SERENI Constance, SOUYRI Pierre-François , Kamikazes, Paris, Flammarion, 2015, 253 p.

par Eric SEIZELET (Professeur émérite, Université Paris-Diderot)

« Kamikaze » : le langage courant assimile le « kamikaze » à un casse-cou ou à une tête brûlée inconsciente du danger. Plus récemment, les médias ont abusivement qualifié les tueurs islamistes de « kamikazes » parce qu’ils cherchent à mettre en scène leur propre mort en y entraînant un maximum de victimes. Dans les deux cas, rien n’est plus faux : les « vrais » kamikaze ne sont pas des casse-cous écervelés. Leurs cibles, à la différence des terroristes d’Al-Qaïda ou de Daesh, ont toujours été strictement militaires. Leur apparition, dans les derniers mois de la guerre, le 25 octobre 1944, dans le ciel des Philippines, a fait entrer dans la légende cette poignée de jeunes pilotes japonais, dont certains étaient encore adolescents, volontaires pour des missions-suicide. Ils sont connus au Japon sous le vocable de tokkôtai 特攻隊, « forces spéciales d’attaque », alors que le terme de kamikaze n’est guère employé dans l’archipel. Combien étaient-ils ? 3800 selon les auteurs : un chiffre dérisoire au regard du nombre de mobilisés et de victimes de cette guerre du Pacifique, mais ils ont laissé dans l’histoire et l’imaginaire collectif une trace indélébile.

L’ouvrage écrit à quatre mains par deux historiens spécialistes du Japon de l’Université de Genève, Constance Sereni, et Pierre-François Souyri, vient à point nommé car il comble une lacune dans l’historiographie française sur la guerre du Pacifique. Le lecteur francophone n’avait jusqu’ici à se mettre sous la dent sur les kamikaze que le livre d’un journaliste, Jean-Jacques Antier, paru en 1986 aux Presses de la Cité [i], l’article de Christian Kessler publié dans le numéro 299 (2005) de la revue L’Histoire [ii] et le témoignage de rares rescapés de ces missions-suicide : Nagatsuka Ryûji 長塚隆二 (1924-), publié chez Stock en 1972 [iii] et Kuwahara Yasuo 桑原靖夫 (1929-1980), publié à Bruxelles en 2012 [iv]. Une discrétion éditoriale qui s’explique sans doute par le fait que l’armée française n’a pas été confrontée à ce phénomène. Munis de leur double qualité d’historiens et de spécialistes du Japon, Pierre-François Souyri et Constance Sereni ont tenté de répondre à trois questions : les kamikaze ont-ils été « efficaces » ? Qu’est-ce qui a pu pousser ces jeunes pilotes à effectuer ce voyage aller vers la mort ? Ont-ils été vraiment volontaires ? Les deux auteurs ne se contentent pas d’apporter des réponses à ces questions. Ils s’attachent également aux représentations de la figure ambiguë du kamikaze dans la culture historique du Japon, et en dressent quelques portraits à travers les récits, lettres et testaments qu’ils ont laissés.

