Le Japon et la Guerre de Sécession : histoire et représentation d’un conflit extérieur à l’aube de la Restauration

 

Par Eric Seizelet, professeur émérite, Université Paris-Cité

Rapprocher le Japon de la guerre de Sécession peut surprendre dans la mesure où l’archipel ne fut pas un pays du champ de bataille et n’a pas été directement impliqué sur le plan international dans les multiples tractations, officielles ou officieuses, entre le Nord et le Sud avec les grandes puissances, soit pour encourager leur ingérence soit, au contraire pour s’en prémunir. Pourtant, l’événement, par son ampleur, ne pouvait le laisser indifférent : à la différence de la première guerre de l’opium (1839-1842) et de la guerre de Crimée (1853-1856), l’éclatement de la guerre civile américaine se produisit au moment même où le Japon sortait de son isolement international et frappa l’artisan majeur de ce changement de cap : les États-Unis. 

La guerre de Sécession opposant le Sud à l’Union nordiste débuta, le 12 avril 1861, avec le bombardement par les forces confédérées de Fort Sumter, à l’entrée de la baie de Charleston en Caroline du Sud. Elle se termina officiellement le 9 avril 1865 par la reddition à Appomattox du général Robert E. Lee (1807-1870), commandant en chef des forces sudistes. Cette guerre civile de quatre ans fit environ 620 000 morts et 400 000 blessés et constitua l’engagement le plus sanglant de l’histoire des États-Unis dont les répercussions politiques, culturelles et psychologiques se font encore sentir de nos jours.

Entre 1861 et 1865, le Japon traversa également une période de turbulences : le Bakufu des Tokugawa, divisé sur la question de la remise en cause de la politique isolationniste séculaire, traversait une grave crise de régime. Les fiefs les plus marginalisés dans le gouvernement shôgunal et la Cour impériale de Kyôto, jusque-là politiquement diminuée, relevaient la tête. Il s’ensuivit une lutte d’influence confuse, tant au niveau du gouvernement central que des fiefs, autour de la capacité du régime à se réformer, émaillée d’assassinats politiques et d’incidents armés jusqu’aux abords du palais impérial de Kyôto en 1863-1864. 

Tous ces événements ont donné lieu à une historiographie abondante au Japon comme en Occident. Si l’histoire générale des relations bilatérales entre le Japon et les États-Unis est extrêmement documentée, depuis l’arrivée des « vaisseaux noirs » du Commodore Perry jusqu’à la seconde guerre mondiale et l’Occupation1, certaines zones d’ombres subsistent : le rôle de la guerre de Sécession dans les rapports entre Washington et Edo (Tôkyô) dans les dernières années du Bakufu n’a guère été exploré. Sur le plan des relations internationales, la littérature s’est surtout attelée à étudier le rôle de la France et de la Grande-Bretagne dans la guerre civile américaine ou la perception étatsunienne des luttes intestines ayant secoué le Japon après la Restauration2. En revanche, la vision japonaise de la guerre de Sécession, reste fragmentaire, sans doute parce que, postérieure à la disparition des fûsetsugaki3 en 1859, les historiens ont été privés d’une source irremplaçable d’informations, d’où le recours aux archives diplomatiques des deux pays, aux correspondances, aux archives familiales japonaises, aux compilations historiques locales et à la presse tant japonaise qu’occidentale. Car, au-delà des rapports politiques bilatéraux, la guerre civile américaine offre un point de vue décentré sur le rôle des conflits armés dans le processus de construction nationale au Japon, ainsi que sur l’histoire des représentations, à travers les constructions mimétiques et analogiques auxquelles elle a donné lieu.

La guerre de Sécession dans les relations entre le Japon et les États-Unis

La période qui court de 1861 avec l’éclatement de le guerre de Sécession à 1869, année de la fin de la guerre civile au Japon consécutive à la Restauration de l’autorité impériale est marquée, dans les deux pays, par un environnement international et domestique particulièrement troublé. L’une des questions qui domine clairement les relations bilatérales est la sécurisation des livraisons d’armes qui doivent concourir à la modernisation de l’appareil militaire de l’archipel. Quant à l’implication éventuelle de Japonais dans la guerre de Sécession, elle relève d’une question plus générale : celle de la participation de contingents étrangers aux côtés des belligérants. Elle soulève encore toutefois de nombreuses interrogations.

Un environnement international et domestique troublé

Contrairement à la France ou à la Grande-Bretagne, le Japon n’avait aucun intérêt – stratégique ou économique – à défendre sur le continent américain, pas même l’existence de communautés de résidents dont la sécurité aurait pu être menacée. La guerre de Sécession ne lui offrait aucune opportunité politique à saisir. Il n’avait pas non plus d’histoire commune à quoi se référer pour entretenir de vieilles nostalgies ou rancunes, ou des ambitions plus nouvelles. Mais la guerre de Sécession intervint trois ans seulement après la signature des Traités d’Edo avec les Puissances en 1858 et sept ans après la seconde expédition du Commodore Perry de 18544. Les États-Unis sont les seuls des cinq puissances signataires à être victimes d’une guerre civile, alors qu’ils représentaient pour les élites japonaises éclairées, une des voies d’accès à la modernité. Pour Washington, l’éclatement de la guerre de Sécession présentait également un danger collatéral : celui d’être distancé en Asie orientale par Londres et Paris, alors que les Américains ne disposaient d’aucune base d’appui stratégique dans la zone, et étaient à la peine pour trouver des points relais pour la pêche à la baleine entre la Californie et la Chine.

Si Washington est donc engagé dans une guerre ouverte avec les états sécessionnistes, au Japon, le conflit entre partisans et adversaires du Bakufu n’a pas la même intensité militaire mais crée un climat d’insécurité générale. En 1865, les États-Unis sortent de la guerre civile au moment même où, au Japon, le conflit s’envenime entre le camp des partisans du Bakufu et celui des « loyalistes » cherchant à abattre militairement le régime pour restaurer l’autorité impériale. Le coup de force du 3 janvier 1868 proclamant le « retour à l’antique monarchie » marqua la victoire du camp loyaliste et inaugura une guerre civile qui s’acheva en juin 1869 avec la reddition de Hakodate, dernier bastion des forces ex-shôgunales dans l’île septentrionale de Hokkaïdô, pour des pertes se situant aux alentours de 8400 morts dans les deux camps. Quant aux relations bilatérales entre Washington et Edo, elles étaient régies par des traités conclus entre 1854 et 1858, modèles des accords du même types signés au cours de cette période par la Hollande, la France, la Grande-Bretagne et la Russie. Mais il s’agissait de relations inégalitaires, non seulement parce que les traités concédaient aux Occidentaux des avantages de jure ou de facto inégalitaires tels que la juridiction consulaire, la clause de la nation la plus favorisée et les tarifs conventionnels en matière douanière, mais aussi parce que si les traités prévoyaient une représentation diplomatique des Puissances au Japon même, il n’existait pas encore de présence diplomatique nippone permanente dans les pays concernés car les Japonais n’étaient pas encore autorisés à voyager et à séjourner librement à l’étranger. Il n’y eut donc pas de représentants japonais à Washington durant le guerre de Sécession, alors que les États-Unis ont toujours eu, au cours de cette période, un diplomate en fonction dans l’archipel. Inégalitaires, ces relations pouvaient être qualifiées de basse intensité : les conflits intérieurs absorbaient l’essentiel des préoccupations des deux pays, mais dans les deux capitales on était particulièrement attentifs à leur éventuelle internationalisation. Du côté d’Edo, qu’elle soit sollicitée ou subie, cette internationalisation était déjà effective : après avoir subi au cours d’une série d’incidents navals en 1863-1864 les assauts xénophobes des fiefs de Chôshû et de Satsuma, la France du Second Empire a fait le choix de soutenir militairement le régime, tandis que Londres finit par rallier le camp des loyalistes impériaux. Ce qui n’empêcha pas le Japon d’accepter le stationnement de troupes franco-britanniques à Yokohama. À Washington, on n’ignorait pas que Londres et Paris, en dépit de leur neutralité et de velléités de médiation, nourrissaient des sympathies pour le Sud, mais pour des raisons différentes. Londres du fait du poids des importations de coton en provenance de la Confédération que le Nord cherchait à tarir pour mettre économiquement le Sud à genoux, Paris, parce que la guerre de Sécession, en dehors du coton, offrait l’occasion pour la France de consolider sa position dans l’arc des Caraïbes et au Mexique où elle était présente depuis l’hiver 1861-1862, et sur le trône duquel elle avait installé, en avril 1864, Maximilien de Habsbourg-Lorraine (1832-1867), le propre frère de l’empereur d’Autriche François-Joseph (1830-1916).

Le premier représentant américain au Japon fut Townsend Harris (1804-1878), le doyen du corps diplomatique dans l’archipel. Après cinq ans de service au Japon, et après avoir été maintenu à son poste lors de l’élection d’Abraham Lincoln (1809-1865) le 6 novembre 1860, contre les usages du spoils system en vigueur, il présenta sa démission le 12 juillet 1861. La petite histoire rapporte que sur le navire marchand britannique qui le rapatrie le 11 mai 1862, il dut supporter les sarcasmes du capitaine, adepte de la cause sudiste, qui arborait le drapeau de la Confédération5. Le président Lincoln, sur proposition de son secrétaire d’État William H. Seward (1801-1872), le remplaça, le 12 octobre 1861, par Robert H. Pruyn (1815-1882), soit six mois après le début de la guerre de Sécession. Pruyn était issu d’une vielle famille hollandaise originaire de New York. C’était un politicien local qui avait eu des responsabilités dans le domaine de la sécurité publique au sein de la milice de New York et rendu des services au Parti républicain mais qui n’avait aucune expérience en matière de politique étrangère, encore moins de l’Asie. En fait, il devait sa promotion à ses appuis politiques et à la perspective de gains financiers qu’impliquait un tel poste pour restaurer une situation financière précaire. Le 15 novembre 1861, le département d’État le munit des instructions suivantes : 

« D’après les informations reçues par le département d’État, le gouvernement chinois sous-estime nos capacités réelles et commence à s’en prendre à nos intérêts. Le Japon va-t-il également suivre la même voie ? Votre mission est de l’en empêcher. Au moment même où, à l’intérieur, notre gouvernement doit faire face à la tempête déclenchée par les factieux, il est de votre devoir de veiller scrupuleusement à ce que nos intérêts au Japon soient protégés […] Il est important pour cela que vous entreteniez des relations étroites et amicales avec les autres représentants des pays occidentaux dans l’archipel. Il vous faudra veiller à ne pas obtenir d’avantages exclusifs, mais vous concerter en tous points avec eux, car il est capital, dans les circonstances actuelles, de préserver, autant que possible, le prestige de la culture et la civilisation occidentales à Edo. En bref, vous laisserez derrière vous le souvenir d’anciennes jalousies ou rancunes qu’elle soient européennes ou domestiques, et vous accomplirez votre mission avec impartialité, équité et honneur, non seulement pour votre pays, mais aussi afin de gagner le respect des gens ordinaires au Japon à l’égard des pays occidentaux civilisés et des chrétiens ».6

Ce document fixait ainsi le nouveau cap qui devait présider aux relations entre les deux pays. D’abord éviter l’effet d’aubaine : la guerre civile en Amérique ne devait pas pousser le Japon à remettre en cause l’économie générale des traités et donc les prémisses de la politique d’ouverture. L’on savait en effet à Washington que la signature des « traités inégaux », bien loin de clore le débat interne au Japon sur la politique d’ouverture, l’avait au contraire envenimé et polarisé les attitudes, entre ceux qui jugeaient les concessions effectuées aux Occidentaux inévitables, mais limitées et permettant de gagner du temps, et ceux pour lesquels ces concessions ouvraient la boîte de Pandore d’un dangereux processus d’abandon national. En d’autres termes, la guerre de Sécession, vue de Washington, ne devait pas donner au parti xénophobe au Japon, ni au gouvernement japonais, l’occasion de remettre en cause les avantages issus des traités ou de différer leur application. Dans cet esprit, le département d’État s’inquiéta « des conséquences auprès de Japonais à moitié barbares (sic) des conséquences du spectacle de la division décrites et amplifiées à n’en pas douter, par les ennemis de la République, de ses intérêts et de sa puissance »7. Ensuite la méthode : contrairement à Townsend Harris qui avait usé de son statut pour avoir une position d’influence auprès de ses collègues, le département d’État prôna la concertation en toutes circonstances entre Pruyn et ses homologues. Le gouvernement américain jugea ainsi que depuis le début de la guerre civile, les intérêts de l’Union au Japon seraient mieux garantis si les puissances occidentales faisaient bloc, ce qui devait contribuer à asseoir l’autorité et le prestige de l’Occident dans l’archipel. Cela ne signifiait pas forcément que Washington devait faire profil bas, mais agir en sorte de consolider cette solidarité, avec en particulier l’Angleterre, la France et la Hollande. Naturellement, il y avait dans cette posture conciliante une concession au principe de réalité : l’éclatement de la guerre civile en Amérique, et qui s’annonçait longue et coûteuse, ne permettait pas de distraire des forces suffisantes sur le théâtre extrême-oriental, d’autant plus que la Marine de l’Union était mobilisée pour assurer le blocus des ports sudistes et couper les lignes de communication et de ravitaillement maritime de la Confédération8. En outre, cette posture de conciliation avait l’avantage de dissocier les deux fronts diplomatiques : Washington avait déjà fort à faire pour contrebattre la « bienveillance » de Londres et de Paris à l’égard du Sud et ne pouvait se permettre de s’aliéner les deux capitales au Japon. C’est ainsi que lors de l’incident de Nanamugi de septembre 1862, au cours duquel quatre ressortissants britanniques, inconscients et téméraires, furent attaqués par la garde du cortège du régent Shimazu Hisamitsu (1817-1897) du fief de Satsuma, aboutissant à la mort du négociant Charles Lennox Richardson (1834-1862), Pruyn avait jugé les demandes de réparation de Londres hors de propos. Le département d’État, d’accord sur le fond, lui ordonna néanmoins de se montrer conciliant :

