ANSART Olivier, Paraître et prétendre. L’imposture du bushidō dans le Japon prémoderne, Paris, Les belles lettres, 2020.

par Edouard L’HERISSON (IFRAE)

L’ouvrage d’Olivier Ansart, ancien directeur de la Maison franco-japonaise de Tōkyō et professeur à l’université de Waseda, actuellement professeur à l’université de Sydney, s’attaque à l’une des idées les plus mythifiées de la société japonaise : la « voie des guerriers ». On ne peut que saluer l’initiative d’Olivier Ansart au vu du faible nombre de publications sérieuses qui, si elles existent bien, sont perdues dans une masse d’écrits dénués de portée historiographique qui érigent cette voie, en générale associée strictement au terme bushidō, en essence séculaire et immuable. Ansart part d’un double postulat, ferme mais nuancé. D’une part, il est vrai que le discours des guerriers a toujours été caractérisé par un décalage entre le fantasme et la réalité, en particulier au cours de la période d’Edo (1603-1868), où l’invocation d’une telle voie relève littéralement du théâtre, de la mascarade, voire du mensonge. De l’autre, on ne peut non plus accréditer une approche purement « déconstructiviste », car ces fictions se sont bien développées à partir d’un substrat correspondant à l’origine à des pratiques et codes sociaux bien réels. Derrière ce qui ressemble à un vaste projet de déconstruction se joue en fait la description d’une transmission de valeurs d’une étonnante longévité malgré des contextes socio-historiques mouvants. À travers ce cas d’étude, l’auteur ambitionne finalement de redonner à cet ensemble de discours son dynamisme et sa plasticité tout au long de sa trajectoire, en perspective des mutations historiques prenant place dans le Japon médiéval et prémoderne. C’est donc par le biais de la continuité qu’il souhaite historiciser ce concept et ses principaux partisans.

Le premier chapitre de l’ouvrage déconstruit la vision la plus répandue dans les analyses académiques récentes : celle de la tradition inventée. La plupart des travaux actuels considèrent en effet la voie des guerriers comme une invention de la fin du XIXe siècle qui deviendra l’une des principales composantes de l’idéologie du Japon militariste. Ansart rappelle cependant qu’un mode de conduite particulier anime la classe guerrière avant la période moderne, même s’il relève de la polyphonie et non d’un discours unifié par une terminologie fixe (p. 25). L’auteur semble ainsi formuler une réponse au postulat d’Oleg Benesch : « les historiens du Japon médiéval et prémoderne n’ont trouvé aucun système éthique largement accepté qui pourrait être dépeint de manière convaincante comme les origines du bushidō moderne ; ce qui n’exclut pas pour autant une telle découverte dans le futur, toute improbable qu’elle soit »[i]. Ansart tente bien de nuancer la thèse déconstructiviste en identifiant précisément les linéaments prémodernes de la voie des guerriers. Un ouvrage autant cité dans ce processus d’invention que le Bushidō, the Soul of Japan de Nitobe Inazō (1862-1933) ne fait à ce propos que reprendre une image préexistante dont l’auteur entend effectuer la généalogie (p. 23-24). En effet, même si Nitobe n’a pas de connaissance précise de l’histoire de la notion qu’il brandit, Olivier Ansart note justement que celui-ci puise dans un fond de connaissances communes qui habite la société japonaise de l’époque, et ne fait pas une « pure invention sans aucun fondement historique »[ii]. Benesch montre d’ailleurs combien certains passages de Bushidō, the Soul of Japan, sont en accord avec les publications antérieures[iii].