Sur le premier point, les auteurs rappellent à juste titre que l’apparition des forces spéciales d’attaque est une tactique désespérée mise au point par l’amiral Ônishi Takijirô 大西瀧治郎 (1891-1945) pour contenir l’avancée des troupes américaines en passe d’enfoncer le périmètre de défense absolue de l’Empire. Stratégiquement, cette initiative fut totalement inutile puisqu’elle n’entrava en aucune façon les plans de guerre américains. Tactiquement, les « succès » tiennent beaucoup à l’effet de surprise et de saturation des attaques, et force est de constater que leur conséquence sur la conduite des opérations sur le terrain fut limitée. Psychologiquement, en revanche l’impact, si l’on ose dire, sera considérable. Les documents d’actualité américains montrent en effet une réalité implacable : le kamikaze qui parvient à franchir le rempart de feu et d’acier de la DCA a toutes les chances de s’écraser sur sa cible – à moins de la manquer – et de faire à lui seul des centaines de victimes. Lorsque les marins américains voyaient les avions japonais fondre sur eux, il est facile d’imaginer la psychose et la peur qui s’emparaient d’eux. En revanche, l’utilisation de « bombes pilotées » ôka 桜花 et les « torpilles humaines » de type kaiten 回天 pour des missions-suicide fut un échec total en raison de leur défectuosité. On peut donc en conclure que les kamikaze sont été sacrifiés pour rien, afin de satisfaire les lubies d’un état-major criminel incapable de reprendre l’initiative sur le terrain. Mais au-delà des aspects purement militaires, on peut se demander si l’utilisation de ces forces spéciales d’attaque ne répondait pas non plus à un double objectif politique : l’état-major – et avec lui l’empereur Shôwa – était persuadé qu’en poussant les Américains à une bataille décisive et en utilisant des tactiques de combat coûteuses en vie humaines, les Alliés seraient amenés à assouplir le dogme de la reddition inconditionnelle. Du côté américain, le kamikaze devint l’incarnation paroxystique de la détermination farouche et impitoyable du combattant japonais, à laquelle les Alliés avaient été confrontés dans les « charges banzaï » sur tous les champs de bataille du Pacifique. Dans certains cas, des soldats américains avaient commis de véritables crimes de guerre, par le nettoyage systématique des positions conquises sur les Japonais, en tuant indistinctement les blessés et les – rares – prisonniers sous le prétexte, parfois hélas avéré, qu’ils pouvaient cacher une arme sur eux. En bref, les kamikaze ont contribué à radicaliser la nippophobie américaine : en novembre 1944, soit un mois à peine après le déclenchement des premières opérations-suicide, un sondage Gallup indiquait que 13% des Américains préconisaient l’extermination pure et simple des Japonais après la capitulation ! Et il s’était trouvé des journaux de référence comme le New York Times pour discuter sérieusement de cette éventualité… Selon les auteurs, les kamikaze ont indiscutablement concouru à la décision ultime de Washington de lancer la bombe atomique sur l’archipel, sachant que l’invasion programmée du Japon allait voir se multiplier ce type de comportements suicidaires (p. 140). L’autre aspect, également bien souligné par les auteurs, concerne plus spécifiquement le Japon : la propagande militaire héroïse le sacrifice de ces jeunes pilotes, mais insiste aussi sur le fait qu’il s’agit d’« hommes ordinaires », comme le sont également tous ces hommes et toutes ses femmes que l’on prépare à se battre avec des armes de fortune pour repousser « les diables anglo-saxons » (eibei kichiku 英米鬼畜) sur les plages de l’archipel. Le propos est donc clair : on attend de tous les sujets japonais qu’ils s’inspirent de ces « hommes ordinaires », et qu’ils prennent aussi leur part du sacrifice auquel leurs propres enfants ont consenti.

Sur le second point, les auteurs rappellent au préalable, à juste titre, que les forces spéciales d’attaque constituent un cas unique dans l’histoire militaire en général et dans l’histoire du Japon en particulier. Certes les guerres sont l’occasion de prouesses héroïques de soldats qui, collectivement ou individuellement, décident de combattre jusqu’à la dernière extrémité : les Thermopyles (août 480 av. J.-C), Masada (avril 73), Alamo (mars 1836), Camerone (avril 1863) etc. appartiennent au registre de ces récits mythiques de défaites magnifiques chargées de symboles. De même, les exemples de tai atari 体当たり, c’est-à-dire les « attaques par choc corporel », ne sont pas propres au Japon. Mais avec les kamikaze, il s’agit ici non plus d’actions ponctuelles accomplies dans le feu de l’action mais d’un « système, institutionnalisé [par le haut commandement], avec ses protocoles, ses rituels et bientôt sa propre logique bureaucratique » (p. 34), avec la mort certaine au bout du chemin. Les kamikaze furent donc une stratégie pensée, mûrie et réfléchie par les plus hautes autorités militaires du pays.

Pour Pierre-François Souyri et Constance Sereni, ces tokkôtai furent rendus possibles par un terreau socio-culturel favorable : l’endoctrinement nationaliste à travers le système éducatif et le shintô d’Etat, une culture militaire valorisant le sacrifice suprême, une conception hypertrophiée de l’honneur fondée sur le refus de la reddition et le mépris de la mort, le détournement à des fins guerrières de traditions esthétiques nationales comme la fleur de cerisier qui, une fois éclose, tombe et se « disperse » tels les éclats d’un « joyau », gyokusai 玉砕, et, partout, au sein des armées, la brutalisation généralisée des rapports hiérarchiques qui n’épargne pas les candidats aux missions-suicide. Etait-ce suffisant pour devenir kamikaze ? Sans doute pas. Mais la guerre formate les esprits et réduit le champ des possibles. Les auteurs relèvent néanmoins que ce ne sont pas des fanatiques : ils sont en proie à des doutes ; la période plus ou moins longue qui sépare la décision de la mission est des plus anxiogènes ; certains partent en maudissant leur hiérarchie, avec clairvoyance, conscients que le Japon est acculé. Ajoutons que les taux de mortalité de l’armée impériale sont élevés et l’espérance de vie d’un pilote est d’autant plus limitée que les plus expérimentés d’entre eux ont été décimés depuis décembre 1941, que la maintenance des machines pose problème et que l’entraînement au sol devient de plus en plus sommaire. Et s’ils cèdent à cette pulsion mortifère, c’est aussi pour trouver un sens ultime à leur courte vie, dans la dignité de la fulgurance de ce choc avec l’ennemi qui leur épargnera le sort peu enviable de leurs camarades faméliques de la jungle birmane, ou réduits à l’état de cadavres décomposés, mutilés ou carbonisés, dispersés dans les tranchées de Guadalcanal et d’Iwojima (p. 232).