« Le Président m’a autorisé à approuver les réclamations [britanniques] au motif que les intérêts communs de la civilisation et de l’humanité exigent que l’entente et la concertation entre les Parties prenantes des Traités dans la présente crise ne doivent pas être entravées par la jalousie, la suspicion, ou des discussions désobligeantes de quelle nature que ce soit ».9

On ne pouvait être plus clair sur les intentions présidentielles d’éviter un conflit avec la Grande-Bretagne au Japon préjudiciable à la position internationale de l’Union. De même, Washington n’était pas disposé à laisser impunies les agressions perpétrées contre les biens et les citoyens américains au Japon, sous prétexte de la poursuite de la guerre civile, même si les moyens d’une riposte unilatérale étaient limités : 

« Nous devons avoir en tête que nos difficultés intérieures sont bien connues du gouvernement et du peuple japonais. Qu’il existe de nombreuses publications ayant abondamment circulé relatant les batailles conduites y compris celles de nos cuirassés. Il y a donc de fortes raisons de penser que l’absence de réaction énergique de notre part passerait pour de l’impuissance […], que notre position au Japon s’en trouverait précarisée, nos ressortissants exposés aux insultes et aux attaques et que notre gouvernement apparaîtrait soit incapable de porter secours à ses propres citoyens, soit prêt à différer le châtiment de tels agissements au retour à la paix chez nous ».10

 Sur le plan des opérations militaires, la guerre de Sécession n’a eu que peu de prolongements en Asie orientale. On notera seulement qu’en juin 1862, le sloop de guerre Wyoming (6 canons, dont un canon Parrot) reçut l’ordre de se rendre en Extrême-Orient à la recherche de « bâtiments pirates armés par les rebelles ». Il se trouva qu’à la même époque, en octobre, la corvette sudiste Alabama (8 canons), voguant au large de Java, eut vent d’une information de source hollandaise et britannique selon laquelle le Wyoming allait prochainement aborder les Indes néerlandaises. Les deux navires ne parvinrent pas à se rencontrer et le Wyoming mouilla en mai 1863 dans le port de Yokohama pour assurer la protection des biens et des ressortissants de l’Union. Il devait participer, à ce titre, sous le commandement de David S. McDougal (1809-1882), à l’incident naval de Shimonoseki de juillet 1863 contre la flottille de guerre du fief de Chôshû. Ce fut le premier vaisseau de guerre américain à mouiller dans un port japonais depuis 1854 et à participer à une opération navale dans les eaux japonaises. Par la suite, des informations circulèrent autour de la fin de l’automne 1863 selon lesquelles l’Alabama avait été aperçu du côté d’Amoy ou Whampoa sur la côte chinoise. Le sloop de guerre à voile Jamestown (22 canons) s’employa à vérifier cette information et quitta en le 28 décembre de la même année le port de Yokohama, en dépit des protestations de la petite communauté américaine, craignant un raid de la Confédération en baie d’Edo en son absence, mais le bateau confédéré resta introuvable11. Toujours est-il que, du côté japonais, la présence de navires de guerre étrangers dans les eaux japonaises et ces premières démonstrations de force aiguillonnèrent encore davantage l’intérêt du Bakufu pour les armements occidentaux.

 La question délicate des fournitures militaires au Japon

Acquis depuis longtemps à la nécessité de se doter d’une marine de guerre, Edo avait profité de l’arrivée du ministre américain au Japon pour passer aux États-Unis une commande de deux bâtiments. Habilement, Harris avait fait insérer dans le traité nippo-américain de commerce du 29 juillet 1858 une disposition facilitant ce type de transactions12. En août 1861, le conseil des Doyens, l’instance politique suprême du gouvernement d’Edo, saisit Harris d’une demande formelle d’assistance auprès du gouvernement américain pour cette commande. Mais Harris, sur le départ, demanda au gouvernement japonais de charger son successeur de cette démarche et lui recommanda de différer la commande après la fin de la guerre civile13. Les négociations reprirent néanmoins en août 1862. Séduit par Pruyn qui, en vrai représentant de commerce de l’industrie nordiste d’armement, lui fit miroiter la qualité des armes américaines, et fasciné par les techniques militaires occidentales, le gouvernement japonais passa commande d’une canonnière, de deux corvettes, de munitions, de 300 carabines et d’équipements pour la cavalerie, de canons et de pistolets. Pour assurer sa crédibilité, Pruyn se fit même passer auprès des Japonais et de la petite communauté étrangère au Japon pour un général américain et posa en uniforme, alors qu’il n’avait été que commandant-adjoint de la milice de New York. À ceux de ses interlocuteurs japonais qui s’inquiétaient des conséquences de la poursuite de la guerre civile sur le contrat, Pruyn leur indiqua que non seulement celle-ci allait se terminer, mais que les industriels américains de l’armement étaient prêts à investir le marché japonais et à le faire bénéficier des innovations technologiques issues de la guerre. Le montant de la transaction était estimé à 860 000 dollars mexicains en argent, dont le denier paiement de 85 000 dollars intervint le 18 avril 1863. 

Entre-temps, Pruyn avait informé le 29 octobre 1862 le département d’État de la nouvelle commande passée par le gouvernement japonais et mobilisé ses contacts politiques et financiers à New York pour la faire aboutir : la commande était modeste, mais elle pourrait être suivie d’autres plus importantes qui fourniraient du travail et des débouchés à l’industrie américaine. Ayant payé la totalité de la transaction, Edo pouvait espérer la livraison des trois bâtiments, mais les événements en décidèrent autrement. Pris dans la tourmente d’une série de heurts armés en 1863, dont l’incendie suspect qui détruisit la légation américaine en mai, et l’incident précité de Shimonoseki au cours de l’été, Pruyn informa Edo que la répétition de ces attentats pouvait avoir des conséquences sur la livraison des bâtiments. Il fit valoir également que la commande requérait des financements complémentaires auxquels le gouvernement japonais rechigna et qui le conduisirent à s’interroger sur le bien-fondé de ces délais à répétition et à envisager une mission aux États-Unis pour vérifier l’état d’avancement des travaux. Le 1er septembre 1864, Pruyn informa enfin les autorités japonaises que les navires étaient enfin prêts à être livrés. Pourtant le président Lincoln, en octobre 1864, décida de différer la livraison de la corvette Fujiyama (12 canons) « en raison de l’état de nos relations avec le Japon »14: allusion claire aux nouveaux incidents xénophobes de l’été dans le détroit de Shimonoseki. Au début décembre, la livraison ne fut pas seulement suspendue mais bloquée par le président au motif que « l’intérêt national commandait que le steamer ne soit pas livré au Japon », et autorisa sa préemption éventuelle pour la Marine de l’Union15. Au printemps 1865, le conseil des Doyens réclama des explications que Pruyn fut bien en peine de fournir, tandis qu’une enquête était diligentée par la commission des Affaires Étrangères du Sénat suspectant le ministre américain au Japon de jongler avec les taux de change pour s’enrichir. Finalement, Pruyn informa le gouvernement japonais le 14 avril qu’il quittait ses fonctions dans les deux semaines « pour raisons de santé », laissant à son successeur le soin de gérer ce dossier particulièrement délicat. La guerre de Sécession venait alors de se terminer16. En définitive, après bien des déboires, seule la corvette Fujiyama arriva le 23 janvier 1866 à Yokohama.

L’autre élément fut l’odyssée de l’un des premiers cuirassés de l’ère moderne, le Stonewall. À l’origine, ce bâtiment, le Sphinx, d’après sa première dénomination, faisait partie de deux navires béliers-cuirassés commandés en mars 1863 aux chantiers navals Arman à Bordeaux, officiellement par la Marine égyptienne, mais en fait par la Confédération, dont le représentant à Paris, John Slidell (1793-1871) – beau-frère du Commodore Perry – avait l’oreille de Napoléon III. Toutefois, le montage ayant été éventé, et sous la pression de l’Union irritée par la « duplicité » française, le contrat fut sur cassé sur ordre de l’empereur. Le Danemark fut approché pour se porter acquéreur du Staerkodder – le nouveau nom du Sphinx – toutefois, du fait de difficultés techniques et de désaccords persistants sur le prix, il ne fut pas livré à temps avant la fin de la Seconde guerre du Schleswig (janvier-octobre 1864) contre la Prusse et l’Autriche. Devenu inutile, le bâtiment fut à nouveau vendu secrètement en janvier 1865 par les Chantiers Arman à la Confédération pour 455 000 francs. C’est à ce moment qu’il reçut son nom de baptême Stonewall, surnom du général sudiste Thomas J. Jackson (1824-1863), héros sudiste de la guerre de Sécession, mort en mai 1863 des suites d’un tir ami lors d’une patrouille de reconnaissance au moment de la bataille de Chancellorsville. Sur le chemin du retour, il fit escale pour ravitaillement à Quiberon, puis à Ferrol en Espagne après une tempête. Cependant, s’il parvint à échapper aux navires de l’Union chargés de l’intercepter, mais hésitants à engager le combat contre un cuirassé, le Stonewall, après un détour par Lisbonne et le port de Nassau aux Bahamas, accueillit la fin de la guerre à la Havane et fut récupéré aux Espagnols par l’Union en juillet 1865 moyennant finances17.

Par ailleurs au Japon, en dépit des démêlés avec Pruyn, le Bakufu n’avait pas renoncé, bien au contraire, à moderniser sa marine, après l’échec de la seconde expédition militaire contre le fief de Chôshû (juillet-octobre 1866). Plutôt que de laisser au nouveau ministre américain le monopole des négociations, Edo envoya en 1867, avec son accord, une délégation à Washington dirigée par Ono Tomogorô (1817-1898), un samuraï du fief de Kasama, spécialisé dans les questions maritimes et financières ainsi que dans les mathématiques18. Ono avait également fait partie de la délégation japonaise qui s’était rendue à Washington en 1860 pour la ratification du Traité signé par Harris et il avait acquis ses compétences maritimes au Centre d’entraînement de la Marine de guerre de Nagasaki, Nagasaki kaigun denshûjo, créé en collaboration avec les Hollandais au cours de l’hiver 1855-185619. Sa mission était double : obtenir le remboursement partiel des sommes engagées pour le contrat précédent qui n’avait pas été totalement honoré et acheter un nouveau navire avec les sommes récupérées. Sur place, des négociations s’ouvrirent avec le Secrétaire d’État Seward et le Secrétaire à la Marine Gedeon Welles (1802-1878) et la délégation fut reçue, le 3 mai 1867, par le président américain Andrew Johnson (1808-1875), vice-président au moment de l’assassinat de Lincoln, et dont il avait pris la succession. Les deux parties se mirent d’accord pour un prix de cession d’un montant de 400 000 dollars20. Pour les États-Unis comme pour le Bakufu, cette transaction était mutuellement profitable : le litige ouvert depuis 1863 autour de l’annulation partielle du précédent contrat était clos. En outre, Washington ne sachant plus que faire du Stonewall amarré dans le Potomac, la demande japonaise venait donc à point nommé. Du côté d’Edo, l’arrivée prochaine du Stonewall dans la flotte shôgunale lui donnait un avantage important sur les loyalistes impériaux. Malheureusement pour le Bakufu, le Stonewall arriva au Japon en pleine guerre civile le 24 avril 1868 à Yokohama et le gouvernement américain ayant proclamé sa neutralité dans le conflit opposant les loyalistes impériaux aux partisans du shôgun déchu, le navire, rebaptisé par la suite Kôtetsu, resta à quai21. Finalement, en mars 1869, en dépit des difficultés financières du nouveau gouvernement impérial et les opérations militaires tournant à l’avantage de ce dernier, Washington consentit à le lui céder22. Après l’échec de la tentative des partisans de l’ex-shôgun de s’emparer du bâtiment en l’abordant avec des navires battant pavillon américain et russe, il participa aux combats pour la chute de Hakodate du 4 au 10 mai de la même année. Le destin du Stonewall, affecté par la guerre civile dans les deux pays, fut donc pour le moins singulier : commandé par les Confédérés, il fut récupéré par l’Union ; cédé au Bakufu, il finit retourné contre les rebelles du Nord par le nouveau gouvernement impérial…23

La cession du Stonewall entrait dans le cadre d’une politique de liquidation des surplus militaires américains. Après la guerre, Washington récupéra un arsenal militaire important excédant les besoins de la politique de défense du pays. Ces surplus pouvaient être soit détruits, soit recyclés sur le plan interne ou à l’exportation. Cette dernière option était la plus rentable24. En Chine, Shanghaï possédait également des stocks d’armes modernes car la révolte sanglante des Taiping (1853-1864) avait stimulé le commerce des armes et le port constituait un lieu d’approvisionnement approprié pour les fiefs soucieux de moderniser leur appareil militaire hors du contrôle d’Edo, en se rendant subrepticement sur place ou à Nagasaki. Enfin, les États européens avaient fait main basse sur les commandes d’armement confédérées non livrées. De façon générale, le Japon était aussi un débouché prometteur : l’objectif de modernisation des forces armées était partagé – à des titres divers il est vrai – par le gouvernement central et les fiefs, impliquant une demande importante d’armes à feu que l’industrie nationale était encore incapable de satisfaire, tant en qualité qu’en quantité. Les affrontements armés des années 1863-1864 entre Occidentaux et Japonais avaient douloureusement démontré l’infériorité de l’armement dont les troupes féodales étaient équipées. En outre, l’exacerbation des tensions entre le Bakufu et ses adversaires au milieu des années 1860 favorisa la demande d’armements. Entre 1865 et 1867, les importations de fusils ont presque triplé passant de 25850 à 65367 pour le port de Nagasaki, et à 102233 pour le seul port de Yokohama qui ravit à Nagasaki durant la période la position de plaque tournante du commerce d’armements au Japon25. C’est ainsi que l’on retrouva au Japon des carabines Spencer d’occasion à rechargement rapide par la culasse mis au point par l’Union en 1860 et importés pour la première fois par le fief de Saga. Mais ils étaient chers et furent peu utilisés à cette époque. Ont été également importés à partir de 1865 des fusils Enfield, d’origine britannique, dont on estime que 50 000 environ venaient des surplus de la guerre de Sécession et qui ont été principalement utilisés par les Impériaux lors de la guerre civile japonaise de 1868-1869. Les nouvelles techniques de fabrication des boîtes de conserve alimentaires mises au point durant le conflit furent également importées dans l’archipel. Naturellement il existait également une contrebande d’armements, notamment à travers la Mer du Japon, qui offrait des endroits discrets où ce trafic pouvait prospérer. Parmi les fiefs « impériaux », c’est sans doute celui de Satsuma qui tira le plus grand profit de la guerre de Sécession. La désorganisation du marché mondial du coton fit la fortune du fief qui occupa rapidement une position dominante dans l’industrie et le commerce du coton dans l’archipel. Les profits ainsi dégagés servirent à la modernisation de l’appareil militaire du fief : entre 1864 et 1868, ce dernier fut en mesure d’acheter aux Britanniques douze navires de guerre et de transport et, avec un tonnage global de 7105 tonnes, la flotte de Satsuma fut en mesure de surpasser celle de tous les autres fiefs, même si elle ne pouvait rivaliser avec la marine shôgunale.

Cette situation profita à des intermédiaires étrangers tels le britannique Thomas B. Glover (1838-1911), un négociant britannique qui, après avoir vendu des armes au Bakufu, prit langue avec le camp des Impériaux, en vendant le coton de Satsuma aux Occidentaux par l’intermédiaire de Shanghaï contre des armes, et notamment avec Sakamoto Ryôma (1836-1867)26. Ce dernier, avec des capitaux provenant du fief de Satsuma et de riches commerçants de Nagasaki, dont la famille Kozone, créa au cours de l’été 1865, la première maison de commerce d’import-export spécialisée dans le transport maritime, la Kameyama shachû. En fait, il s’agissait surtout d’une couverture pour des activités politiques anti-bakufu et pour le commerce clandestin des armes à feu, d’abord en direction du fief de Chôshû que le Bakufu avait placé sous embargo du fait de ses activités séditieuses, et plus largement pour alimenter en armes modernes la faction anti-gouvernementale. Au moment même où la guerre civile éclata au Japon, Yokohama et Nagasaki tombant entre les mains des Impériaux, les importations d’armement profitèrent surtout au nouveau régime. Cependant, un guerrier du fief de Nagaoka, Kawai Tsukinosuke (1827-1868) qui participa à la guerre civile consécutive à la chute du Bakufu du côté des fiefs nordistes, parvint à se procurer à Yokohama – entre autres armements – deux mitrailleuses Gatling, dont l’utilisation sur le champ de bataille s’avéra peu concluante27. On a retrouvé traces de transactions portant sur 520 fusils entre le fief de Sendai, représenté par Ôwara Shindayû (1832-1900), qui rejoindra par la suite les fiefs nordistes, et Eugene Miller Van Reed (1835-1873), un négociant américain de Yokohama d’origine hollandaise au cours de l’automne 1867, pour une somme équivalente à 200 ryô28.

Dans d’autres cas, les fiefs ont eu affaire à des aventuriers plus proches de trafiquants que de commerçants : ainsi en est-il en particulier des frères « John » et « Edward » Schnell. Deux personnages qui n’hésitaient pas à s’afficher en costumes de samuraï, à la nationalité improbable – tantôt hollandaise, tantôt prussienne – ayant travaillé comme secrétaires dans les légations de Suisse et de Prusse. Ils parvinrent, par leur aplomb, à se faire nommer conseillers politiques et militaires et à se lier étroitement aux seigneurs des fiefs de Yonezawa, Shônai et d’Aïzu dans le Nord de l’île principale de Honshû, en vantant leur capacité à faire venir des armes à feu de Hong-Kong et de Shanghaï à travers les ports de Niigata, Sakata et Sendai non encore tombés entre les mains des Impériaux. Il existe ainsi un contrat signé entre « Edward » Schnell et Honma Kôbi (1836-1913), un riche propriétaire terrien, grand argentier du fief de Shônai, portant sur l’achat de 970 fusils et carabines Enfield, Springfield et Sharps et de 600 000 cartouches issus des surplus de la guerre de Sécession, ainsi qu’un autre contrat de fournitures d’armes et de munitions pour le fief de Yonezawa d’un montant de 116.600 dollars dont on ne connaît pas le détail. 

On ignore toutefois si l’ensemble de cet arsenal, dont la qualité laissait parfois à désirer, a été effectivement livré. Toujours est-il que Higashikuze Michitomi (1834-1912), le responsable des affaires étrangères du nouveau gouvernement impérial, demanda, le 14 février 1868, aux Puissances de ne plus assurer la livraison d’armes aux Tokugawa et à leurs vassaux et qu’un rapport du 24 juillet 1868 de Kuroda Kiyotaka (1840-1900), un membre de l’état-major impérial en charge des opérations de « pacification », dénonça la poursuite des livraisons privées d’armement aux rebelles par des navires britanniques et américains, transitant par le port de Niigata, exigeant que les légations impliquées prissent des sanctions contre les responsables de la violation principe de neutralité29. En tout état de cause ces livraisons n’ont pas permis aux forces du Nord de redresser leur situation militaire. Mais la présence des frères Schnell dans la région alimenta également des rumeurs, totalement infondées, sur les prétentions territoriales de Berlin dans la région30. Quoi qu’il en soit, le Japon restait éloigné des péripéties la guerre de Sécession, même si cette dernière a affecté la nature et le rythme des livraisons d’armement. Le risque d’implication personnelle restait minime : raison de plus pour accueillir avec prudence l’idée que des Japonais auraient pu être entraînés, dans des circonstances non encore élucidées, dans la guerre civile américaine.

Des Japonais dans la guerre de Sécession ?

En avril 1992, fut créée la Japanese American Veteran Association (JAVA) dans le but de mieux faire connaître et reconnaître l’action des Nisei, ces soldats américains nés aux États-Unis mais d’ascendance japonaise, mobilisés lors de la Seconde guerre mondiale ainsi que le sort des quelque 110 000 Japonais, dont les deux-tiers étaient citoyens américains, abusivement enfermés après Pearl Harbor dans des camps d’internement sous prétexte que leur loyauté à l’égard des États-Unis était suspecte. Sa cellule de recherche a entrepris de recenser et d’identifier les Nisei ayant servi plus largement dans l’armée américaine. Dans une publication du National Park Service (NPS) datée de 2015, elle a retrouvé la trace de deux Japonais enrôlés dans l’Union sous un nom anglicisé : une pratique alors courante pour deux tiers environ des recrutés d’origine asiatique ou des îles du Pacifique, car ces noms étaient plus faciles à mémoriser. Le premier, « John Williams », âgé de 22 ans, aurait été enrôlé à New York en août 1864, dix jours après son arrivée en Amérique. Il aurait été affecté au 1er Régiment de cavalerie de New York qui participa à la campagne de la Vallée de Shenandoah (mai-octobre 1864). Victime de fièvres récurrentes, il aurait été hospitalisé à l’hôpital du Corps de la 3ème division de cavalerie, avant d’intégrer l’Armory Square General Hospital à Washington, où il aurait été démobilisé en juin 1865. Le second, « Simon Dunn », serait né au Japon en 1842. Incorporé à Brooklyn en décembre 1863, dans la Compagnie E du 158ème Régiment d’infanterie de New York, il aurait participé aux combats de Beaufort (août 1864). On suit sa trace à Swansborough, Petersburg, Richmond et Appomattox où son régiment fut présent lors de la reddition du général Lee en avril 1865, avant sa démobilisation à Richmond en août de la même année. À part ces données parcellaires sur les incorporations et les affectations, on ne sait rien d’autre d’eux.

Que des asiatiques aient participé à la guerre de Sécession dans l’un ou l’autre camp et sous des noms d’emprunt n’est historiquement pas contestable. Le cas des Chinois et des Philippins est relativement bien documenté et connu31. La présence de deux Japonais dans la guerre de Sécession était plus surprenante. On ne les connaît que sous leur identité militaire et la JAVA n’a pas été encore en mesure d’authentifier leurs véritables noms de naissance. Étant donné que, jusqu’en novembre 1866 – date de l’introduction d’un système de passeport – les Japonais n’étaient pas encore autorisés à se rendre à l’étranger, à moins d’une mission officielle d’étude, d’une ambassade ponctuelle ou itinérante, ou d’avoir été recueillis, contraints et forcés, à la suite d’un naufrage – des précédents existent – leur présence en Amérique interroge : comment ont-ils pu se retrouver aux États-Unis ? Pourquoi et comment auraient-ils rejoint les rangs de l’Union ? Ont-ils réellement combattu ou ont-ils été affectés à des tâches d’intendance ou logistiques comme supplétifs ? La rapidité de l’incorporation de « Williams » pouvait également surprendre. On apprend qu’il aurait intégré un régiment de cavalerie, ce qui pourrait attester une origine samuraï car seuls les guerriers avaient le droit de pratiquer l’équitation32. En tout état de cause, il ne s’agirait pas de Nisei, mais de Japonais de première génération, et la confirmation de l’identité des deux hommes s’avère ardue. Curieusement cependant, cette information de la JAVA sur l’existence éventuelle de deux Japonais dans les forces de l’Union n’a pas été reprise dans la grande presse étatsunienne ou japonaise.

Si l’existence de soldats nippons intégrés dans les armées de l’Union doit être encore vérifiée, un autre Japonais se serait brièvement trouvé pris dans la tourmente de la guerre de Sécession dans des circonstances peu claires. Il s’agit de Hamada Hikôzô (1837-1897). Son histoire est peu banale. Recueilli par un navire américain à l’âge de treize ans à la suite d’un naufrage au large de la péninsule d’Ise, Hamada, sous le nom de Joseph Heco, passa l’essentiel de sa vie aux États-Unis, dont il fut le premier Japonais à acquérir la nationalité en juillet 1858. Après avoir séjourné à plusieurs reprises au Japon où il travailla comme interprète auprès de la légation américaine, la guerre de Sécession le surprit à Baltimore en février 1862, où il aurait été un moment arrêté par la police le soupçonnant, sur la base d’une mauvaise photo, d’être un officier général de la Confédération infiltré ! Le « malentendu » fut rapidement levé, selon lui, moyennant le versement – l’extorsion ? – de la somme faramineuse de 25000 dollars par deux de ses amis…Des analystes japonais ont avancé, mais sans étayer leurs dires, qu’il avait été arrêté parce qu’il connaissait John Mercer Brooke (1826-1906), un ancien officier de Marine de l’Union passé au service des Confédérés en 1861 qui l’avait effectivement aidé à retourner au Japon en 185933. Brooke a bien travaillé aux plans de renflouement de la frégate nordiste USS Merrimack, sabordée le 20 avril 1861, et de sa transformation en navire cuirassé, sous le nom CSS Virginia (12 canons) le 12 février 1862. Force est de constater qu’à défaut de sympathie ouvertement affichée pour la cause des Confédérés, Hamada avait des accointances avec les milieux pro-sudistes, moins sans doute par conviction qu’en raison des circonstances de son arrivée et de sa prise en charge à San Francisco. Outre son amitié avec Brooke, la famille de son principal protecteur, Beverly C. Sanders (1807-1883) était originaire du Maryland et possédait des plantations de plusieurs centaines d’esclaves. Il avait été introduit par elle auprès du sénateur de Californie William M. Gwin (1805-1885), arrêté le 4 novembre 1861 par le général Edwin Vose Summer (1797-1863) avec deux autres de ses amis pour sympathies sécessionnistes, puis libéré le mois suivant par le président Lincoln faute de preuves. Ses écrits montrent que la question du servage le laissait indifférent et qu’il avait fait sien les préjugés racistes de ses mentors. L’incident n’empêcha pas en tout cas Hamada d’être reçu le mois suivant, en mars 1862, par le président Lincoln, qui l’interrogea longtemps sur le Japon, et de poursuivre une carrière d’entrepreneur et de journaliste qui le mit en contact par la suite avec les principaux dirigeants du gouvernement de Meiji34. En bref, faute de témoignages directs et sûrs sur les événements de la guerre de Sécession, les Japonais ont été obligés de s’en remettre à des sources plus obliques qui ont forgé leur perception de ce conflit.

La représentation de la guerre de Sécession au Japon

Comment la guerre de Sécession fut-elle rapportée et vue au Japon ? Pour répondre à cette question, il faut tout d’abord s’interroger sur les canaux par lesquels l’information a circulé dans l’archipel et à quel niveau d’une part, ainsi que sur les formes de récupération politique auxquelles elle a donné lieu, notamment lorsqu’il s’est agi de faire de la guerre civile japonaise le pendant extrême-oriental de la guerre civile américaine d’autre part, avant d’évoquer la façon dont les protagonistes du conflit ont été décrits, à travers la figure emblématique du général Grant.

Les circuits de circulation de l’information sur la guerre civile américaine

Traditionnellement, durant la période d’Edo, les informations politiques en provenance de l’extérieur transitaient par le comptoir hollandais de Dejima, à Nagasaki, ou par les navires chinois et coréens autorisés à accoster dans le port, et monopolisées par le Bakufu. Ce système a perduré jusqu’en 1859, avec la mise en place de représentations diplomatiques étrangères permanentes dans la banlieue d’Edo ou à Edo même. L’institutionnalisation progressive de cette présence étrangère s’est également accompagnée au Japon d’un double mouvement : une accélération des contacts entre le gouvernement central et les étrangers à travers les légations par la proximité des lieux de pouvoir, une professionnalisation grandissante de la conduite de la politique étrangère par la création au sein du gouvernement central, en 1858, de postes et d’offices spécialisés tels que les « préfets aux affaires étrangères », Gaikoku bugyô, en charge de conduire les négociations avec les ministres étrangers. Il restait néanmoins, en dépit de cette évolution, que la transmission de l’information souffrait de trois handicaps : en premier lieu, la dissymétrie dans les modes de circulation de l’information politique car, comme il a été souligné auparavant, la signature des Traités ne changea rien aux restrictions et interdictions concernant la circulation des personnes hors des frontières de l’archipel. En second lieu, l’éloignement géographique : le Japon ne disposait pas encore de marine de haute mer développée et même si les changements technologiques avec l’introduction de la locomotion à vapeur et l’invention du télégraphe électrique au début des années 1830 raccourcissaient les distances, ces technologies étaient encore inexistantes dans l’archipel, ou relevaient encore, pour un temps du moins, du cabinet de curiosités35. Du coup, il fallait compter entre trois et quatre mois pour la correspondance diplomatique entre le Japon et Washington, délai raccourci à deux mois avec l’installation du télégraphe depuis San Francisco. Une distance qui laissait au représentant américain une certaine autonomie pour réagir aux événements au Japon, avec des moyens limités compte-tenu de la guerre civile américaine36. En troisième lieu, le Japon restait encore fortement tributaire des sources d’information étrangères car, en l’absence de corps diplomatique en bonne et due forme et de presse moderne, il ne disposait pas de canaux ou de relais spécifiques de communication, que ce soit à travers un réseau d’ambassades ou de correspondants de presse à l’étranger. Cette médiation renforça une dépendance à l’égard de ces sources, sans que la qualité et l’authenticité du contenu de l’information ainsi délivrée pussent être vérifiées. On note cependant un effritement du monopole du Bakufu sur la circulation de l’information politique, comme le montrent la nationalisation du débat autour de la politique d’ouverture dans les années 1850 et la montée en puissance de certains fiefs capables de développer leurs propres réseaux parallèles d’information.

 Si les grandes compilations historiques japonaises de l’époque ne firent guère état de la guerre civile américaine, deux guerriers du fief de Mito ont entrepris d’en présenter les linéaments à leur seigneur : Suzuki Hajime (?-1897) et Toyoda Tenkô (1805-1864). Leurs caractéristiques communes : ils se sont non seulement intéressés aux relations internationales, mais aussi à l’émergence des États-Unis, intérêt suscité par l’expédition précitée du Commodore Perry. Toyoda était en particulier l’auteur d’un opuscule : « Nouvelle politique de défense maritime », Kaibô shinron, renfermant un condensé de l’histoire des États-Unis depuis la guerre d’indépendance. Ces deux vassaux collaborèrent ainsi étroitement à la mise au point des « Nouvelles », shinbun37 , à partir d’informations diverses de seconde main : extraits de presse étrangère en langue chinoise, de journaux de Hong-Kong, confidences d’interprètes et d’agents consulaires des légations aux fonctionnaires du Bakufu en charge des questions extérieures, documents transmis par les fonctionnaires du « Centre d’inspection des livres barbares », bansho torishirabesho. Dans ces « Nouvelles » en date du 16 août 1861, le début de la guerre civile américaine est présenté de la façon suivante : 

« Voici les points le plus importants concernant la guerre entre Nord et le Sud qui sévit actuellement aux États-Unis d’Amérique. Parmi les 32 états de la fédération, huit différaient des 24 autres par leurs mœurs et leur pratique du servage. Bien qu’Abrahaku (sic) (Abraham Lincoln) soit issu de l’un de ces états, il n’était pas en faveur du servage et avait adopté les mœurs du Nord, ce qui a considérablement irrité les gens du Sud qui se sont séparés des États-Unis. Ils ont fait appel à la France pour les aider et la France a accepté. Elle a envoyé une flotte de guerre qui, dès son arrivée, a engagé le combat contre les 24 autres états. Dans la langue de ce pays, on désigne par le terme de hasurâvu (esclave), le régime du servage»38.

Cette présentation comporte des erreurs de fait : entre autres, Lincoln n’était pas originaire du Sud et la France n’a pas envoyé de flotte pour aider les Confédérés. En revanche, les auteurs de ces « Nouvelles » ont identifié deux causes à l’origine du conflit : la différence de « mœurs », fûzoku (c’est-à-dire de culture, de mentalité et d’intérêts) entre le Nord et le Sud et l’esclavage. Des différences irréductibles qui ont conduit à la guerre. Et s’il s’est trompé sur le soutien militaire de la France, il semble avoir également pressenti qu’entre la France et le Sud, il existait sans doute des liens particuliers. De même, les sources japonaises firent état, en mars 1862, d’une dégradation très nette des relations entre l’Union et Londres : « d’après les dires du consul de Hollande, il est possible que la guerre éclate entre l’Amérique et l’Angleterre. En effet, l’Angleterre avait l’habitude d’acheter son coton au Sud. Mais du fait de la guerre entre le Nord et le Sud, le commerce du coton s’est tari et l’Angleterre s’en trouva fort dépitée. Et c’est ainsi qu’elle envisage de se ranger du côté du Sud pour écraser le Nord »39. Certes, la Grande-Bretagne n’a pas non plus participé au conflit. Mais le document souligne davantage encore les origines économiques d’un conflit dont il saisit, plus ou moins confusément, les prolongements internationaux potentiels. Il est vrai également que les tensions entre Londres et Washington ont été parfois palpables comme certains Japonais ont pu eux-mêmes s’en rendre compte. Ainsi en fut-il par exemple de l’ambassade itinérante du Bakufu qui visita six pays européens de janvier 1862 à janvier 1863 afin de négocier le report de l’ouverture de certains ports : la délégation avait embarqué sur une frégate britannique, le HMS Odin (16 canons) mais elle avait dû rester une semaine à Hong-Kong par crainte d’être interceptée en haute mer par la marine nordiste. On peut penser que, durant ce séjour prolongé, elle a glané des informations sur la guerre civile américaine à partir de la presse en langue anglaise. Aux abords de Singapour, la délégation remarqua que des fusils avaient été distribués à l’équipage, entreposés jusque dans les quartiers mêmes de la délégation, et que des munitions et des projectiles avaient été placés près des pièces d’artillerie. De même, depuis l’escale de Ceylan, un membre de la délégation, Kurosawa Sadayo (1809-1892) écrivit dans une lettre à Nagasaka Shôdayû (1817-1899) – un proche de la direction de la mission resté au Japon – que l’équipage avait été mis en état d’alerte du fait des tensions récurrentes entre Londres et Washington40. 

En tout état de cause, les étrangers, missionnaires et commerçants, présents à Nagasaki, et qui étaient en communication avec Shanghaï, restaient pour les Japonais une source d’information incontournable sur les événements extérieurs. Ainsi, c’est un missionnaire américain de l’église épiscopalienne, Channing Moore Williams (1829-1910), qui informa le 26 mai 1865, Shômura Sukeemon (1821-1903), un vassal du seigneur de Kumamoto, de l’assassinat de Lincoln : « J’ai reçu ce 26 mai la visite de l’américain Williams : il était porteur d’une dépêche télégraphique de Shanghaï sur la guerre de Sécession selon laquelle le président à Washington et son responsable des affaires étrangères ont été tués. Pour l’instant on n’en sait pas plus »41.

Dans certains cas, les séjours à l’étranger permirent à certains Japonais de se familiariser avec la guerre civile américaine. Ce fut le cas au cours de l’été 1862, à l’occasion d’un séjour dans de deux mois dans le port de Shanghaï, en marge d’une mission d’observation du Bakufu. Ils avaient pu constater les ravages de la révolte des Taiping et pris connaissance des derniers développements de la guerre de Sécession : « les États-Unis d’Amérique sont divisés entre le Nord et le Sud qui se font maintenant la guerre. L’issue des combats reste encore indécise. Nous aussi on appartient au Sud […]. On comprend, à la lueur de ces événements, à quel point les troubles intérieurs sont encore plus préoccupants que les guerres extérieures »42. Ces impressions consignées par Takasugi Shinsaku (1839-1867), l’un des chefs de file du mouvement réformateur et loyaliste du fief de Chôshû dans son journal de voyage, sont révélatrices des préoccupations des élites japonaises du moment : en s’identifiant lui-même au Sud, Takasugi considérait la guerre de Sécession comme le laboratoire des tensions destructrices qui agitaient alors l’archipel et des menaces auxquelles il devait faire face. La correspondance du chef de la délégation clandestine du fief de Satsuma envoyée en avril 1865 en Grande-Bretagne, Niiro Hisanaga (1832-1889), fit état d’une visite à Glasgow des chantiers navals Randolph Ender & Co, où on lui présenta les plans de bâtiments munis de plaques cuirassées : « une invention du parti sudiste durant la guerre civile américaine dont les performances connues en Occident ont encouragé les pays européens à en fabriquer », et dont il détailla les caractéristiques techniques et l’armement43. La transaction n’a finalement pas eu lieu du fait de désaccords sur les modalités de paiement, mais elle témoignait de l’intérêt des Japonais, et notamment des fiefs en délicatesse avec le gouvernement central, pour les innovations technologiques engendrées par la guerre civile américaine. 

 Si les nouvelles concernant la guerre de Sécession étaient connues, même imparfaitement, de la périphérie, on peut penser qu’elles l’étaient a fortiori du gouvernement central à Edo, comme en faisaient état les inquiétudes précitées sur les livraisons d’armement. Lorsque Tokugawa Yoshinobu reçut les lettres de créance du nouveau ministre américain au Japon le 4 mai 1867, la guerre civile américaine fut au cœur des échanges : Robert Van Valkenburgh (1821-1888) rappela à son interlocuteur que les États-Unis avaient pu surmonter la rébellion grâce à l’action de la Providence, au patriotisme et à la loyauté de la nation et fit part de sa confiance en la capacité du nouveau shôgun à « traverser les présentes difficultés, en soumettant ou en se conciliant ses ennemis ». Le parallélisme entre la situation intérieure du Japon et la guerre civile américaine était ainsi suggéré par le ministre américain. Le nouveau shôgun ne s’aventura pas sur ce terrain, mais répliqua en ces termes : « c’est avec plaisir que nous avons appris que la guerre dans votre pays a connu une heureuse conclusion, que le Nord et le Sud sont maintenant en paix et que l’autorité de votre gouvernement, en venant à bout de la rébellion, a été pleinement réaffirmée »44. Moins d’un an après cet échange, les querelles intestines allaient non seulement balayer le système shôgunal, mais aussi inscrire la guerre civile américaine dans des processus d’appropriation symboliques, tant chez certains protagonistes du conflit que dans une partie du corps diplomatique.

La guerre de Boshin, version japonaise de la guerre de Sécession ?

La Restauration de Meiji fut d’abord un changement de régime : elle mit à bas l’institution shôgunale et, en proclamant le « Retour à l’antique monarchie », elle prétendait renouer avec le système du gouvernement impérial direct qui s’était épanoui avant la prise de pouvoir par la classe des guerriers à la fin du XIIe siècle. Mais pour les partisans de l’Ancien régime, cette Restauration n’était en fait qu’un coup d’État fomenté par quatre grands fiefs du sud-ouest de l’archipel avec la complicité de nobles de Cour, tirant avantage de la jeunesse et de l’inexpérience du jeune empereur Mutsuhito (1852-1912). Depuis une dizaine d’années, les « loyalistes » impériaux étaient à l’origine des troubles fomentés dans le pays. Il était connu que le père de Mutsuhito, l’empereur Kômei (1831-1867) – disparu subitement dans la force de l’âge en janvier 1867 – était favorable à l’expulsion des Barbares, réticent à l’ouverture du pays, et appelait à une plus grande prise en considération de la Cour impériale dans le processus de décision. Il avait néanmoins condamné les troubles ourdis à plusieurs reprises par les « loyalistes » en 1863-1864 à Kyôto, la vieille capitale de l’empire, et attendait du shôgun qu’il exerçât sa mission conformément à son titre de « généralissime en charge de la pacification des Barbares », et non que le souverain s’y substituât. En somme, les « loyalistes » étaient pris dans les contradictions de leur propre discours : ils prétendaient agir au nom de l’empereur, alors que le monarque en titre n’entendait pas radicalement bouleverser un système de gouvernement dont la Cour s’était accommodée depuis longtemps et qui avait assuré la paix pendant plus de deux siècles sous la houlette du clan Tokugawa. En outre, les pro-bakufu n’étaient pas ennemis des réformes – le shôgun avait même formellement restitué le pouvoir à l’empereur en novembre 1867 dans un geste d’apaisement – mais les « loyalistes » les plus radicaux, craignant que cette décision ne favorisât la perpétuation du régime sous une forme plus moderne et viable, en avaient décidé autrement. De fait, même si Tokugawa Yoshinobu, contre les conseils du ministre de France Léon Roches (1809-1900), préféra se mettre en retrait, l’affrontement était inévitable, entre les anciens feudataires des Tokugawa devenus officiellement, à leur corps défendant, « ennemis de la Cour », Chôteki, et les « loyalistes » revendiquant la légitimité de leur entreprise de renversement du régime en brandissant la « bannière impériale ».

Il n’y a pas lieu de décrire ici le détail de la campagne militaire qui, dès janvier 1868, tourna en faveur des Impériaux : avantage du nombre du fait du ralliement de plus en plus de fiefs jusque-là attentistes ou hésitants, meilleur commandement et équipement militaire supérieur. Mais il est un fait frappant : les fiefs du Nord qui n’avaient pu obtenir l’annulation du décret les bannissant comme « ennemis de la Cour », constituèrent, le 6 mai 1868, une « Alliance des grands fiefs de la région Nord », Ôuetsu reppan dômei qui compta à son apogée quelque 31 fiefs. Le gros des contingents « loyalistes » venaient des fiefs de Chôshû, Satsuma, Tosa et Saga, tous issus du sud-ouest de l’archipel. Et même encore aujourd’hui, pour les populations du nord de Honshû, la « guerre de Boshin » n’opposa pas les Impériaux contre les « rebelles », mais les armées de l’Est à celles de l’Ouest, comme s’il s’agissait d’exorciser la stigmatisation induite par la dénomination infamante d’« ennemis de la Cour ». Mais si la guerre de Boshin devenait un affrontement géographique, il était tentant d’en faire le décalque de la guerre civile américaine45. Le successeur de Pruyn, Valkenburgh, ancien colonel nordiste du 107ème Régiment de Volontaires de New York, celui-là même qui avait bloqué la livraison du Stonewall, ne cachait guère, en dépit de sa déclaration de neutralité du 14 février 1868, sa sympathie pour les fiefs du Nord. Dans sa correspondance diplomatique avec le Département d’État, il considérait que les forces du Nord avaient la capacité de l’emporter sur la « Confédération des daïmyo (seigneurs) du Sud ». Tout, dans le ton des messages, le vocabulaire utilisé par le ministre américain, inscrivait la guerre de Boshin dans un affrontement géographique Nord-Sud dans lequel le Nord représentait le progrès et la civilisation, le Sud le conservatisme xénophobe et antichrétien, dont les seigneurs faisaient office de conspirateurs, manipulateurs du Mikado46. Et la grande presse américaine, n’était pas loin de partager ce point de vue, appelant même de ses vœux à une intervention militaire pour écraser la « rébellion » et qualifiant les Impériaux de « terroristes »47. Le Département d’État était quant à lui plus mesuré, mais dans la dépêche n°62 datée du 3 septembre 1868, Seward fila également la métaphore de la fracture Nord-Sud en ces termes, avec en tête des réminiscences claires : « la dépêche montre que la guerre civile divise le pays, ou plus exactement les îles du Japon, sur le plan géographique. Le parti du Mikado appartient à la faction sudiste, celui des Tokugawa relève de la faction nordiste. C’est là un développement particulièrement suggestif »48.

Il ne fait aucun doute que, par des biais encore mal connus, ces penchants américains « pro-nordistes » furent connus de l’Alliance (et vraisemblablement aussi, des Impériaux)49. En août 1868, un représentant de l’Alliance fit parvenir à la légation des États-Unis une lettre assimilant la situation japonaise à la guerre civile américaine : 

« Dans la guerre qui a opposé le Nord au Sud, les Nordistes n’ont pas toléré que les Sudistes pratiquassent l’esclavage des Noirs, traités en bêtes de somme, et en dépit des exhortations répétées qui leur ont été faites, les Sudistes ne se sont pas soumis. Il en est résulté une longue guerre de quatre à cinq ans. La Justice était du côté des Nordistes et ils ont vaincu les Sudistes. Dorénavant, votre pays s’est unifié autour des trente et quelque état du Nord. Aujourd’hui le combat qui se déroule au Japon est semblable à la guerre civile américaine : les agissements des forces du Sud sont marqués du sceau de l’intempérance et de l’injustice. Malheureusement il n’est pas possible au Japon de s’en remettre à une personnalité comme Lincoln pour transmettre à l’empereur le vrai visage du Nord […]. »50

Ce passage est intéressant à plus d’un titre. Tout d’abord, il est à rapprocher d’une autre missive plus générale, en date du 19 août 1868, de représentants des fiefs de Sendai, Aïzu, Yonezawa, Shônai et Nagaoka, informant les légations de la constitution de l’Alliance du Nord et de leur volonté de poursuivre la lutte pour chasser les « mauvais conseillers ayant confisqué à des fins privées et partisanes l’autorité de la Cour et du jeune empereur »51. Il montre par ailleurs que les informations sur la guerre de Sécession ont bien circulé dans l’archipel, y compris dans les régions a priori les plus éloignées des lieux et circuits traditionnels de pénétration des informations en provenance de l’étranger. Ensuite il s’agissait d’affirmer la légitimité de la lutte de l’Alliance du Nord en s’assimilant au camp nordiste dans la guerre civile américaine. Enfin, en convoquant la guerre de Sécession, l’auteur entendait s’attirer la sympathie des États-Unis, à un moment où l’Alliance était isolée sur le plan diplomatique : les forces ex-shôgunales avaient perdu le soutien officiel du gouvernement français avec le remplacement de Léon Roches par Maxime Outrey (1822-1888) ayant pris ses fonctions à Edo en juin 1868, même si des officiers français en rupture de ban continuaient à les encadrer. Situation qui mit d’ailleurs Paris en porte-à-faux par rapport au nouveau gouvernement impérial. Mais la lettre soulevait également une autre question : celle de l’absence d’un véritable leadership capable de s’imposer52

. Une absence qui s’avéra décisive à la fois sur la solidité de l’Alliance, laquelle va s’effilocher au fil du temps du fait de ses dissensions, et pour redresser un rapport de forces défavorable avec les Impériaux se réclamant de la Cour de Kyôto. 

 La question de savoir si les fiefs de l’Alliance du Nord et plus tard, les fondateurs, le 27 janvier 1869, de l’éphémère et célèbre « République d’Ezo (Hokkaïdô) » autour d’Enomoto Takeaki (1836-1908), l’ancien vice-commandant en chef de la marine shôgunale, ont voulu faire aussi « sécession » fait débat. Pour la légation américaine, il était clair que la guerre de Boshin favorisait la mise en place de deux Mikado53. Avec le recul, s’il existait bien des structures politiques et administratives particulières, des drapeaux, et une conscience aiguë de la fracture géographique Nord-Sud, il semblait bien que les « rebelles » du Nord aient surtout voulu mettre en place des instances pour coordonner leurs actions militaires, gérer les territoires sous contrôle et, en ce qui concerne Ezo, conforter la présence japonaise dans les marges septentrionales de l’Empire les plus exposées à la « poussée vers le sud », nanka, de la Russie, tout en offrant des opportunités économiques aux anciens vassaux des Tokugawa ayant perdu une bonne partie de leurs sources de revenus avec le nouveau régime. Pour sa part, Enomoto Takeaki s’est toujours gardé de qualifier l’entité mise en place à Ezo, de « République » et a démenti les rumeurs selon lesquelles les rebelles du Nord cherchaient à reproduire le schisme dynastique du XIVe qui avait vu s’affronter deux Cours impériales : celle du Sud se réclamant de l’empereur légitime Godaigo (1288-1339), et celle du Nord installée par le « traître » Ashikaga Takauji (1305-1358), le fondateur du Bakufu éponyme : à aucun moment les rebelles du Nord, en luttant contre les fiefs du Sud, n’ont songé à contester la légitimité du jeune souverain Mutsuhito et à installer un rival sur le trône54. D’ailleurs la lettre précitée envoyée au ministre américain n’en faisait pas état. Et même si un prince impérial fut un moment porté symboliquement à la tête de l’Alliance, il s’agissait moins faire œuvre de sécession que de montrer que les Impériaux n’avaient pas le monopole du soutien de membres de la famille impériale.

Pourrait-on soutenir en définitive que la guerre de Boshin fut le miroir inversé de la guerre de Sécession, opposant d’un côté le Bakufu et les fiefs du Nord-est attachés à un système socio-politique protectionniste fondé sur l’agriculture aux fiefs du Sud-ouest imprégnés d’une culture marchande plus ouverte sur l’étranger55? C’est sans doute aller un peu vite. On notera cependant que cette vision allait complètement à l’encontre du discours tenu à l’époque par le ministre américain Valkenburgh. Avec le temps, il était donc possible de soutenir deux versions totalement contradictoires du clivage Nord-Sud au Japon. Il est certain en revanche que, dans les deux cas, la crise ne se réduisait pas à l’étincelle qui mit le feu aux poudres un certain 12 avril 1861 en Caroline du Sud, et entre Kyôto et Ôsaka le 27 janvier 1868, mais plongeait ses racines dans la division profonde des deux pays et l’incapacité des élites politiques en place à la réduire. Et dans le Japon de la fin du Bakufu et des premières années de l’ère Meiji en proie à de nombreuses querelles intestines dégénérant en incidents armés, le rôle du général Ulysses S. Grant (1822-1885), en tant que « pacificateur » et restaurateur de l’unité nationale, rencontra un écho pour le moins singulier.

Le général Ulysses S. Grant, héros japonais 

Pourquoi évoquer la figure du général Ulysses S. Grant au Japon ? Au moins pour deux raisons : il fut le protagoniste le plus élevé de la guerre civile américaine à rencontrer les autorités japonaises. C’était également la première fois que le Japon de Meiji allait recevoir un ancien chef d’État occidental. On pouvait y ajouter une raison supplémentaire : le développement de la presse dans l’archipel permettait de donner un écho plus large à des événements et à des manifestations connus jusque-là d’un cercle restreint d’initiés autour de la capitale et des grands centres urbains. Lorsque le général Grant entama, après sa double présidence, une tournée triomphale de deux ans dans le monde (1877-1879), il fut partout accueilli comme le vainqueur de la guerre de Sécession et le sauveur de l’Union. Le Japon ne fit pas exception : « Grant est un général et un homme politique célèbre. Il n’a pas seulement accompli de grands exploits au moment de la guerre entre le Nord et le Sud. Par la suite, il a été élu président et il a exercé son mandat avec détermination, diligence et application. Le peuple américain le respecte, l’aime et depuis [le président] Washington, nul ne l’a surpassé »56. Grant était déjà connu de Tôkyô non seulement comme militaire, mais aussi pour avoir reçu à Washington en mars 1872, en tant que président, la grande ambassade itinérante conduite par le ministre de la Droite Iwakura Tomomi (1825-1883) pour renégocier les « traités inégaux » et sa réputation, avec les progrès des techniques de communication, l’avait déjà précédé. Son nom était déjà brièvement apparu en 1872 dans une publication intitulée Seiyô shinsho, « Nouvel essai sur l’Occident » ‒ dont la moitié était une histoire illustrée des États-Unis‒ en tant que « 16ème président responsable de la pacification du Sud, ayant mis un terme au débat sur l’esclavage »57. 

Il ne faut pas perdre de vue cependant que cette tournée avait aussi des allures de pénitence : les deux mandats du président Grant avaient été ternis par des scandales politico-financiers retentissants et il avait été jugé préférable que le grand homme prît du recul. Washington prévint d’ailleurs les chancelleries que ce voyage était effectué à titre privé et qu’il n’était chargé d’aucune mission diplomatique. Toutefois, comme le gouvernement américain avait mis à sa disposition des navires de guerre, il était clair que le général était revêtu d’une stature qui en faisait une figure publique distincte de celle d’un simple voyageur, et que ce tour du monde n’était pas simplement un voyage d’agrément dénué de signification politique, mais l’incarnation du retour de Washington sur la scène internationale, après des années passées à gérer les suites de la guerre civile. En tout cas, le gouvernement japonais lui réserva, lors de son séjour dans l’archipel (21 juin-3 septembre 1879), le traitement habituellement accordé aux familles princières étrangères, en multipliant les entretiens au sommet avec lui, y compris avec le jeune empereur Mutsuhito avec lequel l’échange de poignées de mains – procédé auquel le protocole impérial répugnait – ne passa pas inaperçu, tandis que l’accueil de la population fut particulièrement enthousiaste. En fait, toutes les capitales occidentales ayant traité Grant avec les honneurs, pratiquement en hôte d’État, Tôkyô, soucieux de rejoindre le club fermé des « nations civilisées », ne pouvait faire moins58.

 Pour se faire une idée de la façon dont les Japonais percevaient alors la guerre de Sécession, il suffit de se référer à quelques publications parues à l’occasion de l’arrivée de l’ancien président. L’une d’entre elles a pour titre Gurandoshi-den yamato bunshô, « Une biographie japonaise de Grant » se présentant comme une vie illustrée du général agrémentée de nombreuses planches en couleurs, à destination du grand public59. Ce document ne fut qu’un des multiples « produits dérivés », avec ces portraits, gravures, affiches à la gloire du héros d’Appomattox, car plus que l’ancien président, c’était bien le général Grant, vainqueur de la guerre de Sécession, qui était célébré en grande pompe. Comme dans un autre petit ouvrage moins connu intitulé Beikoku zendaitôryô gurantokô-den, « Biographie de l’ancien président des États-Unis Grant », publié par l’éditeur Yamada Kyôji et le journaliste Kishida Ginkô (1833-1905), les descriptions étaient axées principalement sur les campagnes militaires auxquelles le général avait participé depuis la guerre avec le Mexique (1846-1848)60.

Cette littérature populaire aseptisée et hagiographique, toute dédiée à la glorification du héros et à son parcours militaire, fut sans doute largement empruntée à l’image diffusée du général en Occident. Tout au plus y apprend-on qu’en 1861 des troubles éclatèrent aux États-Unis aboutissant à la scission entre le Nord et le Nord et que la montée des tensions entre les deux parties aboutit à la guerre. Rien en ce qui concerne les causes de la guerre civile américaine et rien qui n’évoquât non plus la question de l’esclavage et la situation des Noirs. En ce sens, ces descriptions se montraient moins complètes que le Seiyô shinsho qui mentionnait que la question de l’esclavage était devenue un facteur de troubles au cours de la présidence Buchanan ainsi que la cause principale de la « grande guerre entre le Nord et le Sud » sous la présidence Lincoln, et les « Nouvelles » précitées. On peut expliquer cette différence de traitement parce que le public visé n’était pas le même, et que le processus de d’indigénéisation et d’héroïsation de la figure de Grant ne pouvait intervenir que par rapport à des référentiels historiques connus des Japonais, et non en fonction d’enjeux ancrés dans l’histoire d’un pays étranger. En revanche, elles soulignaient le patriotisme du général et son origine modeste, dans une famille de tanneurs, parvenu au faîte des honneurs, offrant ainsi l’exemple d’une ascension sociale exceptionnelle et difficilement concevable dans le contexte japonais61.

Le théâtre fut également mis à contribution dans la mise en scène de la visite du général. Il assista ainsi, le 16 juillet, à une pièce de Kabuki au Shintomiza intitulée Gosannen Ôshû gunki, « Chroniques militaires dans les Provinces du Nord des trois années postérieures », retraçant les exploits de Minamoto no Yoshiie (1039-1106), à la fin du XIe siècle. Un guerrier considéré par la suite comme un modèle de samuraï connu pour la pacification des provinces du Nord en révolte. En fait, ce Minamoto n’était pas autre chose dans la pièce qu’un avatar de Grant transformé en héros japonais du Moyen-âge car celle-ci avait été spécialement confectionnée à son intention. En outre, le général fut gratifié d’une performance de danse par 72 geisha vêtues d’un kimono aux couleurs et aux motifs de la bannière étoilée. On ignore si le général goûta cette transposition dans une figure japonaise venue réprimer la révolte des provinces septentrionales de l’Empire. Apparemment, non seulement il ne s’en formalisa pas mais, selon les témoignages de l’époque, il fut vivement satisfait du spectacle : il envoya une lettre de félicitations au directeur du théâtre, Morita Kan’ya (1846-1897) et lui offrit un rideau de scène qui fit par la suite la fierté de la troupe : « il existe de nombreux théâtres de par le monde, mais on n’a encore pas entendu qu’un président ait jamais offert un tel rideau à une scène »62.

L’assimilation des protagonistes de la guerre de Sécession à des figures connues de l’histoire de l’archipel créait auprès du public un sentiment de proximité et de familiarité atténuant l’effet de distance face à des événements extérieurs peu ou mal connus du public local.

La visite du président Grant ne renvoya donc qu’un miroir fort déformé des tenants et aboutissants de la guerre civile américaine. Mais elle intervint au lendemain de l’ultime guerre civile, celle dite du sud-ouest, seinan sensô, qui avait mis aux prises, deux ans auparavant, le gouvernement japonais aux samuraï de l’ancien fief de Satsuma au sud de l’archipel (janvier-septembre 1877). On peut se demander si, en accueillant avec faste le général Grant en tant que vainqueur et pacificateur, le gouvernement n’entendait pas non plus conjurer le spectre de la dernière guerre civile que le Japon ait connue, en se parant de l’aura dont le vainqueur du général Lee était revêtu.

Conclusion

 

Les incidences de la guerre civile américaine sur le Japon ont été multiples. À court terme, outre la prise de conscience des ravages causés par l’utilisation massive de systèmes modernes d’armement, elle a été révélatrice de l’impact qu’un conflit intérieur pouvait avoir sur le rapport des forces entre les puissances en Asie de l’Est. Sur le plan diplomatique en effet, la guerre de Sécession a eu pour conséquence de renforcer le leadership de Londres et de Paris à l’intérieur du corps diplomatique étranger au Japon et de stimuler la concurrence entre les deux capitales pour peser sur la politique nationale japonaise63. De plus, la Grande-Bretagne devint le partenaire commercial le plus important du Japon. Alors qu’en 1860, les États-Unis représentaient 31% des échanges extérieurs de l’archipel, ils ne comptaient plus à Yokohama, par ou transitait plus de 90% du commerce extérieur japonais, que pour 1,5% des échanges en 1865, contre 86 % pour la Grande-Bretagne64. La guerre de Sécession a donc eu pour conséquence immédiate de réduire de façon drastique le commerce entre les deux pays et d’oblitérer pendant un temps la place des États-Unis en Asie. Cette « rétraction » correspondait aussi à une posture politique fondamentale non affectée par la guerre civile américaine, mais qui a été en quelque sorte confortée par elle. Washington avait tenu à valoriser auprès des Japonais sa différence par rapport à l’impérialisme et au mercantilisme supposés de Londres et de Paris. En s’abstenant de s’ingérer outre mesure dans les affaires intérieures japonaises, l’Union voulait ainsi faire comprendre aux deux puissances qu’elle attendait la même « retenue » dans la guerre civile américaine. On peut aussi hasarder que cette dernière a peut-être indirectement contribué à valoriser au Japon la seule figure d’autorité capable de reconstruire l’unité nationale après plus d’une décennie de troubles : l’institution impériale.

À plus long terme, le regard rétrospectif porté sur la guerre de Sécession a ouvert des perspectives singulières de mise en abyme des trajectoires historiques des deux pays : « la perte subie lors de la Seconde guerre mondiale hante le Japon, tout comme la défaite lors la guerre de Sécession hante les sudistes blancs ». Ainsi s’exprimait l’auteure Tanaka Takako il y a quelques années dans un article sur William Faulkner65. Une guerre perdue, l’humiliation de l’Occupation, la volonté de survivre, une identité forte : le Japon et le Sud partageraient-ils la même expérience traumatique : celle de la défaite ? Au-delà de la licence qu’autorise la création littéraire, il faut bien admettre que ce parallélisme inattendu entre le Japon et la Confédération, interpelle : il conduit en tout cas à s’interroger sur l’existence éventuelle au Japon de courants historiographiques et littéraires similaires à la mouvance de la Lost Cause et de la Southern Renaissance. Mais il existe un legs encore plus surprenant de la guerre civile américaine : le préambule de la Constitution japonaise de 1946 renferme une paraphrase de la célèbre péroraison de l’adresse de Lincoln prononcée au lendemain de la bataille de Gettysburg, le 19 novembre 186366. Quand on connaît le rôle des États-Unis dans la mise en place des institutions démocratiques après 1945, cette référence n’était certainement pas fortuite. Mais c’est surtout au niveau des représentations que la guerre civile américaine eut un impact important pour les deux pays. Pour les Américains comme pour les Japonais, elle fournit tout un répertoire discursif et de modes d’identification opérant de façon différentiée. Pour les premiers, elle offrait une grille de lecture commode permettant de comprendre les événements se produisant au Japon à l’aune d’une histoire récente et d’une expérience qu’ils avaient déjà eux-mêmes vécue. Pour les seconds, dont l’histoire était pourtant fertile en guerres intestines, on assista à des processus d’incorporation plus complexes : la proximité des dates entre la fin de la guerre civile américaine et la guerre de Boshin les inscrivaient dans un même continuum temporel. Au-delà des différences béantes concernant la physionomie des opérations militaires et la signification même du conflit, l’une comme l’autre constituait un acte de refondation pour les États-Unis, mais respectueux de la continuité des institutions, et pour le Japon la matrice de l’État-nation moderne induisant des mutations institutionnelles plus radicales. Des années plus tard, en août 2016, la municipalité et le Parc militaire national de Gettysburg signèrent un accord de partenariat avec leurs homologues de Sekigahara, signalant par-là l’impact que ces deux lieux prestigieux et sanglants de mémoire avaient eu sur les destins respectifs du Japon et des États-Unis67. Décidément, le spectre de la fracture géo-historique n’a pas fini de hanter l’imaginaire collectif des deux pays…

Eric Seizelet

Professeur émérite, Université Paris-Cité

Citer ce billet: «Le Japon et la Guerre de Sécession : histoire et représentation d’un conflit extérieur à l’aube de la Restauration », par SFEJ. Publié sur Japon(s) le 02/04/2022. Lien : https://sfej.hypotheses.org/1339.
  1. Pour s’en tenir à la littérature en langue anglaise: William Nester, Power across the Pacific: A Diplomatic History of American Relations with Japan, Houndmill et Londres, MacMillan Press, 1996 ; Walter LaFeber, The Clash: U.S.-Japanese Relations Throughout History, New-York et Londres, W.W. Norton & Company, 1998 ; Makoto IOKIBE, A History of US-Japan Relations: From Perry to the Present, Tosh Minohara (éd.) Londres, Palgrave Macmillan, 2017; Kosaka Masataka, The Remarkable History of Japan-US Relations, Tokyo, Japan Publishing Industry Foundation for Culture, 2019; John GRIPENTROG, Prelude to Pearl Harbor: Ideology and Culture in Us-Japan Relations, 1919 -1941, Lanham, Rowman & Littlefield, 2021. []
  2.  Sur le Second Empire et la guerre de Sécession, Lynn M. Case et Warren F. Spencer, The United States and France: Civil War Diplomacy, Philadelphie, University of Pennsylviana Press, 1970 : Farid Ameur, « Les Français dans la Guerre de Sécession », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, 2011, n°33, p. 129-139 ; du même auteur, « La France choisit le Sud », L’Histoire, février 2011, n° 361, p. 68-71, Les Français dans la guerre de Sécession, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, La Guerre de Sécession, Paris, PUF, Collection Que sais-je ? n°914, 2018 ; Steve Sainlaude, Le gouvernement impérial et la guerre de sécession (1861–1865) : L’action diplomatique, Paris, L’Harmattan, 2011. Sur le rôle de Londres, Frank J.Merli, Great Britain and the Confederate Navy, 1861-1865, Bloomington, Indiana University Press, 1971 ; Eugene H. Berwanger, The British Foreign Service and the American Civil War, Lexington, The University Press of Kentucky, 1994 ; Phillip Myers, Caution and Cooperation: The American Civil War in British-American Relations, Kent, Ohio, The Kent State University Press, 2008 ; Amanda Foreman, A World on Fire: Britain’s Crucial Role in the American Civil War, New York, Random House, 2011 ; William Steele, Alternative narratives in modern Japanese history, Londres, New York, Curzon Routlege, 2003, en particulier le chapitre 6, « The United States and Japan’s civil war », p. 45-65. En langue japonaise, Kozawa Etsuo, « Rinkân daitôryô to Nihon », « Le président Lincoln et le Japon », Bunka ronshû, mars 2004, n°24, p. 203-239. []
  3. Rapports périodiques sur l’état du monde que les directeurs du comptoir hollandais de Dejima à Nagasaki étaient tenus de faire parvenir à Edo après les avoir fait viser par le gouverneur de la ville. []
  4. Mentionnons que le vaisseau amiral du Commodore Perry lors de son expédition au Japon en 1853-1854 était une frégate à roue à aubes : l’USS Mississippi (10 canons Paixhans). Elle participa à la guerre de Sécession et fut sabordée par son équipage en mars 1863 devant Port Hudson après avoir heurté des hauts fonds, pour éviter de tomber entre les mains des Confédérés. []
  5. William Elliot Griffis, Townsend Harris. The First American Envoy in Japan, Londres, Sampson Low, Marston & Company, 1895, p. 325. []
  6. Dépêche n°2, Seward à Pruyn, 15 novembre 1861, Washington, Foreign Relations of the United States, Diplomatic Correspondence (FRUS-DC), Washington, Government Printing Office, 1862, Part I, p. 817-818. []
  7. Ibid. De fait, à la fin 1861, l’Union ne disposait plus que de trois vaisseaux de guerre dans ses stations éloignées, mais aucun en Extrême-Orient. []
  8. Dans une lettre à l’une de ses amies, Catherine Ann Drinker (1841-1922), en date du 16 septembre 1861envoyée depuis sa légation à Edo, Harris s’était plaint en ces termes : « il semble bien que nos navires de guerre aient déserté la route du Japon ». Tout en refusant la « diplomatie de la canonnière », Harris était persuadé qu’une présence navale, même rudimentaire, était nécessaire pour assurer un minimum de dissuasion vis-à-vis du Japon et pour renforcer la position des États-Unis par rapport aux autres Puissances. Cet envoi lui avait été refusé par suite de la guerre civile. Kublin Hyman, « A Salute to Townsend Harris », Japan Quaterly, juillet-septembre 1958, vol. 5, n°3, p. 324-331. Son successeur émit également le souhait en 1864 que l’évolution de la situation intérieure aux États-Unis permette l’envoi d’une force navale « substantielle » pour faire face au risque de dégradation des relations entre le Japon et les Puissances du fait de la montée des tensions xénophobes dans l’archipel : dépêche n°36, Pruyn à Seward, 18 mai 1864, Kanagawa, FRUS-DC, 1865, Part. III, p. 493. Le département d’État fit savoir à Pruyn que la guerre civile américaine excluait la présence d’une force navale permanente dans les eaux japonaises, mais que des renforts ponctuels pouvaient être envisagés : dépêche n°72, Seward à Pruyn, 20 août 1864, Washington, ibid., p. 594. []
  9.  Dépêche n°43, Pruyn à Seward, 7 juillet 1863, Yokohama, FRUS-DC, op. cit., 1863, Part II, p.1126. []
  10. Dépêche n°48, Pruyn à Seward, 24 juillet 1863, Yokohama, ibid., p. 1131. La dépêche fait ici allusion au premier incident de Shimonoseki. []
  11. Dépêche n°5, Pruyn à Seward, 6 janvier 1864, Kanagawa, ibid., 1865, Part. III, p. 475. []
  12. Selon l’article X du traité : « Le gouvernement japonais est autorisé à construire ou à acheter aux États-Unis des navires de guerre, steamers, navires-marchands, baleiniers, canons, munitions de guerre et armes de toutes sortes et tout autre bien jugé nécessaire. Il a également le droit de recruter, aux États-Unis, et à son service, des marins et artisans de toutes sortes, ainsi que des spécialistes de l’armée et de la marine ». []
  13. Lettres des préfets à la Marine, Gunkan bugyô, aux Doyens, Rôjû, du 2 août 1861, réponse des Doyens du 11 août ; lettre de Harris aux Doyens du 14 août 1861, Tôkyô daigaku shiryô hensanjo, Dainihon ishin shiryô kôhon, « Empire du Grand Japon. Documents historiques manuscrits sur la Restauration », fascicule n°1309, p. 3-15 []
  14. Sewart à Pruyn, 14 octobre 1864, avec en annexe Executive Order n°81 du président Lincoln du 12 octobre 1864, Instructions. https://www.presidency.ucsb.edu/documents/executive-order-422. Site consulté le 22 août 2021. Dans le même sens FRUS-DC, 1865, Part. III, op. cit., p.595-596. []
  15. Sewart à Pruyn, 6 décembre 1864, avec en annexe Executive Order n°85 du 3 décembre 1864, Instructions.https://www.presidency.ucsb.edu/documents/executive-order-concerning-the-steamer-funayma-solace(sic). Site consulté le 22 août 2021. []
  16. Mark D. Ericson, « Yankee Impertinence, Yankee Corruption.The Tokugawa Shogunate and Robert Pruyn 1862-1867», Journal of American East-Asian Relations, hiver 1997, vol. 6, n°4, p. 235-260 Susanna Fessler, « Gunboat Diplomacy of a Different Kind: Robert H. Pruyn and Japan’s Purchase of U.S. Warships, 1862–1865 », ibid., printemps 2020, vol. 27, n°1, p. 27-59.  []
  17. Sur les chantiers navals Arman, Albert Charles, « L’industrie de la construction navale à Bordeaux sous le Second Empire », Annales du Midi, 1954, tome 66, n°25, p. 47-60 ; Alain Clouet, Lucien Arman. Un constructeur de navires à Bordeaux au XIXe siècle, Bordeaux, édité par l’auteur, 2021 ; Serge Noirsain, « La France et les Confédérés. Première partie, La flottille confédérée de Bordeaux », https://www.noirsain.net/articles/france_confederes1.pdf (sans indication de date). Site consulté le 17 juillet 2021. []
  18. Dépêche n°11, Valkenburgh à Seward, 19 février 1867, Yedo, FRUS DC, op. cit., 1867, Part. II, p.24. Le ministre américain avait informé Washington du souhait du gouvernement japonais de se procurer de nouveaux bâtiments par la dépêche n°43 du 29 septembre 1866. []
  19. La délégation japonaise avait alors séjourné du 15 mai au 6 juin 1860 à Washington. Elle assista à une séance du Congrès. A-t-elle été témoin, sans s’en rendre compte, des tensions qui divisaient le pays sur la question de l’esclavage alors que le président James Buchanan (1791-1868), Démocrate, n’avait pas de majorité au Congrès dominé par les Républicains ? Les comptes-rendus et journaux tenus par les membres de la délégation s’étonnèrent de la vigueur des débats, mais sans préciser l’objet de ces discussions. Muragaki Norimasa (adjoint au chef de la délégation), Kenbeishi nikki, « Notes journalières du séjour de l’ambassade aux États-Unis », Tôkyô, Tôyôdô Shiten, 1898, p.70-71. Si la délégation reçut un accueil favorable des autorités, et empreint de curiosité des Américains, il est peu probable qu’elle ait été avisée des réactions racistes d’une partie de la population des villes traversées, toutes au Nord, dont la presse s’est fait l’écho, et pour laquelle les Japonais n’étaient qu’une variété de monkeys et de niggers. L’idée un moment caressée par le parti abolitionniste et anti-esclavagiste que cette visite pourrait faire évoluer la question raciale aux États-Unis s’avéra erronée. Reginald Kearney, « Reactions to the first Japanese Embassy to the United States », Hitotsubashi Journal of Social Studies, 1994, n°26, p. 87-99. []
  20. Dépêche n°19, Seward à Valkenburgh, 6 juillet 1867, Washington, FRUS DC, op. cit., 1867, Part. II, p. 45. Le capitaine George Brown (1835-1913), ancien commandant du cuirassé fluvial USS Indianola (quatre canons Dahlgren), fut pressenti pour convoyer le navire jusqu’au Japon. []
  21. Tôkyô daigaku shiryô hensanjo, Ishin shiryô kôyô, « Documents essentiels relatifs à la Restauration », Tôkyô, Tôkyô daigaku shuppankai, 1984, vol. 8, p. 554. []
  22. National Archives and Records Administration (NARA), R.G. 59, R. 11, n° 12, Encl. [4]: Van Valkenburgh à Higashi Kuze. U.S. Legation, Yokohama, 9 février 1869. []
  23. William R. Hawkins., «The Emperor’s Confederate Ironclad », Naval History, décembre 2004, vol. 18, no. 6. p. 57-60; Tom Huntington, « From Dixie to the Land of the Rising Sun », Civil War Times, décembre 2016, vol. 55, no. 6, p. 42-47. []
  24. L’embargo sur les exportations d’armement avait été levé par l’ executive order n°4 du président Andrew Johnson le 3 mai 1865. https://www.presidency.ucsb.edu/documents/executive-order-rescinding-regulations-prohibiting-the-exportation-arms-ammunition-horses. Site consulté le 22 août 2021. []
  25. Fujiwara Akira, Nihon gunji-shi, jôkan senzenhen, « Histoire militaire du Japon vol. 1 : l’avant-guerre », Tôkyô, Shakai Hihyôsha, 2006, p. 23. Selon les estimations de l’historien Hora Tomio, le Japon aurait importé, de 1859 à 1869, entre 700 000 et 800 000 fusils appartenant à 89 catégories différentes. []
  26. Sur les activités de ce négociant, Shinya Sugiyama, « Thomas B. Glover: A British Merchant in Japan, 1861–70 », Business History, 1984, vol. 26, n°2, p. 115-138 ; Lane Earns, «The Foreign Settlement in Nagasaki, 1859–1869 », The Historian, 1994, vol. 56, n°3, p. 483-500 ; Michael Gardiner, At the Edge of Empire: The Life of Thomas Blake Glover, Edinburgh, Birlinn, 2007 ; Alexander McKay, Scottish Samurai: Thomas Blake Glover 1838-1911, Edinburgh, Canongate Books Ltd, 2012 ; Ferry de Goey, « Western Merchants in the Foreign Settlements of Japan (c.1850–1890) », in Ulbe Bosma et Anthony Webster (dir.) Commodities, Ports and Asian Maritime Trade Since 1750, New York, Palgrave Macmillan, 2015, p. 112-126 ; Harald Fuess, « The Global Weapons Trade and the Meiji Restoration », in Robert Hellyer et Harald Fuess (dir.), The Meiji Restoration. Japan as a Global Nation, Cambridge, Cambridge university Press, 2020, p. 83-110. Sakamoto Ryôma, craignant d’être assassiné, avait toujours à portée de main un six coups – un Smith & Wesson Model n° 2 Army – qui lui avait été offert par Takasugi Shinsaku, produit aux États-Unis entre 1861 et 1874. []
  27. Imaizumi Takujirô, Kawai Tokinosuke-den, « Biographie de Kawai Tokinosuke », Tôkyô, Meguro Shoten, 1931, p. 278. []
  28. Sendaishi-shi hensan iinkai, Sendaishi-shi, shiryô-hen 2 kinsei 1, « Histoire de la ville de Sendai documents historiques 2, époque pré-moderne 1 », Sendaishi, 1996, p. 485 et s. Sur l’ensemble de la question, Maruyama Kunio, « Ishin zengo ni okeru tôhoku shohan no buki kônyû mondai », « Le problème des achats d’armements des fiefs de la région du Tôhoku aux alentours de la Restauration », Rekishi chiri, 1938, vol. 71, n°1, p.15-38. []
  29. Ishin shiryô kôyô, op. cit., vol. 9, p. 125 ; Dajôkan-hen, Fukko-ki, « Chronique du retour à l’antique », Tôkyô, Naigai Shoseki, 1929-1931, vol. 9, p. 690, vol. 10, p. 328. []
  30. Sven Saaler et alii, Mutual Perceptions and Images in Japanese-German Relations, 1860-2010, Leyde, Brill, 2017, p. 118 et s. Sur l’activité des frères Schnell dans le Nord du Japon,Yamashita Takakichi, « Irobe Nagato Niigata nikki » (Notes journalières d’Irobe Nagato à Niigata), Kyôdo Niigata, 1983, n°24, p. 38-55 ; Adachi Yoshio, Kaishô suneru to Boshin Niigata kôbôsen (Les Schnell, ces étranges commerçants, et la défense de Niigata durant la guerre de Boshin), Niigata, Toyano Shuppan, 1990 ; Niigata-shi, Municipalité de Niigata, Niigata-shi shiryô-hen 5 kindai 1, 1990 (Archives de la ville de Niigata, vol. 5, époque moderne, tome 1), p. 38-44. []
  31. Carol A. Shively (dir.), Asians and Pacific Islanders and the Civil War, Washington D.C., National Park Service, U.S. Dept. of the Interior, 2015. Les données concernant les deux Japonais sont issues du New York Civil War Muster Roll Abstracts 1861-1900, fold 4, folio 2822, 397, 453, 747. Il existe aussi une notice nécrologique dans un journal de la ville d’Alexandria (Virginie) ainsi rédigée : « un Japonais arrivé dans cette ville comme soldat dans l’armée des États-Unis d’Amérique et qui y a résidé depuis lors, connu familièrement sous le nom de Jap (sic) est décédé dans la nuit de Samedi dernier et a été inhumé aujourd’hui », Alexandria Gazette and Virginia Advertiser, 30 décembre 1867. Le nom de ce Japonais n’est pas indiqué. []
  32. https://java-us.org/JAVA-News/8873601. Site consulté le 22 juillet 2021. []
  33. Chikamori Haruyoshi, Josefu Hiko, Joseph Heco, Tôkyô, Yoshikawa Kôbunkan, 1986, p. 175, 189-190. []
  34. Sur l’épisode de l’arrestation, Joseph Heco, The narrative of a Japanese; what he has seen and the people he has met in the course of the last forty years, James Murdoch (ed.), Yokohama, Yokohama Printing and Publishing Co, 1892, vol.1, p. 296-297. Une première version correspondant au premier volume a été publiée en japonais en 1863 sous le titre Hyôryû-ki, Chronique d’un naufrage. Plus généralement, John E. Van Sant, Pacific Pioneers: Japanese Journeys to America and Hawaii, 1850-80, Urbana et Chicago, Illinois University Press, 2000, p. 35-38. []
  35. La première ligne de télégraphe ne sera installée que le 26 janvier 1870, entre Tôkyô et Yokohama. []
  36. Glyndon G. Van Deusen, William Henry Seward, New York, Oxford University Press, 1967, p. 519. []
  37. Les « Nouvelles » couvrent les questions internationales pour la période 1861-1863. []
  38. Ibaraki kenritsu rekishikan-hen, Musée d’histoire du département d’Ibaraki, Tôkyô-to, Tama-shi, Takahashi Sugako-ke monjo, Toyoda Tenkô. Kôtarô kankei monjo, « Ville métropolitaine de Tôkyô, municipalité de Tama, papiers de la famille Takahashi Sugako, documents relatifs à Toyoda Tenkô. Kotarô », doc., n°266. []
  39. Ibid., doc. n°268. []
  40. Shibata Takenaka ôkô nissai, « Chroniques de la traversée vers l’Europe de Shibata Takenaka » (1823-1877), in Numata Jirô et Matsuzawa Hiroaki (éd.), Seiyô kenbunshû, « Recueil des expériences de l’Occident », Tôkyô, Nihon shisô taikei, « Compendium de la pensée japonaise », vol. 66, Iwanami Shoten, 1974, p. 269 et s. Également, Kimizuka Susumu, « Kenkyû nôto. Shibata Takenaka ôkô nissai », « Notes de recherche. Au sujet des Chroniques de la traversée vers l’Europe de Shibata Takenaka », Shirin, novembre 1961, vol. 24, n°6, p. 909-925. Les « Chroniques journalières de la traversée vers l’Europe », Yoroppakô nichiroku, de Nagasaka sont disponibles à l’adresse suivante : Asago-shi, Wadayamachô-shi hensanshitsu, Wadayamachô no rekishi, mars 1990, n°9, 128 p. Sur la correspondance de Nagasaka, Tomikawa Takeshi, « Bakufu metsuke Kyôgoku Noto no kami to bunkyû no ken’ô shisetsudan. Kyôgoku kashin Nagasakake to Kurosawake no shiryô o yomitoku », « La mission en Europe de l’ère Bunkyû et l’inspecteur du Bakufu Kyôgoku, gouverneur de la province de Noto. Lire les documents des familles Nagasaka et Kurosawa, vassaux des Kyôgoku », Shinagawa rekishikan kiyô, mars 2015, n°30, p. 67-100. Plus généralement sur les tensions anglo-américaines, Kenneth Bourne, « British Preparations for War with the North, 1861-1862 », The English Historical Review, octobre 1961, vol. 76, n° 301, p. 600–632. []
  41. Sada monjo Nagasaki shinbunsho, Keiô gannen gogatsu-tsuki Shômura Sukeemon shokan, Kaitei higohan kokuji shiryô, Hosokawake hensanjo, « Fonds Sada, Nouvelles de Nagasaki, lettre de Shômura Sukeemon, cinquième mois de 1865 sans indication de jour), Documents d’histoire nationale et locale du fief de Higo (Kumamoto), édition révisée », comité de compilation des papiers de la famille des marquis Hosokawa, 1933, vol. 5, p. 846. Précisons que le secrétaire d’État Seward a survécu à ses blessures. []
  42. « Yûshin goroku, Cinq relations d’un voyage en Chine, in Tanaka Akira, Nihon kindai shisô taikei, kaikoku, « Compendium de la pensée du Japon moderne. L’ouverture », Tôkyô, Iwanami Shoten, 1991, p. 229 et s. []
  43. Kagoshimaken shiryô, « Documents du département de Kagoshima », Tamazato shimazuke shiryô 3, « Archives de la famille Tamazato-Shimazu » , 3, 1994, vol. 3, n° 1107, p. 472, n°1108-001 à 004, p. 472, ibid., n°1224, p. 730, ibid., 1995, vol.4, n°1252, p. 19. []
  44. Dépêche n°22, Van Valkenburgh à Seward, 6 mai 1867, Osacca (sic) FRUS DC, op. cit., 1867, Part. II, p. 2-35. []
  45. Onodera Nagayuki, Boshin Nanboku sensô to tôhoku seiken, « La guerre entre le Nord et le Sud de l’ère Boshin et le pouvoir politique dans la région du Tôhoku », Sendai, Kitanosha henshû Kôbô, 2004. La locution japonaise Nanboku sensô, est couramment utilisée pour traduire « guerre de Sécession ». L’allusion de ce titre à la guerre civile américaine est ici évidente. []
  46. Sur la rhétorique Nord-Sud appliquée dans la guerre civile japonaise et les penchants nordistes de la légation américaine, dépêche n°38, Van Valkenburgh à Seward, 14 avril 1868, Yokohama, FRUS DC, op. cit., 1868, Part. I, p. 737-738 ; dépêche n°85, Van Valkenburgh à Seward, 20 août 1868, ibid., p. 807. Encore en novembre 1868, le ministre américain écrivait au Département d’État : « Je ne crois pas que les forces du Sud, en dépit de leurs efforts soutenus, puissent soumettre le Nord, et quand bien même elles y parviendraient, cette soumission ne saurait guère durer », dépêche n°114, Van Valkenburgh à Seward, 7 novembre 1868, Yokohama, ibid. p. 833-837. []
  47. « JAPAN: Northern Choice of a New Mikado », New York Times, 18 octobre 1868.  []
  48. La dépêche dont il s’agit est la note de Valkenburgh n°59 du 14 juin 1868, Yokohama, FRUS DC 1868, Part.1, p. 809-810. []
  49. On sait par exemple qu’Ôwara Shindayû, du fief de Sendai, s’était documenté sur la guerre civile américaine par l’intermédiaire de Hoshi Juntarô (1840-1876), l’un des créateurs de la Gakuheitai, une composante des forces militaires du fief équipée à l’occidentale d’environ 800 hommes, lequel avait un moment travaillé pour le compte du négociant américain Van Reed. []
  50. Missive citée par Ishii Takashi, Boshin sensô-ron, « Essai sur la guerre de Boshin », Tôkyô, Yoshikawa Kôbunkan, 2008, p. 217. On considère généralement que l’auteur de cette pièce est Tamamushi Sadayû (1823-1869), un guerrier du fief de Sendai qui joua un rôle important dans la mise en place de l’Alliance précitée, et qui participa à l’ambassade aux États-Unis en 1860. Il est d’ailleurs l’auteur d’une « Chronique journalière du voyage en Amérique », Kôbei nichiroku. Pris par les Impériaux, il fut contraint de se suicider en mai 1869. On ignore si Tamamushi a agi de sa propre initiative ou s’il a été mandaté par l’Alliance. On sait en revanche que l’un des objectifs de cette dernière était aussi de se faire reconnaître, d’une manière ou d’une autre, par les Puissances. Le point 5 de la charte de l’Alliance, selon lequel « s’il est nécessaire de construire des places fortes et de pourvoir à l’acheminement des vivres et aux approvisionnements, ces corvées ne doivent pas être arbitrairement imposées aux paysans de façon harassante et pénible » serait inspiré de l’expérience de l’esclavage tel que Tamamushi l’avait constaté lors de son séjour en Amérique. Sasaki Suguru, Boshin sensô, haisha no Meiji ishin, « La guerre de Boshin. La Restauration de Meiji vue du côté des perdants », Tôkyô, Chûô Kôron Shinsha, 1977, p. 158-159.  []
  51. Gaimushô chôsabu hensan, Dai nippon gaikô monjo, « Archives diplomatiques du Grand Japon », 1868, vol. 1, fascicule 2, document n°454, p. 10-12. []
  52.  On notera que le fondateur du très éphémère journal Kôko shinbun, Fukuchi Gen’ichirô (1841-1906), avait plaidé en faveur de l’intégration au moins partielle des élites du Nord dans le gouvernement impérial « afin d’éviter le gaspillage des ressources nationales comme lors de la guerre civile américaine ». Kôko shinbun, 24 juin 1868, cité in Meiji bunka kenkyûkai, Bakumatsu Meiji shinbun zenshû, « Intégrale des journaux de la fin de l’époque d’Edo et à l’ère Meiji », Tôkyô, 1961, Seikai Bunko, vol. 4, p. 61-63. Fukuchi fut incarcéré huit jours et son journal interdit. []

  53.  Dépêche n°85 précit., Van Valkenburgh à Seward, 20 août 1868, Yokohama, FRUS DC Part. I, ibid. ; dépêche n°86, Van Valkenburgh à Seward, Yokohama, 24 août 1868, ibid., p. 807-808. []

  54.  Kumano Shûichi, « Kugenhô shinnô no Ôuetsu reppan dômei ni okeru yakuwari ni tsuite », « Au sujet du rôle du prince impérial Kugenhô dans l’Alliance des grands fiefs de la région Nord », Taishô daigaku daigaku-in kenkyû ronshû, 2013, vol. 37, p. 39-46. « Kugenhô », est le nom bouddhique du prince impérial Kirashirakawa Yoshihisa (1847-1895) qui était entré en religion. []

  55. Selon l’article de l’anthropologue Koyama Shûzô intitulé « Nanboku sensô to boshin sensô », « La guerre de Sécession et la guerre de Boshin », Nihon keizai shinbun, 30 août 2012. []

  56.  Chôya shinbun, 4 juillet 1879 ; dans la même veine, l’éditorial du Yûbin hôchi shinbun, 2 juillet 1879.  []

  57.  Les auteurs en étaient l’essayiste et caricaturiste Uryû Masayasu (1821-1893) et le graveur Utagawa Sadahide (1807- ?). La partie de ce document relative aux États-Unis est consultable en ligne sur le site suivant : https://www.wul.waseda.ac.jp/kotenseki/html/ru02/ru02_00165/index.html. []

  58.  Yûbin Hôchi préc.,  []

  59.  Ouvrage publié par Kanagaki Robun (1829-1894) et Kobayashi Eitaku (1843-1890) en neuf fascicules pendant et après la visite du général. Sur ce document, J. Scott Miller, Adaptations of Western Literature in Meiji Japan, Hampshire, New York, Palgrave, 2001. p. 23-75. On y trouve une scène curieuse représentant l’assassinat du président Lincoln à l’arme blanche par plusieurs spadassins. Indice qui montre que la description de la guerre de Sécession et de ses suites n’était pas encore exempte d’approximations. Mais au Japon l’arme blanche était alors couramment utilisée pour les assassinats politiques. On peut donc y avoir aussi un procédé d’inculturation plus parlant à un public japonais. Kanagaki avait été auparavant l’auteur d’un opuscule illustré, Osanae toki bankokubanashi, « Histoire illustrée des nations étrangères à l’usage des enfants », paru en 1861, comportant une description fantaisiste et caricaturale de la naissance des États-Unis remplie de monstres et de personnages de fiction.  []

  60.  Publié en juin 1879 par la maison Gakunôsha, Kokuritsu kokkai toshokan dejitaru korekushyon (ci-après KKTDK), Collection numérique de la Bibliothèque nationale de la Diète, https://dl.ndl.go.jp/info:ndljp/pid/782289. Site consulté le 23 juillet 2021 ; TOKYO Yakusho, Mairie de Tôkyô, Guranto shôgun to waga kuni, Le général Grant et le Japon, Tôkyô, 1935, p. 3 et s. ; John Russel Young, Around the World with General Grant, New York, American News Company, 1879, vol. 2, p. 569 et s. Pour une analyse du versant politique de la visite de Grant : « General Grant’s 1879 Visit to Japan », Monumenta Nipponica, 1969, vol. 4, n°4, p. 373-392. Et surtout, Ian Patrick Austin, Ulysses S. Grant and Meiji Japan, 1869-1885.Diplomacy, Strategic Thought and the Economic Context of US-Japan Relations, Londres et New York, Routledge, 2021. Sur le compte-rendu des entretiens du général avec l’empereur, Guranto shôgun go-kaiken-ki, « Chronique des audiences impériales au général Grant », Itô Hirobumi kankei monjo sono 1, « Papiers relatifs relatifs à Itô Hirobumi 1 », datés du 10 août 1879, KKTDK https://dl.ndl.go.jp/info:ndljp/pid/11031253. Site consulté le 23 juillet 2021. []

  61.  Ce n’est donc pas un hasard si la figure de Grant fut associée dans la presse à celle de Toyotomi Hideyoshi (1536-1598), un homme de basse extraction qui avait contribué à la réunification du Japon la fin du XVIe siècle et gravi tous les échelons du pouvoir. Chôya shinbun, 13 juillet 1879. Il faut rappeler que pour les Japonais la tannerie était considérée comme une activité impure selon les tabous bouddhistes et que les artisans tanneurs et leurs familles étaient relégués, à titre héréditaire, au bas de l’échelle sociale. []

  62.  Sur cet épisode, Tôkyô Nichi nichi shinbun des 8 juillet et 13 août 1879 ; HOZUMI Utako, « Guranto shôgun kangei no omoide », « Souvenirs de la réception du général Grant », Ryûmon zasshi, février 1931, n°909, p. 39-44 ; Ihara Toshio, Meiji engeki-shi, « Histoire du théâtre durant l’ère Meiji », Tôkyô, Waseda daigaku shuppanbu, 1933, p. 243-245. []

  63.  Ikei Masaru, Nihon gaikô-shi gaisetsu, « Les grandes lignes de la politique étrangère du Japon », Tôkyô, Keiô gijuku daigaku shuppankai, 1989, p. 24-25. []

  64.  Ishii Takashi, Bakumatsu bôeki-shi no kenkyû, « Recherches sur le commerce extérieur à la fin de l’époque d’Edo », Tôkyô, Nippon Hyôronsha, 1944, p. 130-138 ; Yokohamashi henshû, Yokohamashi-shi, « Histoire de la ville de Yokohama », Yokohama, 1959, vol. 2, p. 548 et 564. Durant cette période, la part des pays anglo-saxons dans le commerce extérieur japonais se maintint à 87%. []

  65.  « William Faulkner and Japan », in J. Matthews (dir.), William Faulkner in Context (Literature in Context). Cambridge, Cambridge University Press, 2015, p. 279-287. []

  66.  « […] à nous de décider que le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple, ne disparaîtra jamais de la surface de la terre ». Selon le texte de la Constitution japonaise : « le gouvernement est le mandat sacré du peuple, dont l’autorité vient du peuple, dont les pouvoirs sont exercés par les représentants du peuple et dont les bénéfices sont à la jouissance du peuple ». []

  67.  Gettysburg (1er-3 juillet 1863) fut l’une des batailles les plus emblématiques de la guerre civile américaine avec 46 000 hommes hors de combat et marqua un tournant dans le conflit. La bataille de Sekigahara les 20 et 21 octobre 1600 assura la victoire du fondateur de la dernière dynastie shôgunale, Tokugawa Ieyasu (1543-1616), sur ses rivaux de l’Ouest. Encore aujourd’hui son bilan humain est très incertain : entre 12 000 et 42000 morts selon les sources. Sur cet accord de jumelage, Asahi shinbun, 1er septembre 2016 ; Yomiuri shinbun, 8 septembre 2016.  []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.