Un aspect crucial de ce passage à la modernité, soulevé en creux par le début de l’ouvrage, reste le glissement de la diversité lexicale identifiée par Ansart à l’adoption quasi systématique du terme bushidō à partir de la fin du XIXe siècle. Dynamique d’autant plus centrale du point de vue de l’histoire de la pensée qu’après le « renouveau du bushidō » du milieu de ce siècle, la notion tombe en désuétude au moment de la restauration de Meiji. Il faut alors attendre la fin des années 1880 pour le voir réapparaître au sein du Bushidō de Yamaoka Tesshū (1836-1888) en 1887, et des articles d’Ozaki Yukio (1858-1954) publiés à partir de 1889. Dans ce processus, les explications causales reposant sur le rôle de la vague d’occidentalisation des premières années de Meiji avancées par Benesch et Saeki[iv] suffisent-elles à justifier un mouvement partant d’une « éclipse du bushidō » pour finir à son monopole idéologique quelques années plus tard, ou bien la fin de la période Tokugawa participe-t-elle en fait, à un niveau plus profond, de la constitution progressive d’un champ idéel discriminant au sein duquel la notion de bushidō en vient in fine à occuper le premier plan ? Cette question esquissée par les intuitions d’Olivier Ansart reste en suspens et semble être une piste stimulante afin de continuer à nuancer une vision trop simpliste de la tradition inventée qui repose beaucoup sur ladite disparition temporaire du vocable.

Le début de l’étude permet donc de placer son objet dans un avant et un après, tout en exposant les deux grandes catégories au centre de la démonstration : l’« honneur » (na, myō – le nom –, voire meiyo – la gloire –, kōmyō – le grand renom –, et menboku – la face) et la « loyauté » (chūsetsu ou chū). Ces valeurs apparaissent au cours de la période médiévale, qui est au cœur du second chapitre de l’ouvrage. L’auteur y détaille la formation des bushidan, les bandes armées privées qui se développent concomitamment au système d’administration féodale des fiefs et à la hiérarchisation de cette nouvelle classe guerrière. Ansart met alors en lumière l’apparition de ces notions clefs dans les écrits des maisons guerrières et les récits littéraires, genres qui se focalisent respectivement sur la « loyauté martiale » et l’« honneur ». Si l’émergence de ces catégories est bien liée à la structuration des bushidan, la généalogie déployée par l’auteur soulève la question d’une rupture qui est peu mise en lumière dans la littérature scientifique, laissant presque croire à une apparition ex nihilo des notions suscitées (p. 33). L’argumentaire est certes suffisamment clair pour que l’on comprenne que ces notions s’ancrent comme normes en parallèle des nouvelles entités que sont les groupes armés ; peut-être toutefois aurait-il été encore plus éclairant, que ce soit pour le lecteur non spécialiste ou afin de mieux saisir la complexité de ces mutations socio-historiques, de pousser encore l’effort généalogique et de considérer davantage le moment pivot que représente la période de Heian (794-1185). En effet, même si Ansart affirme que le processus d’apparition des bushidan est toujours l’objet d’un débat historiographique, les travaux de Karl F. Friday montrent que, plus qu’une rupture forte, c’est un mouvement de structuration progressif concomitant à la dégradation de l’ordre instauré sous l’État des Codes, et par là même de son système militaire public, qui mène à la stabilisation de ces bandes privées[v]. La considération de cette période transitoire du début de la période de Heian permettrait de mieux comprendre l’émergence toute aussi progressive des valeurs qui sous-tendent les dynamiques spécifiques de communautisation et de sociétisation d’une catégorie sociale distincte des précédents régiments armés[vi].

Grâce à de nombreux exemples tirés de sources d’époque, dont il faut saluer la diversité, l’auteur montre que la loyauté est alors la préoccupation des seigneurs de la guerre de haut rang, qui visent ainsi la constitution d’une norme de conduite destinée à leurs vassaux, tandis que l’honneur est celle des guerriers qui cherchent par ce biais à se voir récompenser pour leurs faits d’armes (p. 39-41). Ce couple de valeurs, conclut Ansart, fonctionne en lien avec une attitude rationnelle dédiée à la « voie de la récompense » (p. 43). Les valeurs idéelles se couplent ainsi à un versant concret, ensemble qui régit la structuration de ce qui devient un « groupe statutaire »[vii]. Dans cette quête, bien entendu, les cas de déloyauté, notamment par des guerriers de haut rang au fort capital militaire, ne sont pas rares[viii]. Dans ce qui devient le fameux « monde à l’envers » (gekokujō)[ix], il est intéressant de noter à la suite de l’auteur que la trahison est avant tout le fait des créateurs des discours sur la loyauté (p. 47). En plus de cette « voie de la récompense », les normes guerrières sont en outre sous-tendues par un « régime émotionnel » propre à ces hommes risquant leur vie sur le champ de bataille. Finalement, la voie des guerriers apparaît durant la période médiévale comme un corpus de normes « auto-exutoires » soutenues par l’espoir des récompenses d’un côté, les liens émotionnels de l’autre (p. 49). Ce cadre vole cependant en éclat durant la période Tokugawa.