Sur le troisième point, les auteurs sont appelés à nuancer la thèse selon laquelle les kamikaze étaient tous des volontaires enthousiastes prêts à se sacrifier pour l’empereur comme la vulgate officielle le laisse entendre. D’abord le choix de devenir kamikaze n’est pas un choix privé, pris dans l’intimité de la conscience, mais public, au vu et au su de tous, à la suite d’une « sollicitation » officielle de la hiérarchie. Comment se soustraire à ce type de sollicitation, sans encourir des représailles et passer pour un lâche ? De plus, certaines bases ne s’embarrassent de cette formalité : les volontaires y sont désignés d’office, ce qui donne lieu à des règlements de compte peu reluisants. Une fois « volontaires », leur est assignée la tâche de rédiger leur testament. Comment là aussi faire état de ses sentiments réels, sans jeter l’opprobre sur la famille, lorsque l’on sait que ces documents seront soumis à la censure et serviront à la propagande militaire ? Les auteurs s’interrogent donc sur le statut de ces écrits qu’il convient de manier avec précaution et relèvent que certains kamikaze faisaient preuve d’ingéniosité pour faire parvenir à leurs parents des lettres d’un autre contenu que leur testament. On partagera avec eux l’idée que ce qui fait sens pour l’historien, c’est moins l’analyse de ces discours plus ou moins formatés et de toute façon fragmentaires, que celle des représentations, des processus mentaux, des évaluations stratégiques qui ont légitimé l’existence des forces spéciales d’attaque et contraint des milliers de jeunes à intégrer la mort volontaire comme choix ultime de vie.

Au total, ce bel ouvrage d’histoire permet d’aller au-delà des clichés et des « concordances des temps » hasardeuses qui s’attachent à la figure des kamikaze. Avec la traduction française du livre de l’anthropologue Emiko Ohnuki-Tierney intitulé Kamikazes. Fleurs de cerisier et nationalismes, paru chez Hermann Editeurs en 2013 et, plus récemment, en mars 2015, l’article numérique de Christian Kessler et de Gérard Siary sur le site de la Revue des Ressources, le lecteur francophone dispose désormais de matériaux tout à fait indispensables et remarquables pour la compréhension des kamikaze. On aurait aimé que les deux auteurs s’attardent davantage sur quatre points : l’origine sociale des kamikaze, puisque l’on a cru comprendre que le corps des officiers et les élites politiques, aristocratiques et militaires y étaient sous-représentés ; les critères de sélection ; la place des kamikaze dans le Japon d’après-guerre et notamment le regard porté par les familles survivantes et les Forces d’autodéfense japonaises sur cet épisode de l’histoire nationale ; les réactions défavorables à la proposition japonaise du début 2014 de classer au patrimoine mondial de l’UNESCO les lettres laissées par les pilotes. Quoi qu’il en soit, cette épopée tragique rappelle, qu’au Japon comme ailleurs, le Moloch de la guerre reste insatiable dans la dévoration de ses propres enfants.

[i] Antier Jacques, l’Aventure kamikaze : 1944-1945, Paris, Presses de la Cité, 1986, p. 74-80.

[ii] Kessler Christian, « Kamikazes : pour l’Empereur, contre l’Amérique ! », in L’Histoire, N° 299, Paris, juin 2005.

[iii] Nagatsuka Ryûji, J’étais un kamikazé : les guerriers du vent divin, trad. Nagatsuka R. et Toesca M., Paris, Stock, 1972.

[iv] Kuwahara Yasuo, J’étais un kamikaze, Bruxelles, Jourdan, 2012.

 

Citer ce billet: «SERENI Constance, SOUYRI Pierre-François , Kamikazes, Paris, Flammarion, 2015, 253 p. », par c3po. Publié sur Japon(s) le 08/11/2017. Lien : http://sfej.hypotheses.org/278.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *