes qui ont été pendant très longtemps méconnues. Elle présente également les résultats des recherches récentes des trois commissaires d’exposition. Les collections françaises y occupent une belle place : souhaitons qu’elles puissent être également exposées et mises en valeur en France !

Pour en savoir plus :

Site du musée :

https://rietberg.ch/fr/exhibitions/amourguerrefete

Enregistrement du colloque lié à l’exposition (23 octobre 2021) :

https://www.youtube.com/watch?v=36FC6IOS_o0&t=25003s

Catalogue d’exposition :

Trin Khanh, Bauer Estelle, trede Melanie, Love, Fight, Feast, The Multifaced World of Japanese Narrative Art, Zürich, Museum Rietberg and Verlag, 2021, 366p.

[1] Leggeri-Bauer Estelle, Brisset Claire, Béranger Véronique, Des mérites comparés du saké et du riz, Shuhanron emaki : illustré par un rouleau japonais du XVIIe siècle, Paris, Diane de Selliers, 2014, 245p.

Citer ce billet: «L’amour, la guerre, la fête – Merveilles de l’art narratif japonais. Compte rendu de l’exposition au musée Rietberg, Zürich, 10 septembre – 5 décembre 2021 », par Sfej. Publié sur Japon(s) le 25/04/2022. Lien : https://sfej.hypotheses.org/1775.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search