Cette dernière est analysée en détail dans les chapitres trois à six qui constituent le cœur de l’ouvrage. L’auteur dresse tout d’abord un panorama précis du système politique de la Pax tokugawana et de la structuration de la classe guerrière au cours de cette longue période, caractérisée avant tout par une dégradation graduelle de ce statut. Cette partie est par ailleurs l’occasion de reconsidérer la dimension profondément féodale du régime d’Edo, qualifiée de « féodalité stable » (p. 54), complémentaire à l’essor d’une société marquée par le développement de la culture dans les villes et une véritable révolution industrieuse caractéristiques d’une « pré-modernité »[x]. Au sein de cette stabilité, le groupe des guerriers se stratifie de manière complexe, dynamique présentée dans toute sa richesse par l’auteur qui arrive à organiser une typologie par échelon, sans pour autant perdre en nuance ; un glossaire aurait d’ailleurs été précieux pour se repérer dans ce dédale d’appellations (p. 61-73). L’enjeu est de taille puisque la connaissance de cette vaste hiérarchie est indispensable à la compréhension de la cohérence diachronique de la voie des guerriers.

Les discours paraissent en effet renouvelés par le nouveau cadre confucéen de la société d’Edo qui semble remplacer les références bouddhiques de la période précédente. Il s’agit pourtant, d’après Ansart, d’un simple changement de vocabulaire qui ne modifie pas les attitudes, argument qui nuance l’idée communément admise selon laquelle, le bouddhisme d’abord, puis le néoconfucianisme, influencent profondément la pensée et les pratiques des guerriers[xi]. Finalement, si la forme du discours varie, si les débats et les voix dissonantes montent parmi les intellectuels, le fond des traités de conduite et des règlements de maison reste inchangé (p. 88-92). Cette continuité des discours est mise en perspective avec la rupture de la Pax tokugawana qui signe la disparition des guerriers, incapables de suivre les mutations d’une société pacifiée. Ceux-ci sont alors dans une véritable crise d’identité que l’auteur illustre par une analyse stimulante du classique Hagakure [Caché sous les feuilles] dicté par Yamamoto Tsunetomo (1659-1719) au début du XVIIIe siècle.

À nouveau, Ansart remet en question les études précédentes qui mettent en exergue les contradictions de ce texte radical. Grâce à l’identification de deux types de loyautés, l’une de « conseil » et l’une « symbolique », portées par des guerriers de rang différent (p. 104-105), il parvient à expliquer les apparentes contradictions du texte, mais aussi l’ambition de Yamamoto de trouver un principe supérieur à ces valeurs dans une « frénésie de mourir » illustrant la « volonté pure » des guerriers. À travers des analogies habiles avec la rationalité kantienne et le lien volonté-liberté chez Nietzsche, l’auteur inscrit le Hagakure dans une généalogie de pensée novatrice (p. 112). Hagakure, largement mobilisé par les nationalistes du début du XXe siècle, est par ailleurs le manifeste le plus frappant de la disparition des guerriers et de l’identité qui en fait une classe à part. Il ne leur reste plus, selon Yamamoto, que cette frénésie de mourir, ultime privilège d’une fonction sociale désormais dénuée de sens et construisant sa légitimité sur des valeurs (dé)passées[xii].

Ces dernières ne peuvent donc que devenir l’objet d’une mise en scène, d’une vaste mascarade dans laquelle les guerriers continuent de proclamer leur loyauté et leur honneur, alors qu’ils ne peuvent plus les pratiquer (p. 119). Ainsi, seigneurs comme vassaux s’adonnent à des enchaînements de rituels[xiii] dans lesquels, pour reprendre le titre de l’ouvrage, ils « paraissent et prétendent » être ce qu’ils ne sont plus. La classe guerrière dépeinte est bien un groupe inerte qui doit sans cesse s’adonner à un théâtre fleurtant souvent avec l’imposture puisque les cadres sociaux imposés par le régime Tokugawa séparent les deux valeurs clefs de l’honneur et de la loyauté (p. 133). Les guerriers gagnent désormais leur réputation en manipulant leur ascendance (p. 133-137) et nouent des relations de type contractuel qui évident le contenu de la loyauté (p. 126-131). Ils s’adonnent à un ballet de signes qui marquent leur identité tels que le port des deux sabres, et, le plus important, le privilège de l’éventrement rituel (seppuku). Ansart note à ce propos que c’est dans ce dernier que se trouve l’« ultime tricherie », lorsque le rituel du seppuku devient lui-même une mise en scène (p. 156).

En guise de conclusion, Olivier Ansart s’interroge sur le degré de conscience des guerriers vis-à-vis de cette duperie collective. Il propose alors deux catégories de l’imaginaire : les fictions faibles reconnues par les êtres comme valeurs, les fictions fortes qui se trouvent en conflit aigu avec les pratiques. Le cas de la voie des guerriers est une criante illustration de l’intrication de ces deux types de fictions constitutives d’un imaginaire manipulé par une élite afin de sauvegarder son identité. Les guerriers sont dès lors caractérisés comme tantôt « hypocrites », tantôt « naïfs », voire comme « instruments » et comme « tricheurs ». Si ces idéal-types sont forcément théoriques et appauvrissent la complexité du social, ils permettent à l’auteur de conclure que ce théâtre guerrier relève à fois d’un « ritualisme » et d’un « fictionalisme » qui, de pair, permettent aux acteurs de « se prendre au jeu » et aux normes factices d’être légitimes (p. 158-162) ou, pour le dire autrement, que les rituels participent de la constitution d’un régime de vérité particulier qui, même s’il n’est plus en accord avec une dynamique de société, continue de légitimer une catégorie sociale spécifique. L’auteur relève de plus une « affinité élective », un rapport synergique semblable à celui que Max Weber identifie entre l’éthique protestante et l’émergence du capitalisme, entre les pratiques de la société guerrière et les théories fictionalistes (p. 164).

L’ouvrage d’Olivier Ansart bouleverse notre vision des guerriers japonais. À travers une analyse des discours s’appuyant sur de nombreuses sources primaires, l’auteur bat en brèche les idées reçues fantasmatiques comme les lectures académiques trop peu nuancées. Grâce à ce croisement entre l’histoire des discours, l’histoire d’une catégorie sociale et d’une société en mutation, il décrit des figures ambigües brandissant des valeurs idéalisées dénuées de portée pratique et participant d’une grande mascarade au sein de laquelle il est important, « noblesse oblige », de prétendre être ce que l’on n’est plus. Le tour de force d’Ansart est en outre de parvenir à tirer de son analyse l’identification d’une véritable impulsion dans la vie intellectuelle du Japon d’Edo, de laquelle sont partie prenante ces discours des et sur les guerriers, et qui ouvre de nouvelles perspectives pour les recherches à venir dans le champ de l’histoire des idées.

[i] Benesch, Oleg, Inventing the Way of the Samurai. Nationalism, Internationalism and Bushidō in Mordern Japan. Oxford, Oxford University Press, 2014, p. 5.

[ii] Saeki Shin.ichi, « Figures du samouraï dans l’histoire japonaise. Depuis Le Dit des Heiké jusqu’au Bushidō », Annales. Histoire, Sciences Sociales (63), n° 4, 2008, p. 877-894, p. 893.

[iii] Benesch 2014, p. 93-94.

[iv] Benesch 2014, p. 5, 11, 45-56 ; Saeki 2008, p. 891-892. Tandis que Benesch s’attarde sur le rôle d’Ozaki dans la remise en avant du terme, Saeki note quant à lui le tournant que représente l’ouvrage de Yamaoka. Le cas de ce dernier est également évoqué dans Souyri, Pierre-François, Les guerriers dans la rizière. Paris, Flammarion, 2017.

[v] Pour un bref aperçu de la transition entre le système ancien des régiments publics et l’émergence des groupes privés, voir Friday, Karl F., Samurai, Warfare and the State in Early Medieval Japan. Londres, New York, Routledge, 2004, p. 5-10 ; pour une étude plus détaillée voir Friday, Karl F., Hired Swords. The Rise of Private Warrior Power in Early Japan. Stanford, Stanford University Press, 1996. Le lecteur pourra en outre se référer à l’article de Shimomukai Tatsuhiko pour une étude générale du système militaire sous l’État des Codes : Shimomukai Tatsuhiko, « Nihon rituryō gunsei no kihon kōzō [La structure de base du système militaire du Japon des Codes] », Rekishigaku kenkyū, n° 175, 1987, p. 17-43.

[vi] Les termes de communautisation et de sociétisation sont issus de la sociologie wébérienne. La communautisation désigne « une relation sociale, lorsque et pour autant que la (dis)position de l’activité sociale repose – dans un cas particulier, en moyenne ou dans le type pur – chez ceux qui y participent, sur le sentiment subjectif d’une appartenance commune (d’ordre affectif ou traditionnel). La sociétisation désigne quant à elle « une relation sociale, lorsque et dans la mesure où la (dis)position de l’activité sociale repose sur un compromis d’intérêt motivé rationnellement (en valeur ou en finalité) ou sur une alliance d’intérêts pareillement motivée ». Weber, Max, Concepts fondamentaux de sociologie. Paris, Gallimard, 2016, p. 142.

[vii] Sur le concept de groupe statutaire, voir Weber, Max, Les communautés. Paris, La découverte, 2019, p. 211-220.

[viii] Karl F. Friday note à ce propos que le concept d’honneur des guerriers médiévaux est plastique en ce qu’il permet de justifier tout type de conduite qui mène au succès sur le champ de bataille et au sommet de la hiérarchie de cette classe. Cette notion, loin d’être une notion abstraite, est le reflet du pragmatisme des guerriers de cette époque. Friday 2004, p. 138.

[ix] Je reprends ici l’expression de Souyri, Pierre-François, Histoire du Japon médiéval. Le monde à l’envers. Paris, Perrin, 2013.

[x] Voir Hayami Akira, Japan’s Industrious Revolution. Economic and Social Transformations in the Early Modern Period. Tokyo, Springer, 2015. En français, voir par exemple Olivier, Jean-Marc, « Une modernisation venue des profondeurs : industries rurales et petits établissements dans le Japon du xixe siècle et du début du xxe siècle » dans Galan, Christian ; Olivier, Jean-Marc (dir.), Histoire du & au Japon. De 1853 à nos jours. Toulouse, Privat, 2016, p. 131-142.

[xi] Friday 2014, p. 139-140 ; Culeddu, Maria Paula, « The Evolution of the Ancient Way of the Warrior : From the Ancient Chronicles to the Tokugawa Period », Asian Studies, vol. 6 (XXII), 2018, p. 87-109, p. 101-105.

[xii] Maria Paula Culeddu met à ce propos en parallèle la vision de la mort dépeinte dans le Hagakure avec celle du Budō shoshinshū (Initiation à la voie des armes) de Daidōji Yūzan (1639-1730), postérieur de quelques années à l’ouvrage de Yamamoto. Elle ne note cependant pas la crise identitaire identifiée par Olivier Ansart, et rattache de manière moins nuancée cette emphase mise sur la mort à l’importance accordée par les guerriers à la loyauté. Culeddu 2018, p. 100-101.

[xiii] Ce point suggère l’intérêt d’une analyse de cette mise en scène par le filtre goffmanien des rituels d’interaction et de la théorie des enchaînements rituels de Randall Collins, processus sans doute lié à l’étonnante durabilité des valeurs guerrières. Voir Goffman, Erving, Interaction Ritual. New York, Doubleday, 1967 ; Collins, Randall, Interaction Ritual Chains. Princeton, Princeton University Press, 2004.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/12/2020

    […] japonais) vient de publier un compte rendu de lecture par Edouard L’Herisson (IFRAE) sur Japon(s), carnet de recherche de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search